Dansokho sur le défaut de carte d’identité nationale. « Ce n’est pas un hasard, c’est fait volontairement »

Date:

La délivrance de la carte nationale d’identité connait depuis quelque temps un blocage sur l’ensemble du territoire national. Elle est « faite de façon volontaire », selon le responsable du Pit, Amath Dansokho qui pointe d’un doigt accusateur, le régime. La cause de ce blocage est inconnue cependant, du côté des limiers.

« La rupture de la délivrance de la carte d’identité nationale, n’est pas le fait du hasard. Elle est fait de manière volontaire par les autorités sénégalaises, plus hautes soient –elles, pour fausser une fois encore les élections ». Ces propos émanant du secrétaire général du parti de l’indépendance et du travail (Pit), M. Amath Dansokho, montre son amertume par rapport à ce phénomène et l’annonce du renouvellement des listes électorales. A l’en croire, un budget a pourtant été voté et avant, une enveloppe avait été dégagée en ce sens. Et « subitement les cartes d’identité disparaissent » fait –t-il remarquer.

Poursuivant, M. Dansokho évoque « qu’en 2005 une commission technique d’un ministère en huis clos, où il n’y avait pas un membre de l’opposition, avait misé sur ces cartes d’identité, pour gagner aux élections. C’était une décision discriminatoire et sélective » à son avis.

Ce blocage de délivrance de la carte d’identité sur le territoire nationale aux détenteurs convenables, n’est pas le seul moyen pour le chef de l’Etat d’aboutir à ses fins d’obtention du plus grand nombre d’inscription aux élections selon le leader du Pit puisqu’ « aux dernières consultations électorales, le président avait octroyé des cartes d’identité nationales à des personnes étrangères ». Dansokho de réaffirmer, ensuite le respect panafricain, qui oblige l’opposition à marquer un peu de silence en ce sens et ne pas trop vexer leurs compatriotes. Il donne néanmoins l’exemple de la Côte d’Ivoire, avant de signaler que le Président a une fois encore « violé la loi et la constitution pour des gens, qui ne sont pas du Sénégal, pour simplement avoir un nombre important d’électeurs en sa faveur ». Pour terminer Amath Dansokho lance que « actuellement il fait pareil sur le foncier. Il faut coûte que coûte, qu’il gagne ».

La carte nationale d’identité numérisée, qui fait défaut depuis le mois d’octobre dernier dans certains commissariats de Dakar et sur l’ensemble du territoire national, est présentement la seule pièce administrative, qui permet de se faire inscrire à l’occasion de la révision exceptionnelle des listes électorales. Elle est en phase avec la carte d’électeur.

Interpellés sur la cause de ce blocage, c’est le mutisme total.

La confection de la carte d’identité « n’est pas de notre domaine » selon le Directeur Général des élections Cheikh Gueye. « Allez plutôt poser la question à la direction générale de la police » tonne –t- il. De ce côté, une formule a été trouvée pour les passeports avec la pose photo sur les récipissés, mais nous ne confectionnons pas les cartes d’identité, nous traitons juste les dossiers et les renvoyons à la Daf », d’après un responsable.

Notre tentative d’entrer en contact avec la direction de l’automatisation du fichier ( Daf), n’a pas abouti, faute d’interlocuteurs.

Cependant, le président de la Commission électorale nationale autonome (Cena), M. Doudou Ndir, qui effectuait, mardi, une visite auprès du gouverneur de la région de Dakar, des préfets des différents départements de la capitale, mais également de certaines commissions d’inscriptions sur les listes électorales, a expliqué que la cause est dûe au fait que « la machine qui confectionne les cartes nationales d’identité serait tombée en panne depuis quelques temps ».

africanglobalnews.com

2 Commentaires

  1. « la machine qui confectionne les cartes nationales d’identité serait tombée en panne depuis quelques temps »
    c est vraiment con de donner une telle reponse….cette machine vaut mieux que l avion du president……..comment elle peut etre tombèe en panne depuis si longtemps sans qu elle soit reparèe?….c est vraiment decevant. et bete de pousser son peuple à des troubles.

  2. La machine n’est pas en panne , la vérité c’est que le cout de la gestion de la production a toujours été exorbitant , la société Delarue Sénégal réclame a l’état des centaines de millions de francs pour une gestion inutile rendue indispensable par des personnes hautement placées a la présidence ( O. SY ) gendre de la directrice de cette société.

    Cet arrêt est peut être voulu pour des considérations électorales .puisqu’ on ne s’explique pas pourquoi le ministère de l intérieur n’a pas demandé le report des révisions sur les listes électorales jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée pour la production de la carte d’identité nationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Rapatrié de la France, Imam Kaba en garde à vue à la Dic

XALIMANEWS-L’étau se resserre autour du prêcheur "radical" Sénégalais, Imam...

Justice : Viviane Chidid condamnée à payer plus de 16 millions F CFA à Nsia Assurance 

XALIMANEWS-La chanteuse Viviane Chidid a perdu un procès contre...

Espagne / Passeports : Un véritable casse-tête pour les Sénégalais d’Espagne (Par Momar Dieng Diop)

Depuis quelques années, les Sénégalais d’Espagne font face à...

Tamba : Deux jeunes meurent à cause des fortes pluies

XALIMANEWS-Le début de la saison hivernale a apporté une...