Fondateur de la start-up « Tamba labs »: le pharmacien Doudou Tamba inventeur d’un biocide anti-moustique

Date:

Quand il a terminé ses études de pharmacie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Dr Doudou Tamba a abandonné, pour se consacrer à une carrière de judo à Marseille. Mais, rattrapé par le cours du destin, il est retourné à ses premières amours. Aujourd’hui, le fondateur de la start-up « Tamba Labs » a découvert le projet « Reptik », un biocide anti-moustique dont la plante pousse en Casamance. Profil.

Le 29 décembre 2023, la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar avait rendez-vous avec l’histoire. Fermé depuis le mois de juin 2023, à la suite d’émeutes, le temple du savoir retrouve un peu de lumière comme sa devise (lux mea lex) avec la découverte d’un actif dans la lutte anti-vectorielle, c’est-à-dire le projet « Reptik », un biocide anti-moustique. L’œuvre est du Dr Doudou Tamba qui informe que la plante existe actuellement en Casamance. Face à la presse, le quadra distribue les sourires çà et là avec le sentiment du devoir accompli devant des journalistes.
Dans un pays où le paludisme est encore omniprésent, cette création pourrait constituer une nouvelle piste de solution dans la lutte contre cette maladie. « Ce projet surpasse de 3 à 10 fois les références du marché mondial dans le domaine de la prévention contre les moustiques. Un brevet d’invention français a été déposé, en mars 2023, avec une extension mondiale prévue dès 2024. En mai dernier, une autorisation de mise sur le marché en France a été obtenue, constituant une première mémorable pour un chercheur sénégalais dans ce domaine de santé où aucune innovation majeure n’avait été apportée depuis près de 30 ans à l’échelle mondiale », a-t-il expliqué.

Il abandonne les études pour le judo

S’il se pose aujourd’hui comme un innovateur, Dr Tamba aurait pu se retrouver loin des laboratoires de recherche. Après la fin de ses études de pharmacie à l’Université Cheikh Anta Diop, il décide de tout mettre de côté pour se consacrer à son ambition de devenir champion du monde en judo. Mais, nul ne peut échapper à son destin, dit le dicton. D’autres diront que « l’homme propose, Dieu dispose ». À Marseille, c’est une blessure qui l’éloigne des tatamis. Contraint de renoncer à son rêve d’enfant dans le Vieux port, il s’inscrit à la Faculté de pharmacie de Marseille où il a obtenu un diplôme d’ingénieur en biotechnologies. Sa formation s’est conclue par une spécialisation à la Faculté de médecine de Marseille en tant qu’investigateur clinique de produits de santé.
Né le 29 juillet 1977 à Dakar, d’un père biologiste (Abdourahmane Tamba) et d’une mère traductrice (Fatoumata Badji), le fondateur de la start-up « Tamba Labs » a débuté son parcours éducatif au groupe scolaire Nolivé de Liberté 6 avant d’obtenir son baccalauréat série D au Lycée Maurice de la Delafosse. Docteur en pharmacie, il a approfondi ses connaissances à l’Ucad, se spécialisant ensuite en ethnopharmacologie. « Mon inspiration puise ses racines dans un héritage familial qui remonte à plusieurs siècles. Je suis le descendant d’une lignée de phytothérapeutes, une tradition que l’on peut retracer jusqu’au 11e siècle, comme le mentionne Djibril Tamsir Niane dans son ouvrage « Histoire des Mandingues de l’Ouest ». Cet héritage familial est un véritable trésor de connaissances sur les plantes, transmis de génération en génération, avec certains membres de ma famille qui continuent de perpétuer cette tradition en tant que phytothérapeutes et gardiens du bois sacré », théorise Dr Tamba.
Porteur de cette riche histoire, il s’investit avec passion et conviction dans la valorisation de ses connaissances. « Mon engagement se manifeste par le développement de biotechnologies et de principes actifs issus de plantes médicinales africaines, transformées par une approche respectueuse de l’environnement, à savoir la chimie verte », explique-t-il.
Aujourd’hui, son défi est de mettre en lumière ces trésors de la nature en créant des solutions innovantes destinées aux industries pharmaceutiques. « Ma démarche s’inscrit dans la continuité d’une tradition familiale séculaire, mais aussi dans une vision contemporaine tournée vers le développement durable et le progrès scientifique au service de la santé », a-t-il ajouté.
Expérience mise à la disposition du Sénégal
Fort de ses acquis, Doudou Tamba a accumulé des expériences professionnelles dans les secteurs pharmaceutiques et agroalimentaires, ainsi qu’en tant que consultant spécialisé dans la formulation d’actifs innovants. En 2019, il concrétise sa vision en fondant la startup « Tamba Labs » à Aix-en-Provence. « Notre approche de recherche repose sur une méthodologie transdisciplinaire ethnobotanique et ethno-pharmacologique en trois étapes, visant à maximiser l’efficacité de nos investigations et à aboutir à des résultats significatifs dans le domaine spécifié », explique Dr Tamba, joint depuis Marseille.
La première phase de sa méthodologie consiste en un travail de terrain en ethnopharmacologie, focalisé sur le recensement des savoirs thérapeutiques locaux. En effet, cette étape englobe l’identification et la collecte de plantes ainsi que d’autres matières premières utilisées dans la médecine traditionnelle. « Cette approche permet une compréhension approfondie des systèmes de soins traditionnels, facilitant l’identification des plantes médicinales les plus prometteuses sur le plan phyto-thérapeutique. Cette orientation initiale accélère le processus de recherche et assure des résultats valorisables », explique-t-il
La deuxième étape se déroule en laboratoire où il évalue « l’efficacité et l’innocuité thérapeutique » des remèdes traditionnels. Dans sa démonstration, Albert Einstein avec la Théorie de la relativité, Dr Tamba déroule : « Des criblages biologiques et toxicologiques sont effectués pour déterminer l’efficacité des composés actifs et leur sécurité d’utilisation. Les tests in vitro et in vivo sont des éléments cruciaux pour évaluer les effets des nouveaux actifs sélectionnés ».
Passionné de recherche, adepte de l’innovation, il a réussi son entrée en incubation au sein de la pépinière « CleanTech » en tant que startup innovante dans le domaine de la chimie verte et des biotechnologies. En juillet 2019, il devient le lauréat du « Réseau Entreprendre », le plus grand réseau français de chefs d’entreprises.
En septembre 2021, il a obtenu une nouvelle distinction en tant que « Lauréat France Initiative », le 2e plus grand réseau de chefs d’entreprises en France. Ce capital d’expériences est aujourd’hui mis au service du Sénégal par Dr Tamba. Au pays d’en profiter…

Babacar Guèye DIOP Le Soleil

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Bataille de succession à la tête du barreau : Me Mbaye Guèye perd à la Cour d’Appel

XALIMANEWS-La lutte pour la succession à la tête du...

Rapport sur l’emploi 2023: Découvrez le nombre de CDD et de CDI…

XALIMANEWS: (Sud Quotidien) Le Rapport annuel des Statistiques du...

La Une des quotidiens du mardi 23 juillet 2024

La Une des quotidiens du mardi 23 juillet 2024

Touba : Cheikh Tidiane Dièye annonce une nouvelle stratégie de lutte contre les inondations dans les grandes villes

XALIMANEWS- Le ministre de l'Assainissement et de l'hydraulique donne...