Bonnes feuilles : «Le Sénégal sous Wade : Banqueroute, corruption et liberticide» Mandiaye Gaye

Date:

‘Un dictateur n’a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève le défi’ (François Mitterrand, Extrait de ‘Le Coup d’Etat permanent’)

La situation globale du Sénégal est un cas inique et unique dans le monde entier. Même les dictateurs les plus archaïques et farfelus, s’interdisaient certains actes visant à violer les institutions qu’ils s’étaient dotées. Dans le cas du Sénégal, Me Wade fait conformer les lois à ses vœux personnels, car pour lui, il est la somme des institutions, ainsi, sa volonté fait force de loi sur tout, dans notre pays.

Ce qui est arrivé à notre Assemblée nationale est effarant. Et nos députés, dans leur for intérieur, devraient tous avoir honte d’eux-mêmes, de se faire dépouiller de leurs prérogatives tirées légitimement de la Constitution, comme les représentants légitimes du peuple sénégalais, par une autre personne qui tire lui aussi les siennes de la même source, sans avoir engagé une rude bataille de résistance, contre ce décret illégal. Ceci est un précédent extrêmement grave pour toute la république et Me Wade, en fait dorénavant une fâcheuse habitude. Ainsi, pour la légitimité de nos institutions, on en fait plus cas. Elle est violée en permanence, par celui qui devait en être le vigilant gardien.

Enfin, nous voici devant un Sénat, qui est bâti de bout en bout sur des textes anticonstitutionnels, légalisés par une Assemblée nationale composée presque de ‘sujets du roi’ qui exécute à la lettre la volonté d’un seul homme, Me Wade. Ainsi, on fait arbitrairement de ce Sénat, une chambre qui passe devant l’Assemblée nationale, pour devenir la première chambre avec des membres nommés à 65 % par le président de la République. Ce n’est pas tout, c’est le bureau de ce Sénat qui ne représente que son concepteur, qui devient intégralement, celui du Parlement, c’est-à-dire, la réunion des deux chambres. On ne trouve nulle part dans le monde, un tel cas de figure si anachronique ! Comment peut-on admettre un seul instant, pour des personnes douées de raison, ne serait-ce que dans un Etat de droit et de démocratie primaire, qu’une ‘institution’ tel que le Sénat du Sénégal, composé de 100 membres, choisis ou nommés par le président de la République, dont le premier et unique critère, est l’acte d’allégeance à ce dernier, puisse être dans l’ordre de préséance institutionnelle, au-dessus d’une Assemblée nationale élue légitimement au suffrage universel ? Ceci dépasse l’entendement ! C’est comme si, nous Sénégalais, vivions dans la périphérie du monde moderne, en plein archaïsme et empirisme.

Et, c’est cet acteur, l’auteur de tels faits, que certains pays ou organismes internationaux ‘champions’ de la démocratie, du respect des droits de l’homme et de la citoyenneté, attribuent des médailles ou décernent des prix, sur la base de simples déclarations de l’auteur et autres propagandes de ses média d’Etat. La déclaration de Me Wade sur les motifs de l’agression de Kambel et Thioune, se passe de commentaire. ’Les journalistes ont voulu agresser les joueurs’. C’est quand même énorme ! Tout le monde notera les contradictions flagrantes entre Me Wade et ses deux ministres sur les raisons de cette agression. C’est vraiment lamentable une telle cacophonie dans un gouvernement !

Est-ce que Me Wade, accepterait de prendre un décret, admettant que son Premier ministre qu’il a nommé, soit dans une délégation dont il ferait partie, que ce dernier en soit le chef, avec sa présence ? C’est inimaginable ! Alors, c’est tout à fait pareil avec le décret qu’il vient de prendre, en direction du président du Sénat et celui de l’Assemblée nationale.

A l’heure actuelle, aucune représentation diplomatique ou organisme international accrédités au Sénégal n’ignorent les faits avérés d’atteintes aux droits et libertés des citoyens, moins encore les agressions répétées non seulement contre des institutions mais aussi contre des personnes physiques et morales, même les diplomates ne sont pas épargnés. La dernière en date, est l’agression sauvage perpétrée à la face du monde sur la personne de Souleymane Jules Diop à Chicago, qui est une preuve irréfutable du manque de démocratie et de liberté de Me Wade, qui ne tolère aucune critique.

C’est là où, l’Union africaine était véritablement attendue par les citoyens de l’Union, si elle remplissait bien sa mission. Elle devait dénoncer et réfuter catégoriquement et sans ambages cet état de fait accompli si déplorable, et si elle était véritablement au service des peuples africains. Hélas ! C’est encore l’illustration parfaite, qu’il s’agit bien d’une corporation qui ne défend que les intérêts des chefs d’Etat en fonction. Vous me direz qu’elles ne sont que des témoins oui, mais des témoins qui ne rendent pas compte fidèlement ou couvrent parfois hypocritement les violations et méfaits notoires des autorités en place. Mais en vérité, et objectivement, le principal responsable concerné, est le peuple sénégalais. Un peuple qui subit autant d’agressions venant de toutes parts, et au sein duquel, on compte les députés, les forces vives de la nation organisées et les simples citoyens dignes de ce nom, sans aucune réaction à la hauteur de l’agression, est quand même inquiétant et pose problème. Qu’est-ce qui peut en être les raisons objectives ?

La relégation de nos institutions au rang de faire valoir, et de simples organes informels et inopérants est une affaire qui nous concerne tous, en tant que citoyens. L’escalade du régime libéral depuis l’alternance, ne fait que prendre des proportions importantes chaque jour davantage, pour nous narguer et nous administrer le peu de souci qu’il accorde à nos préoccupations majeures.

Rien à mes yeux, ne justifie valablement cette attitude d’indifférence, tel un peuple chloroformé, devant tant de manquements d’un gouvernement, à ses obligations les plus élémentaires envers son peuple.

L’argent du contribuable qui est distribué à tour de bras pour corrompre certains marabouts ou ceux qui semblent résister à l’appât du gain, l’appel au partage du gâteau pour l’attribution d’extra pontins, ont atteint, ou vont bientôt atteindre les limites du tolérable.

La souffrance criarde à laquelle la majorité du peuple sénégalais est confrontée, n’est plus à démontrer. La situation de marasme économique n’est plus un secret pour aucune personne digne de foi. La cherté de la vie et les pénuries de toutes sortes sont aujourd’hui au grand jour et sont incontestables. Le train de vie dispendieux de l’Etat, au lieu de baisser, prend davantage de l’ampleur, la corruption et la dilapidation de nos maigres ressources et réserves foncières s’aggravent de plus en plus.

Nous nous souvenons des 19 mesures farfelues annoncées à la va-vite par le gouvernement, que sont- elles devenues ? Elles ont été emportées par le vent qui les avait amenées. De l’avis d’un député, ‘aucun salaire de député et moins encore celui de ministre n’a été diminué’. En ces termes on ne peut plus clairs, c’est comme d’habitude, ce n’était que des balivernes et paroles en l’air pour tempérer une situation trouble et la colère des consommateurs, un moment donné. C’est vraiment tout à l’opposé de nos amis ivoiriens qui, eux au moins, ont suivi leurs paroles d’exécution effective et concrète, en baissant de moitié le salaire des ministres, en diminuant les prix du carburant et des denrées de première nécessité.

Chez nous, à la place du cœur de nos gouvernants, c’est une pierre qui s’y trouve. Ainsi, ils sont totalement insensibles aux souffrances de leurs administrés. Dès lors, il est évident que notre peuple a en face de lui ou plutôt à sa tête un monstre.

Il me semble alors, que c’est une erreur grave de penser, qu’en restant indifférent face à la situation très préoccupante du pays à tout point de vue, on sera épargné par le monstre ou bien, il prendra conscience par lui-même, pour revenir enfin à la raison. L’exemple, de ce qui se passe au sein du Pds, est suffisamment éloquent pour convaincre encore les plus sceptiques.

Le plan de liquidation, de tous ceux qui résistent à la mal gouvernance libérale de Me Wade, ne fait pas de distinction entre acteurs et d’où qu’ils puissent venir. Il procède par élimination les uns après les autres, que ceux-ci soient des collaborateurs, qu’ils aient collaboré avec lui ou soient dans l’opposition, dès lors qu’ils ont le dénominateur commun de : refuser ou s’opposer à l’inacceptable, ils sont à liquider tous, sans ménagement. La furie que subissent les journalistes, en permanence, en témoigne largement.

C’est pourquoi la barrière corporatiste, de chapelle, de confrérie, de parti, d’ethnie, de religion, de région, de genre, etc., doit être balayée au profit d’une unité d’action forte et conséquente autour de l’essentiel, c’est-à-dire sauver notre pays et son peuple avec, avant qu’il ne soit trop tard.

Ne nous y méprenons pas, le monstre balayera tout sur son passage pour se maintenir au pouvoir et au-delà de lui, les siens. Et quel qu’en soit le prix, il est preneur.

Il ne faudrait pas que nous nous y trompions encore, les manœuvres et autres tractations de Me Wade, ne visent qu’un seul objectif, à savoir : après avoir caporalisé toutes les institutions de la République, de modifier la constitution, d’éliminer l’article 26 qui stipule que ’le président de la République est élu au suffrage universel direct et au scrutin majoritaire à deux tours’ pour le remplacer par le suffrage indirect consistant à élire le président de la République, uniquement par les élus du parlement et ceux des autres assemblées des collectivités locales. Ainsi, le tour sera joué et, il fera du Sénégal ce que bon lui semblera, parce que tout le pays lui appartiendrait comme un territoire conquis.

Chers concitoyens, je souhaite vivement me tromper mais, connaissant l’homme et sa pratique, d’agir froidement sans état d’âme, mes craintes sont très sérieuses. Alors l’avenir nous édifiera car demain n’est pas loin.

Mandiaye GAYE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Rapatrié de la France, Imam Kaba en garde à vue à la Dic

XALIMANEWS-L’étau se resserre autour du prêcheur "radical" Sénégalais, Imam...

Justice : Viviane Chidid condamnée à payer plus de 16 millions F CFA à Nsia Assurance 

XALIMANEWS-La chanteuse Viviane Chidid a perdu un procès contre...

Espagne / Passeports : Un véritable casse-tête pour les Sénégalais d’Espagne (Par Momar Dieng Diop)

Depuis quelques années, les Sénégalais d’Espagne font face à...