La majorité et le destin national (par El Hadj H. KASSÉ)

Date:

Le Sénégal est à la croisée des chemins. Que cette expression paraisse galvaudée à certains n’enlève en rien sa grave signification. Être à la croisée des chemins, c’est être sous l’injonction impérative de la décision: vers où allons-nous? 

L’histoire offre toujours des possibles, c’est-à-dire un choix entre plusieurs termes, entre plusieurs directions, entre plusieurs scénarios. C’est ce tournant qui agite la majorité présidentielle, soumise à des vents contraires, sommée d’opérer un choix décisif dans cette nouvelle séquence ouverte par la déclaration historique du Président Macky Sall, leader de la coalition Benno Bokk Yaakaar. 

Pour ma part, le choix est d’une limpidité aveuglante: le parti SENEGAL. C’est cette réalité objective qui transcende les ego, les humeurs et les rumeurs, c’est cette nation dans son éternité et ce pays dans sa grandeur, c’est donc le Sénégal qui est et demeure le souffle salutaire en chacun de nous. Soyons les bergers attentifs de cette terre natale, ouverte et hospitalière; soyons ces bergers qui considèrent que sont d’ici tous ceux qui vivent ici. 

Nous voilà donc, ici, sous l’œil vigilant de l’histoire, sous le regard lucide de notre peuple, adjoints au geste sublime de déposition de nos « raisons » particulières. Nous voilà , en ce moment, dans l’obligation de mise à la disposition au profit du Sénégal, de nos compétences individuelles.

C’est sous cet angle qu’il faut comprendre le mot du Président Macky Sall à qui nous avons tous donné mandat de consulter et de nous proposer le candidat le plus apte à nous conduire vers la victoire pour continuer la marche de notre peuple vers les « cités de lumière ». C’est donc pour cette raison que nous faisons confiance au Président Sall qui, en s’élevant aux plus hautes altitudes pour ne considérer que le Pays, indique que le choix ne peut se fonder que sur des critères objectifs. Voilà pourquoi la majorité présidentielle doit signer le pacte avec la vision collective au détriment des échappées solitaires. Le salut réside dans le seul mot d’ordre qui obéit, en ce moment, à cette démarche : tous derrière le candidat désigné OBJECTIVEMENT par le Président Sall pour une victoire dès le premier tour de la présidentielle de février 2024. 

Il est clair que notre démocratie entre dans un cycle qui sera marqué forcément par une dynamique de compromis et de quête permanente de consensus. C’est la raison pour laquelle celui qui sera choisi devra être résolument fédérateur et ouvert aux camarades provisoirement adversaires qui sont tous méritants. Et, au-delà de ces derniers, être rassembleur de toutes les forces vives de la nation. Alors, et seulement alors, nous gagnerons ensemble et gouvernerons ensemble, portant ainsi au  pinacle du modèle démocratique l’expérience exemplaire de gestion partagée du pouvoir qui a marqué ces douze dernières années. Avec la claire conscience que l’enjeu suprême, le seul qui vaille est celui du destin national.

El Hadj H. KASSÉ

2 Commentaires

  1. Elhadji Kasse comme d’autres mercenaires de la plume corrompus et abjects croient encore a la manipulation des annees 1970 pour essayer de preserver la pereniye d’un systeme pourri decadent mafieux violent et sanguinaire
    Le regime de Macky Sall avec ses nombreux morts ses milliers d’arrestations de tortures restera dans la memoire collective senegalaise comme la page la plus noire de notre histoire commune
    Quelle que soit la personne issue des rangs de cette dictature elle sera durement sanctionnee par les senegalais le 24 fevrier si les elections sont normalrment organisees
    Les senegalais n’ont pas oublie les dizaines de jeunes tombes sous les balles des nervis et ce qui est grave une partie de la presse corrompue evite d’evoquer la question ou de reclamer une enquete pour traquer et arreter les auteurs de ces crimes laches
    Macky Sall et ses criminels savent que le prochain sous la pression populaire fera la lumiere sur ces crimes et les auteurs et commanditaires seront vites identifies et arretes raison pour laquelle il fait le forcing pour nous imposer un de ses valets mais c’est peine perdue les senegalais ne l’accepteront pas

  2. Kasse c’est déjà cassé, c’est peine perdue!!! Les sénégalais en ont marre de vous, ils en ont marre de vos mensonges, ils en ont marre de vos manipulations, ils en ont marre de vos incompétence, ils en ont marre de vous voir et de savoir que vous avez voler des milliards de nos deniers publics, ils en ont marre de vous voir vous qui avez volé tout ce qui reste de foncier à Dakar et toute sa région, ils en ont marre, marre, et encore marre de vous. Basta, basta et encore basta fichez le camp d’ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Ziguinchor : Un mort confirmé lors des manifestations de ce samedi

XALIMANEWS- Il s'appelle Landing Diédhiou. Il a été griévement...

Crise électorale : Macky Sall brise le silence et justifie le report

XALIMANEWS- Pour sa première sortie après le vote de...

Non à la dictature, oui au rétablissement de l’Etat de droit (Par Delta Piso)

L'indifférence d'un peuple est la première force d'un régime...

Nos universités ne sont pas des stands de tir ! (Par Babacar Ndiaye)

« UGEBISTES » Abdourahmane Diouf, Cheikh Tidiane Dieye, Ousmane Sonko….., Collègues...