Sortie de Diouf et Wade : La dernière valse d’un système à bout de souffle

Date:

Les anciens Présidents du Sénégal, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, ont, dans une lettre conjointe, appelé la jeunesse de leur pays à la retenue, pour ne pas qu’elle soit manipulée par des forces extérieures. En utilisant les mêmes éléments de langage que Macky Sall, les deux anciens chefs d’Etat montrent, explicitement, qu’ils viennent à la rescousse de leur successeur.

Les postures de Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, qui s’unissent pour éviter la chute du système qu’ils ont contribué à consolider, prouvent à souhait qu’ils tremblent de toute part. La détermination de la jeunesse fait peur et ils ont bien raison d’avoir peur. À la jeunesse qui réclame plus de vérité, de justice, de respect de la parole donnée, du respect de la Constitution, ces deux anciens chefs d’Etat conseillent, en somme, de la fermer, de respecter les institutions, d’avoir confiance en l’avenir et de faire attention aux forces extérieures. C’est à croire, à peine, s’ils sont les auteurs de ce texte. D’ailleurs, nous avons un gros doute sur l’authenticité de cette note.

A défaut de jouer aux facilitateurs comme le président Nigerian, dont la visite à été annulée pour on ne sait quelle raison encore , Wade et Diouf auraient mieux à faire que de jouer aux Zoro d’un système à bout de souffle.
Toujours est-il que le soulèvement populaire n’a rien à voir avec des forces extérieures. Cette fois, il s’agit bel et bien d’une révolte du peuple face au non-respect du calendrier républicain et de la Constitution. Une énième forfaiture du président Sall. Ni plus ni moins. 

Pourtant, ces deux chefs d’Etat ont le mérite d’avoir quitté le pouvoir en toute élégance. Ils n’ont pas eu besoin, à leur fin de règne, que le département d’Etat américain monte au créneau pour leur rappeler le respect du calendrier républicain. Ils seraient bien inspirés s’ils le rappellent à Macky Sall.

En 2016, lorsque Macky Sall avait demandé l’avis du Conseil Constitutionnel sur sa volonté de réduire son mandat. Ce dernier lui a avait signifié clairement qu’il n’est pas dans les prérogatives d’un Chef de l’Etat de réduire ou de prolonger son mandat. Une jurisprudence claire. Mais, voilà qu’eux tous, ne semblent pas, pour le moins, être préoccupés par les élections ; seule la pérennité du système les intéresse. Un système dans lequel des hommes et des femmes, à la hauteur de rien, se donnent pourtant des airs de messie, de saints ou d’hommes d’Etat. Un système dans lequel on peut se dédire, mentir, protéger des voleurs, mépriser les institutions, tuer des manifestants et faire régner la loi des postures et des paillettes.

C’est ce système qui vit ses derniers instants au moment où le peuple veut l’enterrer. Après avoir quitté le pouvoir dans la paix, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade n’ont plus le droit de faire moins, en se mettant à dos leur peuple. Comme l’a souligné l’historien, Mamadou Diouf, invité de l’émission Objection sur Sud FM, dimanche dernier, le citoyen veut désormais être davantage à l’écoute des textes que des hommes.

 »Nous vivons la fin d’un système centré sur les hommes pour en ouvrir un nouveau qui, même s’il accorde une place aux hommes, devrait mener à un recentrage sur les textes, l’honnêteté et l’éthique. En cela, c’est une révolution.  », a dit l’historien.

Messieurs les anciens chefs d’Etat, soyez du côté de la révolution !

Nelson Samo

2 Commentaires

  1. Enormement decu, pendant tout ce temps que l´on nous rabachait que le senegal est un pays different, une democratie, une republique majeure, et nous avions vraiment commence a le croire et a nous bomber le torse face a nos autres freres africains.

    A travers ce texte nous nous rendons compte que tout cela n était qu´un leurre, nous revions debout pendant tout ce temps. Si ces deux presidents osent soutiennent aussi clairement ce putch constitutionel parceceque c´est macky sall, cela veut clairement dire qu´ils n´ont jamais cru a la democratie et n´ont pas ete ces democrates qu´on leur attribuait. Les senegalais sont vraiment orphelins depuis que macky est au pouvoir, ils sont abandonnes a leur triste sort face a un tyran sans remord ni vergogne.

    Macky nous montre encore une fois qu´il s´en fiche des senegalais, mais il fera face a ce peuple patriote qui donnera tout pour sauver le peut qui reste de la republique.

  2. MAIS OU ETAIENT-ILSS TOUTES CES ANNÉES PENDANT QUE MACKY POSAIENT DES ACTES ANTI REPUBLICAINS, ILS ETAIENT OU QUAND CE DERNIER TUAIT, EMPRISONNAIT ET MALTRAITAIT SON PEUPLE. AUJOURD’HUI ILS VIENNENT DE NULLE PART NOUS DEMANDER COMME MACKY DE PIETINER NOTRE LOI FONDAMENTALE LA CONSTITUTION AFIN DE PERMETTRE A MACKY DE CONTINUER AU DELA DE SON MANDAT, NON DIOUF ET WADE, JE PENSAIS QUE VOUS ETIEZ AVEC LE PEUPLE, MAINTENANT TOUT EST CLAIR, VOUS AVEZ DECIDÉ DE VIOLER LA CONSTITUTION EN MEME TEMPS TOURNER LE DOS A VOTRE PEUPLE, L’HISTOIRE JUGERA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Revue de la presse (Wolof) de iRadio du lundi 25 avril 2024 avec Baba Ndiaye

Revue de la presse (Wolof) de iRadio du lundi...

Extension des bénéficiaires des passeports diplomatiques au Sénégal : Une liste élargie, des surprises de taille

XALIMANEWS-La liste des bénéficiaires des passeports diplomatiques a été...

Déception et Espoirs de la Diaspora Sénégalaise : Une Voix en Quête de Reconnaissance (Par Momar Dieng Diop)

La profonde déception ressentie par la diaspora sénégalaise suite...