Habib Mbaye, ministre conseiller de Wade: « Nul ne saurait lister les réalisations de l’alternance, car l’œuvre du chef de l’Etat est incommensurable »

Date:

Le ministre conseiller chargé du Suivi des engagements du président de la République a la certitude que quiconque cherchait à lister les réalisations de l’alternance, pédalerait dans le vide. Car, selon Habib Mbaye, en dix ans, les réalisations de Me Abdoulaye Wade sont un long fleuve tranquille difficile à quantifier.

L’As : Quel bilan tirez-vous des dix ans d’alternance, en termes d’engagements pris par Wade ?
Nul ne saurait lister les réalisations du président de la République, durant ses dix ans de gestion du Sénégal, car son œuvre est incommensurable. On ne saurait guère quantifier les réalisations de l’alternance. C’est un long fleuve tranquille. Que ça soit dans le domaine de l’éducation, de la santé, des infrastructures, de l’emploi, de la croissance économique…, le chef de l’Etat a marqué de son empreinte son avènement au Pouvoir. Il me plait d’évoquer en premier lieu le réseau routier. Car, malgré les redressements opérés dans les années 90 avec le Programme sectoriel des Transports, le secteur routier se trouvait encore, à l’entame du nouveau Millénaire, dans un état désastreux avec 65 % des routes revêtues et 83 % des routes en terre du réseau routier classé dans un mauvais état. Et c’est en 2000 que de nouvelles options ont été prises, accordant la priorité aux infrastructures de qualité répondant aux normes internationales, telles que conceptualisées dans le Nepad et adoptées par la Cedeao.

À combien s’élèvent les investissements publics dans le sous-secteur routier ?

Ces investissements ont plus que quintuplé entre 2000 et 2007, comparé à la période 1993-2000. Ainsi, depuis 2000, des projets d’un montant de 307 milliards FCFA ont été réalisés, parmi lesquels on peut citer les échangeurs de Malick Sy et Cyrnos, l’élargissement de la Corniche en 2X2 voies Bloc Madeleine- stèle Mermoz-Mamelles dont le tunnel de Soumbédioune, l’élargissement de la Vdn en 2X3 voies avec 3 ouvrages (Ponts de la place Omvs, Ancienne Piste et liberté 6, l’élargissent en 2 x 2 voies Patte d’Oie-Aéroport avec l’ouvrage en trèfle du Cices. Et ce n’est pas tout, parce qu’il faut y ajouter les routes Diamniadio–Kaolack, Kolda–Dianamalary, Sokone–Karang, Bignona–Séléty, Cap Skirring–Ziguinchor–Mpak ; Diamniadio-Thiès et Mbour-Joal ; la réhabilitation de 1640 Km environ de routes en terre dans les régions de Diourbel, Louga, Kaolack, Kolda, Thiès et Ziguinchor ; la construction des ponts de Médina Ndiathbé, de Diaroumé et de Ngouye ainsi que des passerelles de Joal Fadiouth. Grâce à ces efforts, le réseau routier s’est enrichi de 805 km de routes nouvelles faisant ainsi passer le linéaire de routes du réseau classé revêtu à un total de 4.805 km. S’y ajoutent la réhabilitation des routes de Kaolack Etoile avec les axes Kaolack–Ndoffane, Kaolack–Keur Madiabel et Kaolack–Passy ; la construction des Boucles du Blouf et du Boudié, des routes Oussouye–Mlomp–Elinkine–Djiromait dans les régions de Ziguinchor et Kolda. Sans compter que plusieurs pistes de production d’un linéaire total de 1513 km qui sont en train d’être construites ou réhabilitées dans le bassin arachidier et dans les régions de Tambacounda, Ziguinchor et Kolda. Ces projets vont accompagner la Goana et jouer un rôle important dans la lutte contre la pauvreté et l’autosuffisance alimentaire.

Le gouvernement se fixe pour objectif d’arriver à un pourcentage de 70 %, dès décembre 2010 et à 90 % en 2012, en termes d’infrastructures routières. A-t-il déjà l’onction des partenaires financiers pour réussir son pari ?

Dans les trois prochaines années, l’Etat va engager de nouveaux projets de grande envergure et dont la réalisation conditionne le futur économique et social du pays. Ainsi, le réseau structurant primaire va être mis à niveau grâce à l’appui de l’Union européenne qui va financer les travaux de réhabilitation de la route Saint-Louis- Rosso-Richard-Toll pour 30 milliards F Cfa. Deux routes stratégiques vont être réhabilitées dans ce cadre : la Nationale 6 ou route du Sud entre Vélingara et Ziguinchor, avec la reconstruction des ponts de Kolda et Tanaf et la Nationale 2 entre Ourossogui et Bakel, soit près de 790 km. La réhabilitation des routes de l’île à Morphil fait partie aussi de ce programme avec la construction des ponts de Ndioum et Halwar.

Les études de ces projets sont très avancées. Des efforts importants consentis, en termes de financement de l’entretien, ont permis d’avoir aujourd’hui, malgré les difficultés budgétaires connues en 2007 et 2008, un réseau routier classé en bon ou moyen état, à près de 60 % contre 30 % en 2000. Avec le concours de nos partenaires au développement, l’Etat va entreprendre en 2010, la réhabilitation de la route Tambacounda – Kédougou qui est le seul maillon présentant encore des faiblesses sur le corridor Dakar – Bamako. Il en est de même de la 2ème phase de la Boucle du Blouf dont le financement a été trouvé. Entre 2000 et 2008, 1138 milliards de Fcfa dont 438 terminés et 700 en cours ont été investis correspondant à 1991 km de routes bitumées toutes en enrobés denses d’au moins 5 cm, 2453 km de pistes et plusieurs ponts reconstruits d’un linéaire cumulé de 3658 m.

On accuse le régime de Wade d’avoir échoué, dans sa politique d’emplois en direction des jeunes…

Là, je vous arrête aussitôt ! En matière de politique d’emplois des jeunes, je puis vous dire qu’entre le président Wade et ses prédécesseurs, il n’y a même pas photo. Dès son accession au pouvoir, le président de la République a eu l’ingénieuse idée de porter sur les fonts baptismaux le Fonds national d’insertion des jeunes. Ainsi, celui-ci, qui était de 10 millions, a été multiplié par 10, soit un montant de 100 millions de F Cfa par an. Depuis 2000, le Fnpj, pour ce qui est des jeunes filles en affaires, a permis de subventionner 538 micro-projets, pour un montant global de 154.181.711 Fcfa correspondant 599 emplois. Le chef de l’Etat ne s’est pas arrêté en si bon chemin, car Le Programme Asc/Emploi jeunes, qui n’avait pas de contenu avant l’alternance, a permis de financer 121 projets, grâce au chef de l’Etat, pour un montant global de 350.895.925 F Cfa créant ainsi 392 emplois.

Tout de même, le Fnpj a accouché d’un fiasco ?

Loin de là. Car le Fonds national de promotion de la jeunesse a permis, depuis sa création, de financer 2378 projets pour un montant de 6.230.853.144 F avec 12.408 emplois créés ou consolidés. La Convention de partenariat avec la Banque régionale de Solidarité qui, plus sélective et mieux normée, est cependant très sollicitée. Un premier dépôt de 50 millions a permis déjà le financement de 27 grands projets pour un montant de 211 millions. Aussi, il faut retenir que le « Tout Petit Crédit » est toujours en cours pour un montant de 150 millions dans 27 départements. À titre d’exemple, ont été financés 770 micro projets et 111 projets pour un montant de 50 millions pour les jeunes de la banlieue de Dakar. En dehors du Fnpj, il y a l’Agence nationale pour l’emploi des jeunes (Anej), dont la création a permis la mise en place du projet « le bus de l’emploi », la mise en place d’une base de données sur les demandeurs d’emploi, et la réalisation d’un guide pour le demandeur d’emploi (Goorboulot). Sans compter l’identification des créneaux porteurs dans divers secteurs de la vie économique du pays, le montage d’environ 7.200 projets de jeunes, ainsi qu’un appui-conseil au profit de 49.645 jeunes par l’Anej.

On a beau être contre le président de la République, mais on ne saurait fermer les yeux sur les nombreuses opportunités qu’il a offertes aux jeunes. Car, rien que par l’entremise de l’Anej, il a procédé au recrutement de 240 anciens volontaires d’appui aux initiatives de développement local comme secrétaires communautaires, le placement permanent ou temporaire de 400 jeunes à la Lonase, le placement permanent ou temporaire de 60 jeunes à la Poste, la formation de plus de 150 jeunes en conduite automobile, tous titulaires aujourd’hui du permis de conduire. Aussi, ont été créés 550 emplois temporaires pour la consolidation des chantiers de reboisement, 50 contractuels au Coud.

Que répondez-vous à certains qui estiment que l’alternance est, en termes de cherté des prix des denrées de première nécessité, une métastase cancéreuse pour les populations ?

Les théoriciens d’une telle thèse sont soit des adeptes de la politique politicienne soit des gens qui refusent de voir la réalité. Car, entre 2006 et fin 2008, l’Etat a consenti un effort financier de l’ordre de 374 Milliards de F Cfa pour soutenir les prix sous forme de subventions directes et indirectes, contribuant ainsi à réduire les prix des denrées de premières nécessités. Avec à la clé la suspension des droits et Taxes 10 % de DD sur le riz ; 23 % de DD et de TVA sur le lait et 5 % de DD sur le blé. Mieux, le chef de l’Etat a instruit son gouvernement de procéder aux subventions directes sur l’huile, la farine, le gaz, les hydrocarbures etc. Et ces dispositions ont permis d’enregistrer une baisse significative des prix entre 2008 et 2009 sur le riz non parfumé, baisse de 175 F Cfa, soit 41,5 % en valeur relative ; lait en poudre en conditionnement de 400g – 500g, diminution de 14 à 23 % soit 200 à 300 francs sur le sachet. Une enveloppe de trois milliards de F Cfa est dégagée par l’Etat pour le recasement des marchands ambulants. Le projet a pour objet l’affectation, dans une première phase, de quatre mille cantines (4.000) aux huit mille quatre cents (8.400) marchands ambulants identifiés. Et le meilleur reste à venir.

Propos recueillis par Daouda THIAM
lasquotidien.info

16 Commentaires

  1. dimanche 21 mars 2010 – POUR UNE PREMIERE DE « TOURS OF AFRICA SERIES-SENEGAL »
    Wade fait son « cinéma » à Washington
    Le président de la République, Me Abdoulaye Wade se rend encore à Washington, avait informé récemment nos confrères du quotidien « l’As ». Au motif d’une invitation de la Banque mondiale. De sources concordantes, il semblerait que ce serait plutôt pour aller visionner la première de « Présidential Tours of Africa Series » consacré à la promotion touristique de notre pays. Un film où il est « l’acteur principal » tourné au mois de décembre dernier.

    Bougeotte irrémédiable et incurable ou incitation de conseillers en mal d’inspiration ou plutôt très intéressement inspirés ? Nul ne sait, mais Me Wade devrait reprendre les airs pour se rendre encore une fois à Washington ce week-end. Nos confrères de « l’As » avait vendu la mèche dans une récente parution. Il semblerait cependant que contrairement à l’information qui veut qu’il se rende sur invitation de la Banque mondiale, il va simplement pour assister à la première d’un film promotionnel des atours sénégalais qui aura lieu dans une des vastes salles de conférence, « le Preston auditorium » de la Banque mondiale au 1818 H st., N.W. Washington, D.C.20006. Une série qui vise à la promotion de l’Afrique au pays de l’Oncle Sam. Un documentaire qui tente de mettre en évidence les atouts et atours de pays africains avec comme acteurs principaux, leurs chefs d’Etat expliquant et faisant la promotion touristiques et économiques dans le film de leurs pays.

    Offusqués certains membres africains du personnel de la Banque n’ont pas manqué d’appeler leur « pays » pour réfuter l’information d’une quelconque invitation de leur institution adressée au chef de l’Etat sénégalais et s’indigner du déplacement du président Wade rien que pour assister à la première d’un film. L’attaché culturel à l’Ambassade du Sénégal à Washington suffit largement à leurs yeux à la représentation sénégalaise dans une telle manifestation.

    En ce qui concerne le film, une société américaine dénommée « Société de l’Afrique » en partenariat avec des tours opérators aux Usa a imaginé et réalisé la série qu’elle a commencé en 2003 avec la première « de l’Ouganda : le Tour Présidentiel, » mené par Président Kaguta Museveni. Après le succès de ce film, la série a continué avec le Ghana en 2005 et le Botswana en 2008 qui est le troisième dans la série..

    Ces films ont été vus par plus de 180 millions de ménages aux Etats Unis avec les images positives et précises de l’Afrique, disent les promoteurs. Quatrième dans la série, c’est le tour aujourd’hui du Sénégal dont le film a été tourné au mois de décembre dernier. On apprend ainsi de certaines sources généralement bien informées, que le président Wade se rend aux Usa à la tête d’une délégation d’une cinquantaine de personnes. S’il loge comme à l’accoutumée à « Intercontinental Washington » son palace habituel, il devra débourser renseignent des sources qualifiées, pour sa suite 5000 à 6000 dollars la nuitée, soit 2 millions à 2 millions cinq cent milles Fcfa ! Et sa suite si elle loge à la même enseigne « plus modestement » certainement devra coûter néanmoins en 400 à 600 dollars la nuitée. Soit pour une seule nuit d’hôtel, les contribuables sénégalais devront pour leur président et sa délégation

    casquer en moyenne 24.600 dollars, soit 12.300. 000 de Fcfa. Combien de nuitées fera la délégation sénégalaise en Amérique ? C’est assurément cher payé pour une première. A moins, pense-t-on dans certains milieux avisés, qu’un autre agenda ne préoccupe et occupe le président de la République, le temps de son séjour à Washington. Auquel cas, le visonnage du film ne serait qu’un prétexte tout trouvé pour se rendre aux Amériques. N’empêche, pestent plusieurs membres africains du personnel de la Banque mondiale, « le président sénégalais ose ce que son hôte américain, Obama ne risquera jamais de faire, ni son homologue français, Nicolas Sarkozy ». Les chefs de l’Exécutif américain et français n’osent en effet, mobiliser, disent-ils les moyens de leurs Etats pour aller visionner un film à l’étranger.

    A Dakar, on s’interroge également sur les raisons qui empêcheraient le président de la République d’inviter les initiateurs dans sa capitale à l’occasion des manifestations marquant aussi bien le dixième anniversaire de son ascension au sommet de l’Etat, que le cinquantenaire de nos indépendances, si tant est qu’il veut personnellement voir le film en premier ? Qu’est-ce qui le gênerait de les inviter à l’inauguration prévue au mois d’avril prochain de sa statue de la « Renaissance africaine » qui occuperait, dit-on, une place importante dans le film ? Ou d’envoyer à la limite son conseiller culturel ou même son ministre de la Culture s’il ne veut se contenter de son attaché culturel à Washington ? Encore un coup porté à l’image du pays déjà écornée et de l’eau au moulin de ceux qui parlent de son narcissisme.

    Que dire maintenant du fils qui semble faire le tour du monde en… jet privé. Ryad, New Dehli et où encore à travers le monde ? Il se raconte que nos « amis Indiens » qui ont formellement interdit à leurs ministres de voyager même en première et en classe affaires, sont ébaubis devant la prestance du ministre sénégalais qui débarque chez eux en jet privé. En attendant, Me Wade fait lui son « cinéma » à Washington au grand dam de ses concitoyens.

    Madior FALL

  2. LE PROCHAIN ABDOULAYE WADE, CE SERA QUI ?

    Si l’opposition gagne les élections en 2012, voire après, les transhumants n’hésiteront pas de rejoindre une fois de plus le parti au pouvoir. Ces gens là ne sont que des opportunistes. Ils broutent là où leurs intérêts les attachent et les mènent par le bout du nez.
    Je ne suis pas contre le fait de se préoccuper de ses intérêts, mais quand même avec la manière. Nos hommes politiques n’ont aucune vergogne. J’ai entendu à la radio une femme transhumant(e) dire que  » c’est mon marabout qui m’a conseillée de soutenir le président wade ». La question qui se pose et s’impose est celle-ci: Pourquoi ne lui avait-il pas conseillé cela avant l’alternance ? On dirait que son marabout ne connaissait pas wade opposant, et que c’est maintenant que wade est devenu président qu’il a pitié de lui et veut le soutenir. Quel paradoxe ! Chers concitoyens, soyons honnêtes, la plupart d’entre nous, à quelques exceptions près, sommes comme ces fameux transhumants, beaucoup feraient la même chose s’ils étaient à leur place.
    Arrêtons de rêver à propos des hommes politiques au Sénégal. Si on ne fait pas attention, la personne qui succédera à wade sera comme lui, voire même pire. De nos jours, on peut dire qu’il n’existe pas de bons présidents, mais de moins mauvais avec un peuple éveillé qui jouera le rôle de contre-pouvoir. C’est le cas de certains pays developpés. Si on croit que les leaders de l’opposition se préoccupent des intérêts du Sénégal, le réveil sera brusque et très dur. Ils sont aveuglés par la re-conquête du pouvoir. Et une fois que l’un d’entre eux est élu, il se détourne de la réalité à laquelle il a fait face quand il était dans l’opposition, oublie ses engagements, se met à jouir de son nouveau rang social. Pour preuve, les anciens alliés de wade sont devenus aujourd’hui ses opposants. Le nouveau président élu tendra la main à quiconque voudra bien l’aider à garder le plus longtemps possible sa promotion sociale. Par conséquent, c’est en ce moment que commence la politique politicienne. Et ceux qui rejoindront le nouveau élu feront tout, à leur tour, pour garder les privilèges qu’il voudra bien les accorder. Et hop ! C’est parti pour 5 à 7 ans de complicité et association de malfaiteurs sur le dos du peuple. Des exemples foisonnent à crever l’œil. Ne dit-on pas souvent qu’il est plus aisé de s’accommoder de son ennemi en l’ayant à l’œil que de le laisser tourner autour de soi ? Le tribunal du peuple qui a toujours été abusé, composé d’électeurs se réunira, en fin au bout de cinq années de préjudices subits, à la prochaine élection présidentielle pour les juger.
    Par ailleurs, dire que wade n’a rien réalisé relève de la mauvaise foi. Le problème c’est qu’il agit tellement mal que ses bonnes réalisations deviennent l’arbre à peine visible qui cache la forêt de ses bêtises dans laquelle il s’est engouffré. Souhaitons-lui que la nuit d’une soirée électorale en 2012 ne l’y surprenne en sommeil. Il s’est fait des ennemis tout seul de par ses agissements qui sont à mille lieux anti-démocratiques.
    A l’inverse d’Ahmadinejad, actuel président le l’Iran qui enrichit l’uranium ; le président Wade, dans l’incapacité totale de construire ses centrales nucléaires promises, enrichit une infime partie de la population et laisse la majorité en rade sous les eaux.
    Au cours de l’émission « La tribune » de CanalInfoNews, pour faire étalage de son égo démesuré, Wade répond à une interpellation par rapport au terrain d’hydrobase qui sera libéré par l’armée française, il dit « je le (le terrain) garde pour moi », avant de rectifier et d’ajouter que « c’est pour le président ». Je rappelle que cette base fait partie des endroits les plus bels du Sénégal. Wade confond à volonté lui et l’institution qu’il représente.
    Au cours de la même émission, en répondant à une question à propos du pourcentage qu’il va prélever sur les retombées financières du monument de la renaissance, Wade dit qu’il a crée une fondation qui devra gérer cet argent pour le reverser aux cases des tout-petits. Ce qui retient mon attention dans ses propos c’est quand il dit qu’il a crée cette fondation et a fait de sorte qu’aucune autre autorité demain ne pourra rien faire pour utiliser cet argent à son profit. Il s’est même exprimé en ces termes : « damako yeew » (je l’ai sécurisée) en référence à la fondation. J’évoque ce passage pour dire pourquoi on ne peut pas en faire autant pour notre constitution ? Nous devons exiger qu’elle soit sécurisée pour qu’aucun autre président ne puisse demain y toucher qu’en cas d’extrême nécessité qui sera approuvée par le conseil constitutionnel. Le paradoxe à ce niveau c’est que notre conseil constitutionnel n’est pas indépendant, il obéit au président au nez et à la barbe de tous.
    Tout cela pour dire que tant que le peuple ne prend pas son destin en main, aucun homme politique ne le fera à sa place. Nos hommes politiques se sont enfermés dans un monde où l’intérêt commun est un vain mot, où les promesses sont plus fortes que les actes.
    Hier, 19 mars 2000, l’espoir que nous avions placé en wade était immense, aujourd’hui nous voilà en train de précipiter son départ. Théoriquement parlant, je crois que l’élection de wade n’est pas mauvaise à tout point de vue car, il fallait passer par cette étape pour pouvoir tirer certains enseignements à propos de nos politiciens qui n’hésitent pas à retourner la veste quand la situation n’est plus à leurs avantages. Cet état de fait devrait beaucoup nous conscientiser à condition qu’on accepte d’apprendre par nos erreurs. Les conclusions que nous devons tirer sous le régime de Wade ne font que commencer.
    Si wade quitte le pouvoir, cela mettra à nu le jeu d’échec auquel beaucoup de nos hommes politiques se livrent mais pas à sa fin malheureusement. Par exemple, en cas de défaite du PDS ceux qui ont transhumé ne se gêneront sûrement pas de faire les yeux doux au parti qui est aux affaires. Par exemple, si le PS retournerait au pouvoir, Ceux qui l’avaient quitté et affaibli du coup y retourneront comme si de rien n’était. Je suis quasiment sûr que certains aurons même le culot de déclarer qu’ils s’étaient trompés en quittant le parti, ou bien pire, qu’ils ont été maraboutés car le PS est leur parti de toujours et ils y ont fait leurs premières armes en politique. Ils se mettront à tirer à boulets rouges sur un PDS édenté et en agonie. Toutes les excuses seront bonnes pour cautionner leurs gestes regrettables, conditionnés par le seul appât du gain, la recherche de l’opulence et la fuite de responsabilité au détriment des pauvres. Pour s’en convaincre, il suffit que le président les ignore et les laisse galérer dans l’opposition pour un temps avant de les « recruter » tels des va-t-en-guerre, ils répondront en toute allure tête baissée et armes en main. Les plus téméraires, fatigués d’attendre une quelconque nomination, versent dans le chantage. J’ai hâte de voir un troisième président pour mettre davantage en exergue l’attitude décrite en dessus de beaucoup de nos politiciens.
    C’est au peuple de sanctionner ces genres de comportements car tout homme investi d’un pouvoir est tenté à en abuser. Mais le problème du Sénégal est que le peuple lui-même est malade, il est à l’image de sa classe politique. Quelle impasse ! Je reconnais qu’il y ait des hommes de valeur au sein du peuple, mais l’écrasante majorité a une mauvaise approche quant à la gestion de la cité. A force de voir les actes que posent nos hommes politiques et la réplique des citoyens, j’ai suis malheureusement tenté de me poser la question suivante: Le prochain wade, ce sera qui ? Car Dieu sait qu’il y en a.

  3. N’est Ce pas c’est lui qui faisait le Petit Malin en disant qu’il est sorti d’HEC Paris alors qu’il n’est meme pas capable de Manage un projet Gratuit « PLATEFORME of DIAMNIADIO », qui s’est vu etre un Tres grand Flop. C’est lui qui ose defendre son oncle.

    SAMA GUYS YI il y a trop de comediens au Senegal

  4. Bravo et félicitations à Mr Mbaye.Il a eu un brillant parcours scolaire et professionnel.
    Suis toujours contente de voir des personnes qui ont du savoir positif
    Que Dieu vous garde longtemps encore en vie au service de notre nation.
    Et que Dieu donne au monde entier et particulièrement au Sénégal beaucoup de « Habib Mbaye »

  5. Comment peut-on « traficoter » son diplôme et oser enmmener le PR (wadd burr) à son université HEC paris??(voir archives)
    De plus tout le monde sait que le projet de la plateforme de diamniadio a été arraché des mains de ce jeune Mbaye pour soit disant y implanter JAFSA (ce projet jafsa devait faire de la pub pr rimka « wadd » avant qu’il occupe de hauts postes de responsabilité).
    Ce jeune ne pouvait dés lors être comptable de l’échec du projet de la plateforme de diamniadio.Ils l’auraient descendu s’il n’avait pas quitté le projet de la plateforme.
    Yen a assez de ces mensonges et balivernes que l’on met gratuitement sur le dos des gens ya qu’à consulter les archives de HEC paris pour voir.Aigri bou bone bi

  6. Kou mérr bokko
    Vive la jeunesse vive la jeunesse (bou saine bi la wakh dé)
    Khaléyi lène sokhla pour developper notre cher SENEGAL c’est de cette jeunesse dont nous besoin pour avancer.La relève en force…. des thiofs et jeune cadre qui ont de la matière grise en plus) je suis contente et fière pour mon pays .Bonne continuation

  7. Encore un mécontent !!!!
    !Comment peut-on « traficoter » son diplôme et oser enmmener le PR (wadd burr) à son université HEC paris??(voir archives)
    De plus tout le monde sait que le projet de la plateforme de diamniadio a été arraché des mains de ce jeune Mbaye pour soit disant y implanter JAFSA (ce projet jafsa devait faire de la pub pr rimka « wadd » avant qu’il occupe de hauts postes de responsabilité).
    Ce jeune ne pouvait dés lors être comptable de l’échec du projet de la plateforme de diamniadio.Ils l’auraient descendu s’il n’avait pas quitté le projet de la plateforme.
    Yen a assez de ces mensonges et balivernes que l’on met gratuitement sur le dos des gens ya qu’à consulter les archives de HEC paris pour voir.Aigri bou bone bi

  8. JE SALUE LA PERTINENCE DE CES PROPOS ; UNE BONNE SYNTHESE DES REALISATIONS DU PRESIDENT . CE MINISTRE CONSEILLER SUPPORTE ET SUIT LE PRESIDENT DANS TOUTES SES ACTIONS ET PLAIDE TOUJOURS POUR SA REELECTION . OUTRE LE FAIT QUIL SOIT MINISTRE CONSEILLER C’EST UN HOMME COMPETENT ET POLYVALENT AVEC UNE BONNE ELOCUTION , BREF C’EST UN VRAI INTELLECTUEL. ON A BESOIN DE JEUNES COMME LUI POUR DIRIGER LE SENEGAL . IL RENTRE DANS LA CATEGORIE DES JEUNES AMBITIEUX POUR LE DEVELEPPOMENT ECONOMIQUE DU SENEGAL RAISON POUR LAQUELLE IL TRAVAILLE SANS RELACHE SUR LES REALISATIONS DU PRESIDENT POUR REPONDRE AUX QUESTIONS DES SENEGALAIS . LES CHIFFRES NE NOUS MENTENT PAS IL NE FAIT QUE REPETER ET INTERPRETER LES REALISATIONS QUI ONT ETE FAITES . APRES l’AVOIR SUIVIT DE TRES PRES , AVEC SON PARCOURS , EN TEMPS QUE CITOYEN SENEGALAIS , JE SALUE SON TRAVAIL . RESPECT !!!!

  9. Akassa di ziar bou wér mister Bib autant je deteste la politique, autant je respecte ce mec pour ses valeurs, son intelligence et sa droiture (yes droiture ndakh avoir été nommé gestionnaire du compte de Cheikh Ahmadou Bamaba rek doyna référence)
    Bayfall politik mome yorouko la preuve avec tt ce ke tu as abattu com taf à la plateforme dont l’ignorant là parle il te l’ont arraché. Donc de grace bayil politik et reviens à Touba faire ce qui te va le mieux maanam takk ndiggeu liggéyeul serign bi…
    Peace
    Djiby (khabrou mame cheikh…..)

  10. bayil wakh bi et faire comme lui mi gui ligueyeul serigne touba ak wade machallah khalebi yallah nako yallah lafeule thiate rawnaléne mé au senegal ya ke des chauds coeurs bilaye j’ai pitié de vous

  11. serieusement ce gars je l’admire beaucoup parce que c’est un grand bosseur il sait ce qu’il veut et aime serigne touba c’est un trés grand croyant mi gui avancé machallah
    thi kaw thi kaname mr mbaye

  12. bayil wakh bi et faire comme lui mi gui ligueyeul serigne touba ak wade machallah khalebi yallah nako yallah lafeule thiate rawnaléne mé au senegal ya ke des chauds coeurs bilaye j’ai pitié de vous.

  13. habib c’est un grand monsieur qui aime ce qu’il fait et sait ce qu’il fait.
    Il est un homme bien généreux et aime aider machallah.bayiléne nak di togne nakh niite so ke khamoul rek khamouloko

  14. habib c’est un grand monsieur qui aime ce qu’il fait et sait ce qu’il fait.
    Il est un homme bien généreux et aime aider machallah.bayiléne nak di togne nakh niite so ke khamoul rek khamouloko

  15. Mais faites comme lui mome mi gui job mi gui ligueyeul serigne touba ak wade machallah khalebi yallah nako yallah lafeule thiate rawnaléne mé au senegal ya ke des chauds coeurs bilaye j’ai pitié de vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Lutte Sénégalaise : Balla Gaye 2 dirige le combat, corrige Tapha Tine et le terrasse

XALIMANEWS-Ce dimanche à L'arène nationale, Balla Gaye 2, étincelant...

Fortes pluies à Kolda : 2 enfants meurent noyés 

XALIMANEWS-Depuis mercredi, Kolda est sous l'impact de fortes pluies...

Gestion du COUD : Abdou Ndéné Mbodj débusque des cafards

XALIMANEWS-Le nouveau directeur général du Centre des œuvres universitaires...

Nouvelle saisie de cocaïne à l’AIBD : La Douane intercepte une contrevaleur de 3,2 milliards de Fcfa

XALIMANEWS-La Brigade spéciale des Douanes de l’Aéroport international Blaise...