Dialogue des dupes (Par Kaccor Bi Le Témoin)

Date:

Apparemment, nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge.Du cycle infernal quise déroule sous nos yeux depuis mars 2021 avec des dizaines de morts dont la dernière victime en date a rendu l’âme hier, faisant passer le bilan des manifestations contre le report de la présidentielle à quatre morts. Quatre jeunes gens fauchés à la fleur de l’âge en quelques heuresseulement. Ce dimanche, on aurait pu passer à un autre cycle de la vie de notre Nation avec l’élection du cinquième président de ce charmant pays. Ou, en tout cas, la tenue du premiertour de ce scrutin. Mais nous voilà à attendre que le tout-puissant Chef, plusfort que tous ses prédécesseurs,se décide à nous proposer une date. Il pourrait même nous exiger de la lui demander poliment, avec
révérence c’est-à-dire « tchi njek rek » !
A la lecture du communiqué du Conseil des ministres d’hier, il n’est point besoin d’être devin pour comprendre que l’on se prépare à vivre la
situation politique la plus compliquée et la plus déstructurée, pour ne pas dire la plus périlleuse, depuis nos glorieuses indépendances. Pendant ce temps, comme s’ils dansaient sur un volcan, les gens de l’armée mexicaine étalent au grand jour leurs divergences, les pions de la belle-famille
s’opposant ouvertement au candidat désigné par le Chef. Les plus irréductibles pourfendeurs du Premier ministre l’affrontent sans masque et semblent avoir l’onction du Chef. Qui ne dit rien consent. Ceux quis’opposent à une élection
avant le 2 avril et militent pour un dialogue, ce sont justement les anti – Ba — pas les anti-Balaka centrafricains ! — dont l’objectif non avoué est une reprise intégrale du processus électoral, ce qui permettrait en passant de changer de cheval et de débarquer le canasson Ba. Alors que tous les segments de la société invitentle Chef à indiquer la date de l’élection devant nous sortir de l’incertitude, lui, il a décidé, non pas de livrer la date, mais de tailler bavette avec quatre organes de presse de son choix. Et croyez-nous, ce ne sera point pour nous délivrer. Son objectif, c’est son dialogue pendant que 16 candidats sur les 19 bénis par les sept prétendus sages exigent la tenue de l’élection avantle 2 avril et se disent prêts à aller au combat. Lui, il n’en a cure. Et tant pis si le désordre s’installe. Son dialogue se présente déjà comme un jeu de dupes. Une porte ouverte à d’autres candidats. Les partisans du chef parlent de dialogue inclusif, transparent et paisible mais qu’on nous permette de douter qu’il soit paisible, justement, ce dialogue de sourds.

kaccoor bi – le temoin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

CENA – CENI : Quelle alternative pour le Sénégal (Par Ababacar FALL )

La décision annoncée par le Président nouvellement élu Bassirou...

Déception et Espoirs de la Diaspora Sénégalaise : Une Voix en Quête de Reconnaissance (Par Momar Dieng Diop)

La profonde déception ressentie par la diaspora sénégalaise suite...

Radioscopie d’un fléau social le «Tokk mouy dokh»… (Par Mor Talla Gaye)

Au Sénégal de Diomaye Faye, c’est le temps des...

Parrainages maffieux (par Kaccoor Bi)

Les passations de services au niveau des départements ministériels...