Afrique-Gabon : l’étonnement du gouvernement suite à l’annonce d’une grève de la faim d’Ali Bongo, qui est « traité avec dignité »

Date:

XALIMANEWS-Face aux déclarations des avocats de l’ancien président Ali Bongo, qui dénoncent une prétendue séquestration en prison alors que les autorités assurent avoir bien traité l’ancien chef d’État gabonais, le gouvernement a réagi en affirmant qu’il se réservait le droit d’engager des poursuites.

Au Gabon, le gouvernement a réagi le 15 mai 2024 aux déclarations des avocats de l’ancien président déchu lors du coup d’État du 30 août 2023, Ali Bongo Ondimba. Ces derniers ont annoncé que l’ex-chef de l’État gabonais (2009-2023) et deux de ses fils ont entamé le 14 mai une grève de la faim pour dénoncer la prétendue « séquestration » et les allégations d' »actes de torture » dont plusieurs membres de leur famille seraient victimes.

En réponse, le gouvernement gabonais s’est dit « surpris » et a déclaré se réserver « le droit d’engager des poursuites judiciaires contre les auteurs de ces allégations qu’il qualifie de calomnieuses et mensongères ».

« Nous sommes surpris d’apprendre, par voie de presse, que l’ancien président Ali Bongo Ondimba a décidé d’entamer une grève de la faim alors qu’il est traité avec dignité, a déclaré Laurence Ndong. Ses médecins traitants sont à sa disposition, sa mère et les autres membres de sa famille lui rendent visite régulièrement. Il y a quelques jours, à sa résidence, l’anniversaire de Pascaline Bongo Ondimba, sa sœur aînée, a été célébré en présence de plusieurs membres de la famille. Ces informations permettent donc d’affirmer que les propos des avocats de la famille de M. Ali Bongo Ondimba ne reposent sur rien. Nous rappelons que l’ancien président peut quitter le territoire national à sa convenance ».A réagi sur le plateau de la télévision nationale le ministre de la Communication et porte parole du gouvernement Laurence Ndongo. Ce dernier de poursuivre.

« Le gouvernement de la République se réserve donc le droit d’ester en justice contre les auteurs de ces dénonciations calomnieuses et mensongères, portant atteinte à l’image du Gabon. » A-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Économie : le Sénégal devrait atteindre une croissance économique moyenne de 7,4 % en 2024-2026 (Banque mondiale)

XALIMANEWS-La Banque mondiale a relevé le caractère ‘’résilient’’ de...

L’ONU dénonce des « niveaux extrêmes » de violences contre les enfants à Gaza et au Soudan

XALIMANEWS-Dans son rapport annuel, le secrétaire général de l'ONU...