De la saine définition des priorités (par Amadou Tidiane Wone)

Date:

En ce 21ème siècle, et dans plusieurs domaines de la connaissance, il ne s’agit plus d’inventer ou de créer, il suffit de rechercher pour trouver des réponses aux problèmes que l’on rencontre et les mettre en œuvre. Au cours de cette mise en œuvre, il arrive que l’on apporte un plus aux solutions initiales. C’est la sanction de l’expérience mais aussi la récompense de l’humilité. Ainsi progressent les savoirs universels.
Nous venons d’élire un nouveau régime. Nous avons porté au pouvoir des personnalités jeunes, bien formées, purs produits de l’Ecole sénégalaise, enracinées dans les valeurs profondes de notre Peuple. Dans un contexte économique et politique mondial d’une rare complexité, notre peuple a fait le pari de l’espoir. Sur un continent martyrisé par l’Histoire, et en proie à des calamités de toutes sortes, notre pays fait figure bien malgré, lui d’exception à la tentation du chaos. Dans les moments les plus tendus, nous avons en effet su négocier les virages périlleux et retrouver un certain équilibre. Nous rendons Grâces à Allah, en ce vendredi saint !
Cela étant dit, il me semble nécessaire d’envisager la situation actuelle de notre pays au prisme de la Matrice d’Eisenhower qui suggère une cartographie en 4 axes des priorités à définir.
Identifier, trier et ordonner les tâches importantes et urgentes : Ce sont les missions à traiter et exécuter en priorité numéro 1. Contre vents et marées. Elles doivent mobiliser des équipes et des compétences conscientes des enjeux et dévouées à la cause.
Identifier, trier et ordonner les tâches importantes mais non urgentes : Ce sont les actions à planifier, selon un ordre normé et quantifiable, avec des critères d’évaluation à court et moyen terme.
Identifier, trier et ordonner les tâches non importantes mais urgentes : ce sont les taches à déléguer, en exerçant un contrôle régulier de l’atteinte des objectifs assignés, au prix de réglages réguliers, tant au plan des ressources humaines que des moyens à mettre à la disposition des personnels chargés de la mise en œuvre.
Identifier les tâches non importantes et non urgentes : ces taches sont souvent celles qui occupent le devant de la scène. Il faut purement et simplement les abandonner et veiller à ce que les énergies ne soient pas distraites dans des activités de cet ordre.
Pour dire que, loin des verbiages savants qui parlent de tout et de rien, nos dirigeants et les équipes qu’ils mettent progressivement en place disposent des outils organisationnels pour tenir fermement le guidon. Etant entendu que chaque alternance politique signifie, pour certains, la fin du monde. Il serait plus exact de dire la fin d’un monde ! Les facilités d’hier deviennent les difficultés d’aujourd’hui. Le stress, consécutif à la perte de tant de privilèges que l’on croyait acquis, pousse certains à des comportements irrationnels. Et les réseaux sociaux bruissent de considérations qui relèvent du déni ou de la pure défiance, alors même que la nouvelle équipe dirigeante n’a qu’un mois d’âge…Tout cela doit être maitrisé au crible, entre autres de la Matrice d’Eisenhower qui a dirigé les États-Unis d’Amérique dans le contexte de la seconde guerre mondiale. C’est dire qu’il avait fort à faire et qu’il pourrait être de bon conseil !

Amadou Tidiane WONE Écrivain, éditeur et panafricaniste. Ancien Ministre de la Culture et ancien Ambassadeur du Sénégal au Canada
[email protected]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Le nouveau gouvernement face au choix cornélien (Par Abdou Mbar Faye)

Depuis leur accession à la magistrature suprême, Sonko-Diomaye sont...

Diplomatie parallèle (Par Malick Ndaw)

La présence du militaire putschiste, Doumbouya, lors de l’investiture...