Rapport – Lutte contre la traite des personnes : L’Onu appelle les Etats à punir les coupables

Date:

La prévention et la lutte contre la traite des personnes doivent être engagées par les Etats en investissant dans des politiques, des lois et technologies pour identifier et aider les victimes, repérer et punir les coupables. C’est le message lancé samedi par le Secrétaire général de l’Onu, António Guterres, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la traite d’êtres humains. A Dakar, la journée a été célébrée au Centre culturel espagnol.

C’est un fléau qui affecte tous les pays du monde. Le 30 juillet, à l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains, le Secrétaire général de l’organisation des Nations unies (Onu) a lancé un appel à faire cesser cette pratique. António Guterres demande aux gouvernements, aux régulateurs, aux entreprises et à la Société civile de s’unir et d’investir dans des politiques, des lois et technologies pour identifier et aider les victimes, repérer et punir les coupables et garantir un internet sûr, ouvert et sécurisé pour tous. «Par les plateformes en ligne, les trafiquants d’êtres humains leurrent et appâtent les personnes à l’aide de fausses promesses. Par le Dark web, ils diffusent, en masquant leur identité, des contenus ignobles dont ceux d’exploitation sexuelledes enfants. Et avec la technologie, des usagers peuvent secrètement demander des contenus de plus en plus dangereux et dégradants, alimentant la traite», dénonce le patron de l’Onu.

Son message a été transmis samedi par la représentante spéciale adjointe du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Giovanie Biha. C’était au cours d’une rencontre organisée par le Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (Onudc Rosen). Selon son représentant, la traite des personnes est un crime odieux qui constitue une violation déplorable des droits des enfants, des femmes et des hommes, qui devrait être absolument combattu. M. Amado Philip de Andrés considère que l’Afrique de l’Ouest et du Centre est une région d’origine, de transit et de destination pour les victimes de latraite. «La majorité des victimes détectées sont des victimes de la traite à des fins de travail forcé, soit 77%, et d’exploitation sexuelle, 2%. Les enfants représentent la majorité des victimes détectées dans notre région, 42% des victimes de traitement sont détectés en Afrique de l’Ouest en 2018, qui étaient des garçons, et 35% de filles», déplore Amado Philip de Andrés. Selon le Rapport mondial sur la traite des personnes réalisé en 2020 par l’Onudc, 74 514 personnes victimes de la traite ont été recensées dans plus de 110 pays entre 2017 et 2018.

La célébration de la journée a vu la participation d’ambassadeurs de quelques pays partenaires engagés dans la lutte contre la traite des personnes, au Centre culturel espagnol (Instituto Cervantes de Dakar). Cette journée a été adoptée en 2013 par l’Assemblée générale des Nations unies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Tunisie : 70 migrants Sénégalais retenus par des bandes armées

XALIMANEWS-Des migrants sénégalais, ayant quitté le Sénégal pour rejoindre...

Retard de paiement des indemnités de pensions : Les militaires invalides menacent d’envahir les rues

XALIMANEWS-Avant son départ, le président Macky Sall avait fait...

Grève au sein du CNAO : les travailleurs demandent un audit de la gestion du Directeur

XALIMANEWS: (Sud Quotidien) Les travailleurs du Centre national d’appareillage...

Culture / Sédhiou : Vers la réglementation de la sortie des Kankourang

XALIMANEWS-Les autorités administratives ont décidé de réglementer les sorties...