Côte d`Ivoire: une intervention militaire ne serait pas contre les ivoiriens

Date:

Une éventuelle intervention militaire africaine en Côte d`Ivoire pour faire partir Laurent Gbagbo ne serait pas « une force contre les Ivoiriens » et ne provoquerait pas de guerre civile, a assuré Alassane Ouattara, reconnu gagnant de la présidentielle par la communauté internationale.

« Si la force est utilisée en Côte d`Ivoire, ce sera pour enlever Laurent
Gbagbo. Ce ne sera pas une force contre les Ivoiriens ou contre la Côte
d`Ivoire », a déclaré Alassane Ouattara au cours d`un entretien accordé à la
chaîne de télévision France 24 de l`hôtel où il vit retranché depuis le second
tour de l`élection présidentielle du 28 novembre.

« Les risques de guerre civile que j`entends n`existent point du tout »,
a-t-il ajouté.

« Laurent Gbagbo peut nous épargner une action militaire, s`il revient à la
raison. Il faut qu`il accepte de partir pour que la Côte d`Ivoire ne soit pas
soumise à une telle situation », a ajouté M. Ouattara.

« Je pense qu`il sera responsable de la situation qu`il va vivre. Et
l`intervention militaire ne veut pas dire que la Côte d`Ivoire sera embrasée »,
a souligné M. Ouattara.

Interrogé sur la proposition du camp Gbagbo de procéder au recomptage des
bulletins du second tour, M. Ouattara a refusé cette possibilité: « il n`en est
pas question », a-t-il déclaré.

« Plus de 54% des Ivoiriens ont voté pour moi dans la transparence, des
élections démocratiques, des élections qui ont été, à notre demande,
supervisées par les Nations unies », a rappelé l`ancien Premier ministre qui a
aussi rejeté la proposition de Laurent Gbagbo de créer un comité d`évaluation
sur la crise post-électorale, avec des représentants de l`ONU et de l`Union
africaine (UA).

« Laurent Gbagbo tente de gagner du temps, et tout le monde le sait. C`est
tout simplement pour pouvoir recruter des mercenaires et des miliciens pour
tuer des Ivoiriens, (…) pour exporter des valises d`argent dans certains
pays amis », a estimé M. Ouattara.

L`ancien Premier ministre ivoirien a aussi promis que si Laurent Gbagbo
acceptait de quitter le pouvoir, il pourrait « rester en Côte d`Ivoire ».

« Je suis prêt à ce qu`il puisse jouir de ses droits d`ancien chef d`Etat,
qu`il puisse avoir la sécurité, qu`il puisse avoir la liberté d`aller et de
venir », a dit M. Ouattara.

La Communauté des Etats d`Afrique de l`Ouest (Cédéao) a envoyé des
émissaires à Abidjan pour tenter de résoudre la crise post-électorale survenue
quand Laurent Gbagbo a été déclaré vainqueur de la présidentielle par le
Conseil constitutionnel ivoirien, dirigé par l`un de ses proches.

Alassane Ouattara a dit attendre « la réponse de la conférence des chefs
d`Etat de la Cédéao ». La Cédéao envisage un nouveau sommet pour prendre une
décision définitive, a déclaré Alassane Ouattara, après s`être entretenu mardi
avec le président nigérian Goodluck Jonathan, également président en exercice
de l`organisation.

Le Premier ministre kényan Raila Odinga, un des quatre émissaires venus
lundi à Abidjan au nom de l`UA et la Cédéao, a écarté tout partage du pouvoir
entre MM. Gbagbo et Ouattara. Mais, estimant qu`il ne fallait pas laisser de
« vide », il a souhaité qu`une nouvelle mission revienne « dès que possible » en Côte d`Ivoire.
ABIDJAN.NET

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

France : Stéphane Séjourné sur le franc CFA, « Si les pays africains se mettent d’accord pour changer le nom, c’est de la souveraineté des...

XALIMANEWS-Le ministre français Affaires étrangères Stéphane Séjourné a accordé un entretien...

Football-Match amical : le Sénégal en maîtrise face au Gabon (3-0)

XALIMANEWS-Ce vendredi soir à Amiens au stade de la...