On ne peut pas vouloir une chose et son contraire ! (Par Madère Fall)

Date:

En donnant le prétexte et des arguments compréhensibles et parfois fallacieux, les victimes du nébuleux système de parrainage, ont filé implicitement le prétexte à Macky sall, l’audace de pouvoir reporter les élections qui étaient prévues le 25 février prochain .
Pire qu’un report, c’est une annulation pure et simple du processus électoral en marche , par un décret présidentiel qui n’a aucun fondement juridique, selon les connaisseurs du droit.
C’est après l’adoption d’une loi entérinant le système du parrainage dans le processus électoral sénégalais que tout a commencé. Je l’avais décrié à l’époque et pris la décision de ne plus jamais participer à des élections au Sénégal . Et j’ai respecté cette décision.
Je ne vote plus au Sénégal depuis 2016.

En réalité tout le monde sait que c’est ce parrainage qui est à l’origine de tout ce chaos noté dans le pays et qui commence à s’internationaliser.
Quel a été le prétexte d’introduire ce nébuleux système de parrainage ?
Qui peut en profiter ?
Pourquoi on devrait pas revenir à l’ancienne méthode ?
Un parrainage qui élimine les vrais candidats pour laisser passer de faux, me pose un sérieux problème !
En effet, c’est à l’issu des premiers résultats proclamés par le conseil constitutionnel, relatifs au passage pour un second et dernier tour à l’examen électoral, que les recalés , des frustrés se sont levés pour dénoncer une injustice, voire une forfaiture. Un collectif d’une quarantaine de candidats et de faux pour la plupart, est créé pour saisir paradoxalement le président de la république en lui demandant solennellement de prendre une décision. Ce dernier les renvoie à la décision du conseil constitutionnel qui est irréversible et ne peut faire l’objet d’aucun changement.
Et c’est cela la loi dans un pays normal.
À chaque institution ses pouvoirs.
Ces frustrés recalés et à leur tête Bougane gueye sont à l’origine de tout ce chaos. Ils ont donné un argument et un alibi à ce vulgaire dictateur pour intervenir dans le processus électoral qui n’a jamais été sérieusement entamé, sur le plan de la logistique, entre autres.
Rares sont les candidats, mêmes admis à la compétition, qui étaient prêts à aller à ces élections.
Un processus volontairement biaisé au départ par l’organisateur.
Macky sall, un adepte de subterfuges, en complicité avec le parti monarchiste le Pds, qui n’a plus peur de rien et se croyant tout permis en neutralisant plus d’un millier de jeunes d’un parti en plus de leur leader monsieur Ousmane Sonko , n’a pas eu de gêne encore moins de retenue a prendre décision brutale d’annuler les élections.
Quelle stupidité !
Une telle décision l’arrange à plus d’un titre . Il ne voulait jamais organiser des élections. Il n’est pas prêt à quitter le pouvoir. Il a peur de son avenir comme simple citoyen. Il a peur pour ses courtisans et complices à cause des atrocités commises tout le long de son règne.
Malheureusement pour eux, rien n’est éternel dans cette vie. L’heure de quitter est arrivée , s’en suivra l’heure de rendre comte. Rien ne peut faire échapper ce vulgaire dictateur à la revanche populaire. De même que ses bras armés . Ministres, généraux ou de simples courtisans de son régime.

En définitive, j’exhorte les politiques à faire preuve de lucidité, de courage et de bonne foi et à prendre leurs responsabilités devant l’histoire.
Macky sall en cet instant ci ne peut plus être le président de la république. Il doit être démis de ses fonctions, pour haute trahison.!
Vouloir se cacher derrière le 2 Avril, pour ne plus le reconnaître son statue de président, relève d’une fuite en avant. Qui peut le plus peut le moins.
Macky sall est déjà dans une posture d’illégitimité. Il n’est plus reconnu par la constitution. Il n’a aucun respect pour les sénégalais en foulant aux pieds les règles les plus élémentaires dans une république. Sa destituons s’impose.
Il ne reculera jamais !
Il est plus têtu qu’un âne . C’est dans son ADN. Sa place n’est plus dans les sphères d’une république, mais ailleurs.
Faites de cette période de campagne électorale, une campagne de destitution du tyran. Ce faisant, vous aurez la latitude de préparer sereinement des élections inclusives, claires et justes..
il n’y aura pas d’élection au soir du 25 février prochain, si Macky sall n’est pas destitué, ceux qui le disent n’y croient même pas.
Alors prenez vos responsabilités et arrêtez de tromper le peuple !
Madère

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE