Omar pène (artiste-chanteur):« Evitons de politiser la religion et le Sénégal ne s’en portera que mieux ».

Date:

Après la tournée nationale qui a suivi la sortie de son nouvel opus, « Ndaam », Omar Pène s’est envolé avec le « Super Diamono » pour un marathon musical international qui le conduira notamment en Europe et en Amérique. Auparavant, il nous a accordé un entretien… sans détours y compris au sujet de questions qui, par ces temps qui courent, sont estampillées « sensibles ». Propos recueillis.

Vous venez de mettre sur le marché international d’abord, sénégalais ensuite, votre nouvel opus, « Ndaam », essentiellement d’écoute. Comment ce produit a-t-il été accueilli ?

Très positivement. Disons que les fans du « Super Diamono » restent les fans du « Super Diamono ». L’album a été superbement bien accueilli même si c’est de l’acoustique. Vous savez, l’orchestre a traversé beaucoup de courants depuis sa création. Donc les fans et les mélomanes ne se sentent pas perdus en écoutant cet album composé de titres qui ont été joués il y a de cela 30 ou 35 ans. Mais la musique d’aujourd’hui nous pousse à aller beaucoup plus vers l’ouverture. C’est pourquoi nous avons fait cet album. Mais auparavant, nous avons fait « Myamba » et il a bien marché. Avec « Ndaam », c’est pour aller plus loin.

En tant qu’artiste, quel est votre point de vue au sujet du monument de la renaissance qui sera inauguré en Avril ?

Personnellement, à chaque fois que je passe devant, c’est un objet d’art que je vois. Maintenant, il y a que le débat a été confisqué par les politico-religieux et cela ne m’intéresse pas ; je refuse d’entrer dans cette querelle. Cela dit, chaque monument a son histoire. La Tour Eiffel a été traitée de « tas de ferraille » à son époque alors qu’elle est aujourd’hui le monument le plus visité au monde. Quant au monument de le Renaissance, le temps jugera.

On vous reproche souvent de ne pas faire preuve de patriotisme. Par exemple vous pensez à Haïti alors que vos frères meurent dans les inondations…

Il faut bien comprendre une chose : des artistes font beaucoup dans le social et en toute discrétion. Ils font ce qu’ils peuvent dans la mesure de leurs moyens. Mais par rapport aux inondations, c’est une situation déplorable et il faut trouver une solution. Seulement c’est aux élus politiques de le faire et il ne suffit pas de venir avec un sac de riz et de faire du folklore devant les caméras de télévisions ; il faut une réelle volonté de régler le problème et cela est possible. Cette question n’est pas comparable au drame haïtien et je trouve pertinente et humaniste l’initiative de Coumba Gawlo. S’il fallait le refaire, je répondrai présent. Par ailleurs, les nombreux pays qui nous viennent en aide ont pourtant des pauvres et des problèmes chez eux ! Il faut simplement comprendre que les peuples doivent se soutenir et s’entraider. Nous sommes dans un village planétaire, on ne peut pas rester insensibles à ce qui se passe chez nos semblables.

Il a beaucoup été question il n y a pas longtemps de déclarations du président Wade et du ministre Bécaye Diop interprétées par la plupart comme de nature à saper l’équilibre entre les religions d’une part et entre les confréries d’autre part. Iriez-vous jusqu’à dire que le Sénégal court un danger ?

Oui, en effet. Il faut savoir que personne n’a le droit de jouer avec la religion et avec la croyance des autres. D’ailleurs si chacun faisait ce que lui dictent les enseignements de sa religion, il n’y aurait pas de problème. Evitons de politiser la religion et le Sénégal ne s’en portera que mieux.

A-t-il quelque explication dans le fait d’avoir choisi Ziguinchor comme ville pour célébrer vos 35 ans de musique ?

Ziguinchor est plutôt pour moi et le « Super Diamono » un symbole. Nous y avons vécu pendant 3 ans, de 1978 1980. C’est une période qui a beaucoup marqué l’histoire du groupe. Nous étions seulement partis pour quelques mois, mais nous y sommes restés trois ans. Nous nous sommes fait des amis là-bas et nous avons sillonné toute la région. Durant ces années, nous avons été considérés comme des Casamançais parce qu’on a été acceptés par les populations. J’ai même été capitaine d’une équipe de « navétanes ». Le « Super Diamono » se produisait alors dans une boîte et l’entrée était fixée à 300 frs Cfa. Aujourd’hui les choses se présentent différemment et la Casamance et ses populations ont besoin d’activités culturelles, entre autres, pour essayer de panser les blessures morales et psychiques.

On dit souvent des Casamançais qu’ils se sentent oubliés y compris par les artistes…

Ce n’est pas tout à fait faux et je pense qu’il faut que les gens y aillent. La Casamance est une partie intégrante du Sénégal et c’est une très belle ville, avec un public très intéressant. Le fait de se produire là-bas de temps en temps serait une excellence chose. Cela mettrait du baume dans les cœurs et permettrait aux gens d’oublier un peu les moments douloureux… Personnellement, j’y vais une ou deux fois tous les ans depuis au moins 30 ans, même lors des périodes chaudes où personne n’osait y aller. C’est que la Casamance fait partie de ma vie et cette région compte beaucoup de fans du « Super Diamono ». Je suis Sénégalais, j’ai fait le tour du pays ; et s’il y a une région qui me plait c’est Ziguinchor.

Etes-vous optimiste quant au retour définitif de la paix dans cette région ?

Je suis de nature très optimiste et je suis persuadé qu’il arrivera une génération de consciences qui vont aller au-delà des querelles politiciennes. Avec de nouvelles mentalités, et une autre philosophie, les choses vont changer.

africanglobalnews.com

2 Commentaires

  1. TRES IMPORTANT AU LECTEUR

    Avant de lire cette lettre ouverte, copier la pour l’archiver et l’envoyer a vos correspondants et la poster a tous les sites internet. Sinon dans les minutes suivantes, vous ne verrez plus la lettre au site, car elle sera censuree.

    _____________________________________________________________

    Lettre ouverte a l’Empereur de la corruption

    Abdoulaye WADE exporte sa CORRUPTION a New York.

    Il y a quelques semaines de cela a Brooklyn, un quartier New Yorkais, les laquais de Karim Wade, chef de file de la GENERATION DES CORROMPUS (GC), proposaient des terrains au Senegal a ceux qui accepteraient de venir etre des laptots dans leur sinistre fraterie. Pour cela, il etait demande a tout interesse, sa carte nationale d’identite senegalaise et une photocopie de celle-ci.
    Quel dessein inavoue est derriere ces demandes de presentation de CIN pour une promesse de terrain qui ne se concretisera jamais ?
    Ceux qui, par cupidite ou ignorance, ont donne ces cartes nationales d’identite senegalaise, n’imaginent pas ce que les tripatouilleurs bases a la Presidence de la republique sous la couverture de Conseillers en NTIC, sont capables de faire avec du moment ou, ces larbins ont, a partir de cette STATION SUPREME, un acces direct au fichier electoral senegalais.
    Apres ces manoeuvres a Brooklyn, est venue depuis Dakar, Ndeye Khady Diop, grande passeuse de serpilliere dans l’enclos des WADE.
    En sa qualite de Ministre de la Famille, elle agit plutot en Ministre du XAWARE et du GACHIS EXTREME.
    Elle donna tour a tour aux Dahiras, aux associations, a des particuliers, etc..des sommes allant de $1500 a $3000 dollars, en chantant partout, les louanges du candidat malheureux au poste de Maire de la commune d’arrondissement du Point E.
    Comme les Wolofs disent “Mbeur Mooy Mujje Geew”, le pere du chef de file de GENERATION DES CORROMPUS, est entre lui-meme dans la danse ou le Sabar.
    En effet, Abdoulaye Wade, l’homme a la CASQUETTE EN PEAU DE GENOU a, par le biais de Cheikh Mbacke Samb qui est en charge du bureau des passeports au Consulat du Senegal a New York, envoye de l’argent a distribuer aux Dahiras et autres associations sectorielles. Les sommes variant entre $10.000 dollars, $15.000 dollars ou $20.000 dollars US.
    Le President Wade veut, dit-on, subventionner les associations sectorielles senegalaises a New York.
    Ah bon !
    Subvention ou corruption active pour avoir ces Dahiras, associations ou leurs dirigeants dans sa besace en 2012 ?
    N’y-a-il pas TROP de necessiteux au Senegal a qui remettre cet argent que Wade gaspille a New York ?
    Qui remet toujours aux calendes grecques, l’idee du financement des Partis politiques au Senegal ?
    C’est le vendredi passé, 19 mars 2010 (Quelle coincidence !), que le defile des Dahiras et associations, a commence au Consulat du Senegal a New York pour recuperer l’argent aupres de Cheikh Mbacke Samb. Il faut que chaque responsible de Dahira ou association vienne avec un temoin et signe l’accuse de reception de la somme.
    Dans le futur, tous ceux qui ont signe, seront museles a jamais. Le systeme Wade est toujours d’avoir quelqu’un qui vous fera savoir en permanence, que l’encre de votre signature pour de l’argent, est encore fraiche.
    Quand il s’agit de la promotion des paresseux et fainéants, specialite dans laquelle excelle Abdoulaye Wade, le detenteur de l’AWARD DU SEGURAGATE, les partisans du moindre effort sont toujours (La seule chose ou ils sont devant) les premiers de la queue.
    Les Senegalais de New York, des USA et au-dela d’eux, les Senegalais tout court, se posent la question de savoir qui des Dahiras et associations suivantes sont alles en catimini retirer ces fameuses sommes envoyees par Wade-la-corruption-erigee-en-regle.

    1- Keur Serigne Touba -Dahira Mouride a New York
    2- Zawouia El H Malick Sy -Dahira Tidiane de Tivaouane a New York
    3- Dahira Ansarou Dine -Talibes de Cheikh Al Islam, Baye Niasse a New York
    4- Dahira de Leona Niassene, Mame Khalifa Niasse a New York
    5- Dahira Layene a New York
    6- Dahira de Darou Salam 2 a Benedict au Bronx
    7- Dahira du marabout de Bogal
    8- Dahira Gale Cheikh Tidiane a Brooklyn
    9- Dahira Gale Cheikh Oumar Foutyou Tall a Brooklyn
    10- Dahira des Moustarchidine – Cheikh Tidiane Sy ALMAKTUM

    Les associations ou on compte toute une kyrielle
    1 Association des Senegalais d’Amerique (ASA)
    2 Association des ressortissants de Casamance
    3 Pulaar Speaking Association
    4 Association des Catholiques senegalais aux USA
    5 Association des Njambur-Njambur a New York
    6 Association des Baol-Baol a New York
    7 Association des Saloum Saloum a New York
    8 Association des Gnegno a New York
    9 Association des Lebou a New York
    10 La Generation des Corrompus (GC), section de New york
    11 Association des Ressortissants de Mbacke a New York
    12 Association des THIESSOIS a New York
    13 Association des KAOLACKOIS a New York
    14 Association des Saint Louisiens a New York
    15 Association Jolof-jolof a New York, etc……

    Qui de ces associations contactees, mettra le patriotisme et les difficultes auxquelles sont confrontees nos compatriots au pays, et dire courageusement a Wade et son “remetteur” d’argent, “merci” ; mais nous ne voulons pas de cet argent, car nous vivant aux USA, trouvons que c’est a nous d’envoyer de l’argent au Senegal et non l’inverse ?
    Numeriquement, peut-etre une MINORITE le fera, mais elle sera UNE MAJORITE EN HONNETETE.
    Les autres associations senegalaises des autres villes et etats aux USA, ne doivent-elles pas, elles aussi beneficier de ces “subventions bleues” ?
    Par Anti-corruption

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Lutte Sénégalaise : Balla Gaye 2 dirige le combat, corrige Tapha Tine et le terrasse

XALIMANEWS-Ce dimanche à L'arène nationale, Balla Gaye 2, étincelant...

Fortes pluies à Kolda : 2 enfants meurent noyés 

XALIMANEWS-Depuis mercredi, Kolda est sous l'impact de fortes pluies...

Gestion du COUD : Abdou Ndéné Mbodj débusque des cafards

XALIMANEWS-Le nouveau directeur général du Centre des œuvres universitaires...

Nouvelle saisie de cocaïne à l’AIBD : La Douane intercepte une contrevaleur de 3,2 milliards de Fcfa

XALIMANEWS-La Brigade spéciale des Douanes de l’Aéroport international Blaise...