Racolage et outrage aux bonnes moeurs.: Le 8 mars, clémence pour 15 prostituées

Date:

Au moment où on célébrait hier la Journée de la femme, 15 femmes étaient à la barre du tribunal départemental, pour les délits de racolage et de d’outrage aux bonnes mœurs. Ce qui a d’ailleurs poussé un des avocats à dire qu’en cette Journée de la femme, «celles-ci ont raté l’essentiel». Non, dira Me Etienne Ndio-ne, car étant donné que la journée se termine à minuit, «il faut libérer ces dames pour leur permettre de célébrer elles aussi cette fête». Appelées à la barre, elles ont facilité la tâche au président en reconnaissant toutes, exercer le plus vieux métier du monde. Toutefois, ce qui frappe dans ce dossier, c’est que parmi les 15 interpelées, 8 sont des divorcées, et ont au moins, 2 enfants.
C’est le cas de Fatou Diouf, divorcée et mère de 8 enfants, prostituée de profession. A 50 ans, elle fréquente toutes les nuits les abords du bar Chez Iba, sis à Dieupeul. Aïcha Fall, née en 1985, avance être notoirement connue du milieu. Elle soutient qu’au moment de son arrestation, elle «marchandait le prix d’un rapport sexuel». Ces prostituées ont d’ailleurs toutes confirmé qu’elles portaient des tenues indécentes, quant bien même qu’ hier, elles se sont présentées à la barre avec des boubous traditionnels. Quant à Ndèye Fatou Mbaye, née en 1982, et habitant Yeumbeul, elle soutient sans ambages que les habits qu’elle portait ce jour-là, «laissaient apparaître tout mon corps».
Comme d’habitude, durant les débats, ces prostituées ont toutes servi le motif de précarité financière, qui les pousse à exercer ce métier, afin d’entretenir leur progéniture. Et en parcourant d’un regard l’assistance, il n’y avait presque que des femmes qui, au prononcé de la décision du juge, ont toutes poussé un cri de soulagement. Cela pour dire qu’après le réquisitoire du procureur et des avocats, le président les a relaxées purement et simplement, étant donné qu’elles sont toutes inscrites au fichier. Et une à une, en rang, elles ont regagné le box des accusés et s’apprêtaient à regagner leur foyer, où elles comptent célébrer à leur manière, la journée dédiée aux femmes.

lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE