BILAN ET PERSPECTIVES DE LA FEDERATION SENEGALAISE DE FOOTBALL Me Augustin Senghor dit tout

Date:

Me Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football et l’équipe dirigeante ont dressé un bilan de leur gestion en cours et dégager les perspectives pour la saison 2011. Si l’instance fédérale est redevenue solvable, les Fédéraux n’attendent plus perdre de temps pour trouver un agent marketing pour renflouer les caisses. Lors de ce face à face, le maire de Gorée, est revenu surtout beaucoup de questions. Même celles qui fâchent. Morceaux choisis…

Le président de la Fédération sénégalaise de football a tenu hier, mardi 28 décembre 2010, une conférence de presse pour dresser un bilan “positif“ de sa gestion et dégager les perspectives de 2011. Un face à face avec la presse qui a permis de revenir sur plusieurs dossiers.

Gaël Mahé et le bus des “Lions“, des dossiers introuvables

Me Augustin Senghor a bien voulu prioriser ses choix en perspectives de 2011 et ne pas s’occuper des “détails“, lors de son face à face avec la presse, mais l’ancien match maker de la Fédération, qui a été aperçu lors du match Hlm-Niary Tally dans la loge du stade Demba Diop, s’est invité au débat. Interpellé sur la suite à donner à l’affaire l’opposant à l’ancienne instance fédérale après le match Sénégal-Ghana en 2005 à Brentford en Angleterre, le président de l’Us Gorée répond : “nous n’avons pas hérité du dossier lors de la passation de service. Le dossier devrait être transmis à la Fifa. Le seul dossier le concernant qui était géré par le Comité de normalisation du football (Cnf) était une créance résiduelle. Et il l’a payée. Maintenant, allez faire des investigations à la Fifa ne me semble pas prioritaire pour le moment“.

Mais face à la récurrence de la question, Me Senghor dira que ses services vont saisir Me Aliou Cissé qui était conseiller de l’ancienne équipe fédérale dirigeante. Le président de la Fsf va révéler par la même occasion n’avoir pas non plus hérité du dossier du bus des Lions qui sera aussi une grosse nébuleuse pour ne pas dire “arnaque“. Affaires à suivre…

Agent marketing de la Fsf

Renforcer les capacités financières de la Fédération. C’est un des objectifs de l’équipe de Me Senghor. D’où l’urgence de trouver un agent marketing. Mais d’ores et déjà, Augustin Senghor avertit que rien ne sera plus comme avant. “Il faut retenir les leçons du passé“. Louis Lamotte renchérit : “il n’y a pas un seul agent marketing qui n’a pas eu de problèmes avec la Fédération. Les relations ont toujours fini dans des difficultés“. Rappelons qu’il y a d’abord eu Pamodzi de Massata Diack et Promo Consulting de Mbagnick Diop, en ensuite.

Mieux, ajoute, le président de la Ligue du football professionnel, “il faut revoir le système qui ne marche pas“. “Il n’appartient pas à l’agent de récupérer l’argent pour ensuite reverser 70 % à la Fédération pour empocher les 30 %. L’inverse serait plus juste. Il nous appartiendra de reverser à l’agent sa commission, parce que généralement, nous avons du mal à rentrer dans nos fonds“, plaide-t-il.

Sur le même sujet, le vice-président de la Fsf informe que “les agents qui ont eu des difficultés avec la Fédération seront hors course“. Avant d’ajouter que “le football local sera cette fois pris en charge par l’agent marketing“.

Réorientation des subventions

Autres mesures assez importantes, c’est la “réorientation des subventions“. Une idée qui est au stade de projet en attendant son approbation par les clubs. “Nous allons privilégier une subvention indirecte en versant l’argent aux Ligues, charge maintenant à elles d’organiser des compétitions pour les clubs“, dira Me Senghor.
Ainsi les clubs seront privés de la subvention de 250.000 F Cfa qui cumulée, sera plus conséquente pour les ligues.

Sénégal-Guinée en février

Le match Sénégal-Guinée serait plus probant que celui annoncé ça et là entre Lions et Palancas Negras de l’Angola. Car au moment où les Antilopes noires restent à l’écoute de leur Etat pour donner suite au match contre le Sénégal, la Guinée, elle, serait même prête à prendre en charge de manière partielle son transport aérien. L’information a été donnée hier, par Me Senghor.

Arsenal juridique pour le règlement des conflits

Une commission de discipline, une commission d’éthique, la chambre nationale de régulation des litiges et un système d’enregistrement des licences. C’est l’arsenal  juridique mis en place par la Fédération sénégalaise de football pour éviter de retomber dans les mêmes travers liés à la difficulté de régler certains litiges.

Le président de la Fsf qui a dressé le bilan de la saison écoulée et dégager les  perspectives de la présente saison, a aussi saisi l’occasion pour rappeler les objectifs assignés à ces différentes commissions.

Une commission de discipline appelée à trancher les litiges qui font l’objet de plusieurs problèmes dans le monde sportif.
Selon Me Augustin Senghor, cette commission de discipline devra permettre de trancher désormais les litiges dans le football.

“Il est important qu’on puisse nous organiser pour avoir une justice du football qui répond à des normes de cohérence et d’harmonisation qui permettent aux acteurs de pouvoir se référer à des normes qui sont appliquées de manière impersonnelle et rigoureuse“, souligne-t-il.

En effet, le comité de normalisation du football (Cnf) qui a été mis en place pour redresser le football sénégalais au lendemain de l’élimination du Sénégal par la Gambie à la Can et au Mondial 2010,  avait mis en place deux commissions celle de discipline et de recours.
«L’une des missions du Cnf que nous devions parachever, c’était de réorganiser  le football, de mettre en place les structures de gestion d’administration du football. A ce niveau sans risque de nous tromper si le travail n’a pas été fait à 100%, une grande  partie a été terminée. Déjà sous l’ère du Cnf, la Ligue professionnelle a été lancée avec l’assemblée générale qui a suivi le vote des statuts. Nous avons pu commencer à remettre la charpente pendant les mois qui ont suivi l’installation de la Fédération“, relève-t-il. Et le président de l’instance fédérale de rappeler cette nécessité d’installer des organes qui puissent réglementer la pratique du football au Sénégal.

“Nous avons pu compléter cette charpente avec la mise en place d’organes de la Ligue de football amateur. Nous avons mis en place des commissions fédérales sans lesquelles le travail de la Fédération ne pourrait pas donner des résultats escomptés. De notre côté mis à part l’aspect normatif,  nous avions besoin d’organe  qui puisse décider de la pratique du football“, fait-t-il savoir.

Aujourd’hui pour garder une uniformité, dit le président de la Fsf “une seule commission existe pour gérer tous les contentieux du football“.

En plus de la commission de discipline, le Président Senghor a aussi souligné l’importance de la commission d’éthique qui souligne-t-il “veille aux comportements des acteurs et des dirigeants“.
A en croire au maire de Gorée “aucun membre ne peut échapper à la juridiction de cette instance parce que sans cette éthique il est vain de penser que nous pourrons redresser notre football“. “C’est dans le comportement des acteurs et des dirigeants que résident la fiabilité mais surtout l’opérationnalité de tous les dispositifs organisationnels et textuels mis en place“.
Last but not least, l’instance fédérale s’est aussi dotée d’une chambre nationale de régulation des litiges confiée au Professeur agrégé en droit, Abdoulaye Sakho.

Une politique de vulgarisation des textes

Doter des textes pour faciliter le rapport entre les acteurs et les dirigeants du football est une bonne chose. Mais, cet arsenal juridique n’aura de sens que s’il est bien vulgarisé. C’est ce qu’a compris l’équipe dirigée par le président Augustin Senghor.

Ce volet sera ainsi pris en charge dans les perspectives de 2011. Puis relève le président de la Fsf : “l’essentiel des contentieux qui ont marqué cette nouvelle aventure du football, c’est la régularisation des joueurs au plan administratif. On se rend compte que pour la saison passée, s’il y’avait eu une meilleure vulgarisation des textes beaucoup de contentieux auraient pu être évités“.

Et d’ajouter : “j’irais même jusqu’à dire les organes qui étaient censés trancher les litiges n’ont pas eu à reposer sur l’intégralité du corps des textes dont ils avaient la disposition. C’est pour cela nous avons fait des brochures pour distribuer à tous les clubs, les acteurs et à la presse afin que les acteurs puissent savoir quels sont leurs droits et obligations mais aussi en cas de contentieux qu’on sache ou se trouve la vérité“.

“La seule vérité qui prime pour nous c’est l’intérêt général sans parti pris“, ajoute-t-il. “D’ici l’assemblée générale prévue au mois de janvier nous pouvons les mettre à la disposition de l’ensemble des clubs“.

Un système  d’enregistrement des licences fiable

Me Senghor est ensuite sur la mise en place des éléments qui, dit-il“, “nous permis de réguler et de fiabiliser le système d’enregistrement des licences“. “Pour remédier aux problèmes de fraude sur l’identité, il fallait hormis les textes, un système fiable d’enregistrement des licences. Mais, nous n’avons voulu mettre au banc du football, ceux qui quelque part ont été victimes d’un système à un moment donné“.

“Souvent pour pouvoir jouer regrette-t-il, les joueurs sont amenés par des dirigeants à changer moult fois leur identité et finalement les premiers perdants ce sont eux. C’est pour cela que nous avons ouvert une période de régularisation  jusqu’au 31 août pour permettre à nos joueurs qui étaient dans cette situation un peu ambiguë de régulariser leur situation pour qu’on ne puisse retenir qu’une seule identité jusqu’à la fin de sa carrière“.

sudonline.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE