100 jours : Un tandem qui détonne ! (Par Adama Ndiaye)

Date:

Au Sénégal, le Premier ministre est, en général, quasiment réduit au rôle de figurant. Contrairement à d’autres pays,  où il est en première ligne et sert par la même occasion de fusible au chef de l’exécutif, chez nous c’est lui qui inaugure les chrysanthèmes, pour reprendre une expression bien connue.  Il faut dire que nos deux derniers Présidents, MM Wade et Sall, avaient tendance à prendre beaucoup de place. Ils octroiyaient à leurs chefs de gouvernement une  marge de manœuvre limitée. Attitude largement motivée par leur peur de voir émerger un numéro deux charismatique.

Avec le tandem Bassirou Diomaye Faye – Ousmane Sonko, on revient à un jeu de rôles plus classique des rapports Président-Premier ministre, sauf qu’on est tellement habitué à avoir des hyper présidents que cela détonne.  Mais pour un jeune Président comme le nôtre, qui après des débuts hésitants semble apprendre vite et habite plutôt bien la fonction, avoir un Premier ministre comme M. Sonko est du pain béni.

Certes, l’homme est fantasque, débite des punchlines hors de propos et controversés à l’occasion,  a un attrait immodéré pour la foule, et préfère la communion en forme de politique spectacle avec ses militants chauffés à blanc qu’un débat contradictoire ; il n’en demeure pas moins un excellent paravent pour un Président de la République, habitué à être numéro deux, et qui lui doit en grande partie son accession au pouvoir.

D’ailleurs, M. Sonko est la cible exclusive des tirs de la nouvelle opposition qui prend timidement forme depuis l’installation du nouveau régime. Il est le personnage central de toutes les controverses médiatico-politiques de ces trois premiers mois d’exercice du pouvoir

Pendant ce temps, le Président de la République est relativement épargné. Il est le Président jupitérien, comme on disait de Emmanuel Macron au début de son premier quinquennat. Bassirou Diomaye Faye déroule notamment sur la scène internationale pendant que Ousmane Sonko se jette corps et âme dans le bruit et la fureur politique. Nous voilà un peu revenus au système bicéphale de l’ère Senghor-Dia avant la rupture :  le premier davantage préoccupé par la politique extérieure tandis que le président du Conseil (Dia) s’occupe de la politique intérieure.

J’ignore s’il s’agit d’une stratégie concertée, elle est tout cas bénéfique pour le Président de la République. Un halo de bienveillance l’entoure depuis sa prise de fonction. Nous n’avons pas comme dans certaines démocraties  d’instruments de mesure de la popularité des hommes publiques, mais il est certain que la cote du Président Faye a cru ou tout du moins est demeurée intacte, depuis le 24 mars. Ce qui est plutôt remarquable même si ses détracteurs ne manqueront pas d’objecter que sa présidence est jusqu’ici purement décorative.

Adama Ndiaye (Rédacteur en Chef de Seneweb)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Déclaration de politique privée (Par Ibou Fall)

Alors que le petit peuple craint le pire pour...

Recettes recouvrées au 1er trimestre 2024 : L’Etat du Sénégal engrange un bon de plus de 13 milliards comparé à 2023

XALIMANEWS- Les services de l’administration fiscale ont été plus...

Migration irrégulière: 46 sénégalais secourus par la Marine royale marocaine

XALIMANEWS: Quelque quarante-six Sénégalais, dont 2 femmes et 44...

Constructions sur la Corniche : Levée des Sommations par l’État

XALIMANEWS-De nombreux propriétaires sur la Corniche de Dakar recommencent...