Discours d’engagement citoyen (par Seydina Oumar Touré)

Date:

Sénégalaises et sénégalais d’ici et d’ailleurs,

Mesdames et messieurs, en vos rangs, grades, qualités et tous protocoles confondus, bonjour ou bonsoir selon votre fuseau horaire en ce moment solennel où nous prenons enfin la parole pour nous adresser à vous.

Sénégalaises et sénégalais, Mesdames et messieurs !

Il est possible que certains d’entre vous se demandent pourquoi nous prenons, aujourd’hui, la Parole et d’autres cherchent la réponse à la question de savoir qu’avons-nous de ci précieux à dire dans un contexte social, économique, environnemental lourdement éprouvé.

Pour comprendre le chemin du destin et le fait de l’homme qui nous ont conduit à ce rassemblement d’aujourd’hui, il est bon de faire un petit rappel de la situation socio-politico-économique de notre pays, le Sénégal.

En effet, il faut le constater pour le déplorer que les maux dont souffre le sénégalais lambda ou ce qui est convenu d’appeler le « bas peuple » sont nombreux et variés. Ces maux que vous connaissez certainement tous ont pour nom :

• l’extrême pauvreté qui a fini de s’installer même chez les populations assises sur une mine d’or,
• l’absence d’équité territoriale avec « beaucoup pour certaines localités et rien pour les autres » dans le partage des opportunités de tout genre,
• la justice à deux vitesse qui a fini de déchirer le contrat de confiance liant l’institution au justiciable,
• la violation flagrante et répétitive des droits de l’homme,
• le bâillonnement d’une certaine presse privant ainsi au citoyen sénégalais le droit à une « information juste et vraie »,
• la cherté de la vie et le faible niveau de vie que rien ni personne ne peut justifier de bonne foi, mais aussi et surtout
• le désespoir qui a fini de gagner du terrain dans notre pays avec son lot de malheureuses conséquences car il n’a pas de « Rêve sénégalais » comme il en existe ailleurs à l’image du « Rêve américain ».
La liste est longue et inépuisable mais le dénominateur commun s’appelle « l’INJUSTICE » contre laquelle nous devons tous nous lever comme un seul homme pour la combattre sous toutes ses formes.

Cette obligation de combattre cette « INJUSTICE » a fait naître l’embryon d’une destinée peut-être plus grande c’est-à-dire : participer à une renaissance citoyenne des peuples africains en général et sénégalais en particulier.

Et cette idée nous tient particulièrement à cœur.

Sénégalaises et sénégalais, Mesdames et messieurs !

Il est temps que l’idée selon laquelle n’importe quelle personne vivant au Sénégal, par son travail, son courage et sa détermination, peut devenir prospère et vivre dignement dans le respect de ses droits constitutionnels, devienne une réalité.

Car, après tant d’années d’humiliations vécue, sur son terroir, de l’esclavage à la néo-colonisation d’aujourd’hui en passant par la-colonisation, l’homme africain a fini par perdre l’estime de ses paires et la confiance en sa patrie. Car bon nombre de dirigeants se sont substitués au colonisateur pour tenir le même bâton avec plus de rigueur et moins d’humanité.

Dans ces conditions, l’homme se sent de plus en plus étranger dans sa patrie qui apparait désormais comme un lieu de privation et d’exploitation que la plupart cherche à échapper en tentant l’aventure qui souvent se présente très ambigüe, tant les voies empruntées sont suicidaires.

Nous voulons surtout faire allusion à cette frange de la population jeune meurtrie qui se bat au quotidien dans la souffrance, l’humiliation et la prédation policière lorsqu’elle ose s’indigner.

Oui en effet, ils se battent pour nos pays qui, pour la plupart, commandés par des gouvernants hostiles au progrès et à l’émancipation de l’homme africain parce que, surement, liés par des intérêts autres que ceux qui devraient conduire à ôter les chaines qui maintiennent l’Afrique et les africains à la traine depuis des millénaires.

Tout ceci a fini par créer une haine et une réelle distance entre l’homme africain et sa patrie. Et face à ce désamour, il n’y a de place ni pour le développement ni pour un avenir encore moins pour un progrès.

Mais le dernier mot est-il dit ? L’espérance doit-elle disparaitre ? La distance est-elle définitive ?

Non ! Car, Oui, le « Rêve africain en général et sénégalais en particulier » est bien possible !
Il faut donc tenter de réconcilier l’homme avec sa patrie, sa nation et surtout avec lui-même parce que la patrie est en chacun d’entre nous citoyen.

Sénégalaises et sénégalais, Mesdames et messieurs !

C’est donc conscient de notre devoir citoyen et en considération de cette INJUSTICE qui nous envahit chaque jour depuis des années que nous avons décidé ensemble, sénégalais, de le concrétiser et en nous retrouvant autour d’un mouvement national citoyen dénommé « Union pour un Sénégal Juste » « Senegaal Gu Deggu ».

L’objectif de ce rassemblement citoyen est de réconcilier l’homme avec sa patrie en créant un cadre d’actions et d’échanges de jeunes, de femmes et de personnes âgés, pour bâtir une nouvelle citoyenneté centrée sur la loyauté à la patrie, l’honneur, la justice, les idéaux de la démocratie, la responsabilité, l’amour de l’Afrique et de l’africain et la solidarité africaine pour un cadre vie meilleur du citoyen africain et sénégalais en particulier.

Et pour impulser cette nouvelle dynamique citoyenne proposée, nous lançons un vibrant appel à tous les citoyens sénégalais d’ici et de la diaspora à nous rejoindre pour mener ensemble le combat pour un Sénégal Juste.

Nous ne saurions terminer sans renouveler nos sincères remerciements à l’ensemble du peuple sénégalais pour tout et du fond du cœur lui manifester ma personnelle gratitude pour le soutien constant et multiforme, sur internet, dans la vie active et quotidienne depuis maintenant trois (03) ans.

Par ailleurs, vous nous permettrez de féliciter toutes les personnes qui, de près ou de loin, ont largement contribué à la réalisation et à la réussite de ce projet de mouvement, en nous y encourageant constamment depuis plus d’une année et en s’y investissant personnellement pour chacun d’entre elles. Certaines d’entre ces hommes et femmes sont avec nous aujourd’hui ici et d’autres, empêchés, nous suivent de près mais qu’ils trouvent tous en ce mot de cinq (05) lettres de « MERCI » ma sincère reconnaissance pour le service rendu.

A ces mots de remerciements, nous associons toute la presse nationale et internationale qui a pu honorer de sa présence afin de nous faciliter notre communion avec le peuple sénégalais.

Enfin, prions le BON DIEU afin qu’IL continue de nous préserver et de nous guider dans la voie de la justice et de la bonté. Amen.

A toutes et à tous je vous dis Merci, Merci et Merci !

Dakar, le 30 septembre 2023


Seydina Oumar Touré

Président de l’Union Pour un Sénégal Juste « Sénégal Gu Deggu »

1 COMMENTAIRE

  1. L’ex-capitaine le plus nul, le plus menteur, le plus malhonnête et le plus traître de l’histoire de notre gendarmerie !! Doo rouss sakh di falsifier les pv d’audition de Adji Sarr et de les transmettre frauduleusement au Mandikat international Pape Alé Niang et à griot Ahmed Aïdara. Tu as souillé de façon indigne et criminelle notre gendarmerie ! Mais vous et vous votre Yolom Guénio sodomiseur national, vous payerez toutes vos forfaitures et vos complots contre notre pays… Affaire bi yagga toul…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Très beau discours (Par Pape Kalidou Thiam)

S'adresser à l'autorité suprême de la Mouridya est un...

Tivaoune : Bassirou Diomaye Faye en tête à tête avec Serigne Babacar Sy Mansour

XALIMANEWS- Après Touba, cap sur Tivaouane. Le Président Bassirou...

L’Apr dans l’opposition : pour un parti structuré et conquérant (Par Aliou Ndao Fall)

Cette armée mexicaine créée le 1er décembre 2008 par...