Par manque d’argent, l’Etat peine à terminer les travaux : Touba, un chantier sans fonds

Date:

Si les grands travaux entrepris dans le cadre de la modernisation de Touba ne se déroulent pas tout à fait comme prévu, c’est, on le sait depuis pas mal de temps, du fait de difficultés budgétaires qui en seraient à l’origine. Au point que les fonctionnaires chargés de les superviser se demandent si l’Etat en a fait sa priorité. C’est ce qu’on peut lire dans le compte rendu de la dernière réunion du Comité opérationnel restreint (Cor). Par Mame Woury THIOUBOU

ImageLes grands travaux de modernisation de Touba, connus sous l’appellation de «Touba ville nouvelle», qui devraient prendre fin en 2012, se dé­battent toujours dans la zone boueuse des difficultés budgétaires. Les différents représentants des services de l’Etat impliqués dans ces travaux en ont d’ailleurs débattu au cours d’une réunion d’évaluation qui s’est tenue au siège de Age­route, à Fann résidence.
Il est ressorti de leur réunion que les fonctionnaires de l’Etat ont be­soin d’être fixés sur les priorités des autorités, en particulier en ce qui concerne ce chantier de Touba, pour lequel l’Etat s’était engagé, en 2007, à débloquer 100 milliards de francs Cfa pour 5 ans, à raison de 20 milliards l’année, jusqu’en 2012. Un agent de la Direction de la coopération économique et financière (Dcef) du ministère des Finances rappelle que, contrairement à l’engagement qu’il a pris de décaisser 20 milliards par an pendant cinq ans, le gouvernement sénégalais n’en a donné que 7 en 2008, 11 en 2009 et a même réduit de moitié l’enveloppe sur son budget 2010. Ce qui fait que pour les trois dernières années, c’est à peine 21 milliards qui ont été débloqués, sur les 60 milliards qui auraient dû l’être. Ce qui constitue un manque à gagner de 39 milliards.
Agissant dans le cadre d’un Co­mité opérationnel restreint (Cor), ces fonctionnaires ont envoyé un mé­morandum à leur ministre, dans lequel ils constatent que «pour une poursuite convenable et soutenue du programme, il faut signaler qu’il subsiste des problèmes budgétaires que l’Etat cherche toujours à juguler malgré toutes les difficultés liées à la crise financière internationale». Cet aveu s’ajoute aux déclarations d’un fonctionnaire de l’Agence des travaux et de gestion des routes (Age­route), qui indique que «tout ce qui n’a pas encore été réalisé jusqu’à présent est lié à un problème budgétaire».  Et ce qui n’a pas encore été réalisé, est encore important, malgré le satisfecit nuancé que se délivrent ces agents de l’Etat.
Que ce soit pour les travaux de drainage et d’évacuation des eaux usées, d’alimentation en eau potable, ou pour ceux de la voirie proprement dite, les délais ont été dépassés dans tous les domaines. Pour­tant, les fonctionnaires signalent que les «les engagements sont faits parce que les marchés sont déjà signés». Mais sans le nerf de la guerre, rien ne peut avancer.
Pour rappel, quelques jours avant cette réunion du Cor, Ageroute avait invité des journalistes à une visite de terrain à Touba, dans le but non avoué de démentir des informations diffusées par la presse et relatives à l’arrêt des travaux dans la capitale du mouridisme (Voir Le Quotidien du 15 Juin 2010). Mais malgré les diverses réalisations exhibées lors de cette visite, le Comité opérationnel restreint note que des travaux restent encore à faire. C’est ainsi que si le Cor affiche un pourcentage de 99,7% de réalisation en matière de drainage et d’évacuation des eaux de pluie, des travaux complémentaires sont nécessaires pour «renforcer les capacités de pompage du bassin existant de Keur Niang». Il s’y ajoute que les travaux d’assainissement n’ont pas encore démarré.
Le gouvernement a tout fait pour que les entrepreneurs chinois de Henan Chine reprennent les travaux qu’ils avaient arrêtés, faute d’argent. Malgré cela, ces derniers n’ont pas repris le personnel qu’ils avaient placé en chômage technique, car ils courent toujours derrière les 7 milliards de francs Cfa que leur doit l’Etat depuis bientôt deux ans. Il n’en reste pas moins que le Comité opérationnel restreint se satisfait de son bilan, notamment en ce qui concerne les réalisations, qu’il estime à 99,7% pour les travaux de drainage et d’évacuation des eaux de pluies, ainsi que de 7, 915 km de caniveaux fermés sur l’axe Rocade-Khaira-Gran­de mosquée-Bassin de Keur Niang. A mettre également à l’actif de l’Etat, la réalisation de deux autoroutes «qui contribuent fortement à la facilité d’entrée et de sortie à Touba et à la fluidité de la circulation».
lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Grève au sein du CNAO : les travailleurs demandent un audit de la gestion du Directeur

XALIMANEWS: (Sud Quotidien) Les travailleurs du Centre national d’appareillage...

Revue de la presse (Wolof) de Rfm du mercredi 24 juillet 2024 avec Mouhamed Ndiaye 

Revue de la presse (Wolof) de Rfm du mercredi...

Mise à jour du règlement intérieur de l’assemblée nationale : Le groupe de travail dépose ses conclusions

XALIMANEWS-Un groupe de travail chargé de réviser le Règlement...