Le Sénégal : Une nation perdue par la roublardise (Par Oumhany Sy)

Date:


Depuis plusieurs années, un nouveau type de sénégalais est apparu dans la sphère politico-médiatique. Un sénégalais roublard, opportuniste, usant sans complexe de la ruse, la calomnie et le mensonge pour arriver à ses fins. D’une présence timorée dans la vie publique à la fin des années 90, il s’affirme et s’impose dans la vie publique, politique et médiatique à la faveur d’une l’alternance du pouvoir en 2000. Depuis, ce nouveau type de sénégalais, une vraie vermine, a fini d’infiltrer les institutions républicaines, religieuses et coutumières, les organisations politiques, les syndicats professionnels, les médias, la société civile, la population entière avec pour seul et unique objectif la réalisation pleine et complète de ses intérêts.
D’intrus, ce nouveau type de sénégalais est devenu le citoyen lambda.
Sa recette lui ayant bien servi, il fait des émules. Il est le nouveau modèle à suivre. Et la roublardise, le nouvel ascenseur social. On est loin du Sénégal des années Senghor et Diouf où le citoyen modèle est celui ou celle qui se distingue par son savoir, son élégance républicaine, ses valeurs morales.
Au nom de la réussite financière, les valeurs morales sont bafouées, considérées d’un ancien temps. Le citoyen sénégalais adulé aujourd’hui, c’est celui qui ne sait justifier l’origine de sa fortune, roule en 4×4, entretient plusieurs épouses, dépense avec outrance et se goinfre de victuailles tous les soirs – on le voit d’ailleurs à la rondeur de sa bedaine. La sénégalaise adulée, c’est celle qui se pavane parée d’or et des plus beaux atours même pour faire son marché du samedi, dépensant à outrance dans les cérémonies, avide de flatteries, entourée d’une bande de troubadours et bongomans à ses moindres déplacements. Ce citoyen comme sa consœur répond à toute critique par l’insulte et la calomnie, au mieux par le mépris. Comme il s’est généralisé au sein de la population, tout contre modèle se retrouve moqué et marginalisé.
Nos hommes politiques, les acteurs médiatiques et de la société civile sont pour beaucoup à l’image de ce nouveau type de sénégalais. C’est ce qui nous conduit dans l’impasse dans laquelle se trouve le Sénégal aujourd’hui. Des politiciens roublards dont l’unique objectif est la préservation de leurs privilèges sont entrain de conduire notre barque commune vers des eaux troubles et dangereuses. Face à eux, les guides religieux et coutumiers, autrefois véritables remparts sociopolitiques, se muent dans un silence peiné, drapés dans leur dignité.
Je ne sais pas comment la situation présente sera résolue, mais ce dont je suis certaine, c’est que si l’on ne combat pas jusque dans les moindres recoins du pays ce nouveau type de citoyen, si on ne remet pas au centre de l’action publique l’éthique et la morale, cette séquence malheureuse de notre histoire que nous sommes entrain de vivre après le discours de Macky Sall, ne sera que le préambule d’un long roman noir dont on ignore laquelle des générations à venir en écrira l’épilogue.
Oumhany Sy
Sociologue

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

CENA – CENI : Quelle alternative pour le Sénégal (Par Ababacar FALL )

La décision annoncée par le Président nouvellement élu Bassirou...

Déception et Espoirs de la Diaspora Sénégalaise : Une Voix en Quête de Reconnaissance (Par Momar Dieng Diop)

La profonde déception ressentie par la diaspora sénégalaise suite...

Radioscopie d’un fléau social le «Tokk mouy dokh»… (Par Mor Talla Gaye)

Au Sénégal de Diomaye Faye, c’est le temps des...

Parrainages maffieux (par Kaccoor Bi)

Les passations de services au niveau des départements ministériels...