« Quel que soit le candidat de la majorité, il sera battu par l’opposition »

Date:

XALIMANEWS: Selon la coordinatrice adjointe de la plateforme « Avenir Sénégal Bi Ñu Beug », Fatou Blondin Diop, « Quel que soit le candidat de la majorité, il sera battu par l’opposition », au soir du 25 février 2024 prochain. Invité de l’émission Objection de la radio Sudfm (privée) hier, dimanche 17 septembre, l’ancienne ministre chargée des Nouvelles techniques de l’information et de la communication sous le régime libéral du président Wade a qualifié, à ce titre, de « com dans les médias » la sortie du chef de l’Etat annonçant la victoire dès le premier tour du candidat de la majorité.

La coordinatrice adjointe de la plateforme « Avenir Sénégal Bi Ñu Beug », Fatou Blondin Diop déchire les pronostics d’une victoire, dès le premier tour, du candidat de la coalition au pouvoir » faits par le chef de l’Etat, Macky Sall, dans la foulée de la désignation d’Amadou Ba comme candidat de la majorité pour la présidentielle de 2024. Invité de l’émission Objection de la radio Sudfm (privée) hier, dimanche 17 septembre, Fatou Blondin Diop par ailleurs membre active de la nouvelle plateforme des forces vives de la nation (F24), rappelant la percée de l’opposition lors des élections territoriales et législatives de 2022, a pris le contre-pied du chef de l’Etat. « Quel que soit le candidat de la majorité, il sera battu par l’opposition. Si on fait bien le travail, on le battra et j’ai dit bien quel que soit le candidat, parce que nous avons été aux élections locales, nous avons été aux législatives et ce gouvernement s’est distingué quand même par de l’à-peu près, de l’amateurisme sur bien des sujets, par de la répression, par une République complètement dé-configurée », a martelé l’ancienne ministre chargée des Nouvelles techniques de l’information et de la communication sous le régime libéral du président Wade.

Poursuivant son propos, Fatou Blondin Diop toujours dans la dynamique de justifier sa position par rapport à la victoire de l’opposition, au soir du 25 février 2024, évoque l’impréparation du candidat du pouvoir dont le plan visait à « éliminer l’opposition et faire un 3e mandat ». « Le plan manifestement sur lequel ils ont travaillé portait sur 2 axes : éliminer l’opposition et faire un 3e mandat. Donc, ils se sont tellement échinés à éliminer l’opposition en la personne de Ousmane Sonko qu’ils ont oublié d’analyser. Ils ont oublié que c’est le peuple qui fait un choix. Mais, vu qu’ils ont échoué, ils sont contraints maintenant de choisir un autre candidat. Ce qui fait qu’ils se retrouvent avec un ensemble de candidats sectoriels par zone au Sénégal », a-t-elle souligné. Avant de conclure toujours au sujet du candidat désigné de la coalition au pouvoir : « On n’a pas travaillé sur sa stature nationale, on ne l’a pas préparé et nous sommes à moins de 5 mois des élections, ça c’est la réalité des faits. Le reste, c’est quoi ? C’est de la COM dans les médias ».

NANDO CABRAL GOMIS Sud Quotiden 

6 Commentaires

    • @Lemzo
      c’est toi qui aura un reveil brutal imbecile si tu crois que les senegalais qui ont massivement rejete Macky Sall et son regne macabre 60 jeunes tues et sanguinaires plus de 2000 prisonniers politiques des restrictions graves aux libertes individuelles et collectives des opposants interdits d’activites politiques
      Les senegalais vivent dans une grande misere des milliers de jeunes fuient le pays et prennent la mer
      La dette publique a ete multipliee par 6 plus de 30 000 milliards de dettes en 12 ans des chantiers surfactures pour enrichir les amis et la famille
      Vous croyez que le bruit assoudissant d’une partie de la presse corrompue autour de la candidature forcee du guineen Amadou Ba va rallier les senegalais
      Vous allez voir votre defaite des legislatives sera multipliee par 4

  1. Je confirme les dires de cette brave dame.
    le combat devrait maintenant inclure le fait qu’antoine diom n’ organise aucunement les elections. Comme ils ont compte sur lui et madior fall pour tenter sans succes d’ailleurs d’ecarter leur principal opposant, il essairont de compter encore sur lui et ce president de la cour d’appel ancien procureur d’adji sarr , falsificateur de PV d’enquete pour rever gagner les elections, qu’ils savent ne pouvoir aucunement gagner dans tous les scenarios possibles. Meme un second tour ne les est pas permis et ils le savent.

    Maintenant si ce regime a les capacites de prouver le contraire, ils n’ont qu’a liberer Sonko et competir d’homme a homme avec lui et le Pastef, de toute facon le peuple senegalais aura le dernier mots

  2. On ne peut interdire à personne de rêver ou de prendre ses désirs pour des réalités. Seulement c’est le réveil qui risque d’être pénible dans les deux cas. Le réalisme en politique est une vertu

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Domaine public maritime : Le pré-rapport remis au Premier ministre

XALIMANEWS-La commission ad hoc, instaurée pour superviser le contrôle...

Voiture électrique : un cadre règlementaire mis en place au Sénégal

XALIMANEWS: (APS) Le ministre des Infrastructures et des Transports...

Etats-Unis : Annulation de la procédure contre Donald Trump pour détention de documents classifiés

XALIMANEWS-L'ancien président Donald Trump, visé par une tentative d'assassinat...