Quartier à la une: Point E. Grandeur et décadence

Date:

Crée 1943, le quartier du Point E jadis connu pour son calme et sa propreté a perdu de son lustre d’antan. Les routes et rues de Fann Point E, deux quartiers résidentiels ont laissé place à des rues délabrées mal éclairées, des routes crevassées avec les petits commerces à certains endroits.

Calme, propre, riche quartier et sans danger était le surnom donné au point E. Nom qui vient « des militaires qui en étaient les premiers occupants » selon le chef du quartier El Hadji Pape Abdou Mbengue. « A notre arrivée dans le quartier en 1951, certes, j’étais très jeune il n y avait que des toubabs. On voyait rarement des noirs dans le quartier » se rappelle encore Pape Abdou Mbengue. En effet, dans ce quartier, vivent des personnalités du pays comme des ministres, des députés, des ambassadeurs, des directeurs de sociétés, etc. Point E et Fann dépendent de la mairie d’arrondissement de Fann Point E-Amitié. La collectivité que dirige le docteur Malick Diop de l’Alliance des Forces du Progrès a un budget de près de quatre cent millions de francs CFA. Elle fait de l’éclairage et l’environnement du quartier sa priorité. La mairie compte un poste de santé, et un autre en cours de construction, sept écoles primaires nettoyées en permanence par des équipes recrutées pour cela. « L’objectif de la municipalité est que toutes les écoles soient belles avant la fin de son mandat. Pour ce faire, il faut nécessairement le concours des populations administrées » révèle le directeur de cabinet du maire, Modou Amar.

Quartier résidentiel avec belles villas paisibles

Le quartier du Point E a été crée en mille neuf cent quarante trois (1943) pendant la deuxième Guerre Mondiale. Il fait face à un autre quartier résidentiel : Fann Résidence Les premiers occupants sont des militaires Français qui, des années après, ont laissé la place aux hauts fonctionnaires. La cité était occupée par des fonctionnaires des services de l’Etat : « il y avait des cités comme Biao, Asecna, Air Afrique, Poste, Hersent etc. » confie Madame Sène Ngane Mbengue. C’est un quartier de résidence des consuls, ambassadeurs et hommes d’affaire expatriés de Dakar. Les maisons superbes dans des rues splendides flanquées de gardiens privés font de ce quartier l’un des plus tranquilles de Dakar. Ici, pas de papiers sur la route et pas de boutiquiers envahissants sur les trottoirs. Point E présente des villas d’architecte au milieu de jardins luxuriants. Pour approvisionner les quelques heureux habitants du quartier, quelques superettes vendant de nombreux produits importés ont fleuri un peu partout. « Des populations exigeantes », selon le maire. La piscine olympique nationale gérée par l’armée a également vu le jour dans le centre de Point E. Des maisons vendues moins chères en son temps. Des propriétaires ont vendu leur maison pour d’autres cieux. Dans ce quartier, vivent jusqu’à présent, d’anciens ministres, hauts fonctionnaires, ambassadeurs entre autre. Le nom Point E n’a rien de mythique. Il s’explique par le fait que les militaires avaient des zones de captage et Point E en est une. La particularité du quartier ? Les noms des régions du pays que portent ses rues. Les anciens du quartier disent ne rien comprendre sinon, ils se sont levés un jour pour faire le constat.

Des efforts de la mairie

Sur une population avoisinant les trente mille (30 000) âmes, la mairie de Fann Point E Amitié est située au cœur de la zone B. Un bâtiment administratif où les décisions concernant les populations sont prises. Les besoins de ces populations sont entre autre l’éclairage public, insalubrité et la santé des personnes du troisième âge.

A son arrivée à la tête de la mairie, la nouvelle équipe issue des élections locales de mars 2009 a instauré des conseils de quartier où toutes les couches sont représentées. Ces conseils servent d’interface entre la municipalité et les populations. Dans ces conseils on trouve « des imams, les représentants de l’église, les associations de jeunes, de femmes. En fait ceux qui représentent les leaders d’opinion dans les quartiers » révèle le maire. Ces conseils font des rapports remis au conseil municipal. Le travail de la mairie se fait sur la base de ces rapports. L’éclairage public et l’environnement également sont le fruit du travail de ces conseils de quartier. L’environnement reste un problème. C’est pourquoi, constate le docteur El Hadji Malick Diop « nous avons effectué beaucoup de sommations après lesquelles des déguerpissements ont été effectués au niveau des allées Seydou Nourou Tall, le boulevard Dial Diop et, sur la route de Oakam, parce que nous considérons que la commune d’arrondissement est une commune résidentielle ». Lutter contre l’occupation illégale de la voie publique fait partie des priorités du maire progressiste et son équipe. C’est la raison du travail de concert avec le Préfet, le Sous Préfet, la Police d’Etat, la Police Municipale, la Gendarmerie et le service d’hygiène. Le docteur Malick Diop ajoute : « nous avons beaucoup insisté sur la collecte primaire des ordures ménagères, le désensablement, l’enlèvement des ordures et des gravats. Sur cela on a été aidé par la Direction de l’Aménagement Urbain de la ville de Dakar ». Les canaux à ciel ouvert sont vecteur de beaucoup de saletés d’où son curage par la mairie et le saupoudrage et la délarvisation en collaboration avec le service d’hygiène. Ceci a fortement diminué le taux de prévalence du paludisme au niveau de la commune. S’agissant toujours de l’environnement, la mairie a repris la plage Terou Bi avec un promoteur qui a investi cent vingt millions pour la remise en état de la plage qui reste publique et est devenue une piscine naturelle.

Une mairie de proximité

Sur le plan de l’éducation, les sept écoles que compte la commune ont reçu gratuitement des fournitures, et les cent meilleurs élèves primés. « Dans le cadre d’une fédération d’associations Marocaines, nous avons reçu des cartables et des fournitures scolaires en grande quantité, ce qui nous a permis de primer après le premier trimestre, les soixante dix meilleurs élèves de la commune ». Les écoles ont reçu un coup de balai avec la remise en place des mats et drapeaux « tout ceci pour mieux éduquer les enfants », insiste l’édile de la localité.

Pour la santé des populations, des actions sont menées, en relation avec une structure de la place qui prend en charge gratuitement les vieilles personnes aussi bien leurs bilans et leurs consultations par un gérontologue et la prise en charge des médicaments. La mairie de Fann Point E Amitié lutte contre le VIH et le sida. Des journées de dépistage sont organisées et la sensibilisation se fait au niveau des jeunes. Un nouveau système appelé » Système d’Urgence Obligatoire » va démarrer à la fin du mois de Février. Il consiste à fournir les médicaments d’urgence que la commune va remettre aux structures de santé, de prendre en charge la consultation aux urgences, de transporter également les citoyens détenteurs de cartes citoyennes pour les cas d’urgence. « Un programme assujetti à la détention de la carte citoyenne mise à la disposition des populations au niveau de la mairie » précise le docteur Malick Diop.

Les jeunes ne sont pas en reste. Le maire explique : « en collaboration avec la ville de Dakar, on est en pleine phase de recrutement de volontaires qui peuvent exercer leur nouveau métier au sein de la commune. Certains ont été recrutés dans le cadre du personnel d’assainissement de la commune ». Des bourses gratuites à l’intention des jeunes cartouchards de l’université ou bacheliers sont prévues dans les différents instituts de la commune dès la prochaine rentrée des classes. Toutes les associations sportives et culturelles de la localité sont subventionnées et équipées en ballons et maillots. A l’occasion de la tabaski, les lieux de culte aussi, ont reçu des aides.

Pour les femmes, une convention avec des associations Marocaines est mise en place. Une ONG de la place qui aide les femmes d’Amitié en relation avec le ministère de la femme leur a offert une pileuse.

Le quartier a perdu son charme

Les belles rues propres jadis ont laissé aujourd’hui la place à des rues sales, des routes crevassées l’absence de l’éclairage public. De petits commerces sont établis dans chaque petit espace. Ce qui a soulevé la colère de la mairie et faire déguerpir les propriétaires. Mais au niveau de la municipalité, l’on a déjà fait un appel à candidature qui s’est soldée par la présentation d’un groupement de jeunes du quartier. Malheureusement, ce dernier n’a pas respecté ses engagements, finalement c’est un autre groupe de jeunes qui est sollicité pour faire le travail. L’insécurité gagne du terrain dans le quartier. Les cas de vols et d’agressions étaient quasi absents, mais aujourd’hui ils sont fréquents. Le quartier dépend de la mairie de Fann Point E Amitié. Fann est surtout célèbre à cause de l’assassinat de l’ancien vice président du conseil constitutionnel Maître Babacar Sèye, mais aussi et surtout les nombreuses ambassades qu’abrite ce quartier et bien entendu le ministère de la santé.

ENCADRE 1

L’objectif de la commune d’arrondissement à la fin du quinquennat est qu’elle retrouve son lustre d’antan avec des allées piétonnes, une commune bien éclairée avec des voieries sans sable, des écoles de référence au niveau du Sénégal. Sur le plan de la santé, il s’agit de faire en sorte que les couches vulnérables soient prises en charge gratuitement en urgence. Que les jeunes démunis accèdent gratuitement aux fournitures scolaires tous les ans.

AFRICANGLOBALNEWS.COM


4 Commentaires

  1. un quartier qui abrite des personnalités peu connues exerçants des travaux progressives c magnifique! Mais où est le Maire au service de son peuple communale

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Presse : le signal de Walfadjri rétabli ce dimanche à 20 heures

XALIMANEWS-Dans un post publié sur ses plateformes digitales, la...

On ne peut pas vouloir une chose et son contraire ! (Par Madère Fall)

En donnant le prétexte et des arguments compréhensibles et...