Sous-alimentation dans le monde: 925 millions de personnes en souffrance

Date:

Le nombre de personnes victimes de la sous-alimentation est estimé à 925 millions. Un chiffre qui ne cesse malheureusement de progresser. En effet, la sous-alimentation touche particulièrement les personnes vivant dans les zones rurales alors qu’elles sont les plus grandes pourvoyeuses de denrées alimentaires. Pour éradiquer ce fléau, la Fao préconise une vaste révolution verte qui impliquerait tous les segments de la vie

C’est presque une tautologie de dire que le nombre de personnes qui ont faim dans le monde grimpe. Rien qu’en 2005, l’organisation onusienne en charge de l’alimentation, la Fao, estimait le nombre de décès en majorité d’enfants à 6 millions. Cinq ans plus tard, ce sont 925 millions de personnes sous-alimentées qui ont été recensées. De quoi nourrir de vraies inquiétudes.

Mais comment en est-on arrivé là ? L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) renseigne que c’est par le fait que la population n’a pas accès à une quantité suffisante d’aliments sans danger et nutritifs leur permettant d’avoir une croissance et un développement normaux, d’être en bonne santé et de mener une vie active.

Mais ce qui est plus cocasse dans cette situation décrite, c’est que le monde a à sa disposition des denrées alimentaires à suffisance, constate l’organisation onusienne. Mais le drame est que celles-ci sont mal réparties. Selon la Fao, les personnes les plus touchées par cette mal répartition et qui, par conséquent, souffrent le plus de la faim, sont les populations qui vivent dans les zones rurales, urbaines et les victimes des intempéries.

Le cas des mal nourris habitant dans les zones rurales est intéressant. Porte-étendard de la production mondiale, ils sont bizarrement ceux qui paient le plus lourd tribut. En effet, les pauvres des zones rurales sont généralement ceux qui cultivent les légumes et les céréales, élèvent le bétail et vivent de la pêche en vendant leurs produits sur les marchés locaux. Mais ils vivent rarement des fruits de leur labeur. Autrement dit, ils sont payés en monnaie de singe.

D’abord cela s’explique parce qu’ils sont rarement propriétaires des terres qu’ils emblavent. Ensuite, les travaux agricoles sont pour la plupart saisonniers, ce qui veut dire qu’une fois la fin de l’hivernage, c’est la traversée du désert. Ils se retrouvent souvent sans emploi et sont obligés de partir de chez eux, parfois loin de leur famille, afin de chercher du travail dans d’autres exploitations.

Selon la Fao, « ce sont des personnes qui travaillent dur et ont du mal à mettre de l’argent de côté pour affronter les situations d’urgence. Même lorsqu’il y a suffisamment de nourriture, la menace de la faim est omniprésente ».

Les effets pervers de cette sous-alimentation généralisée, c’est que de plus en plus les ruraux envahissent les zones urbaines, à la recherche bien entendu de mieux-être. En 2000, près de 2 milliards d’individus vivaient en zone urbaine. Les prédictions les plus pessimistes annoncent le double. Outre cette poussée démographique, la nouvelle menace du monde semble être incontestablement les catastrophes naturelles.

Chaque année, les inondations, les sécheresses, les tremblements de terre provoquent des dégâts incalculables et forcent des familles à abandonner leurs logements et leurs terres.

Comment sortir de ce cercle vicieux ? La Fao penche pour une « révolution verte », afin de porter la production alimentaire à 70 %, pour nourrir les futurs 9 milliards de personnes qui peupleront la planète d’ici 2050. Une tâche qui ne sera possible que si les gouvernements, les instituts de recherche, les universités, les associations d’agriculteurs et les groupes de pression décident de mettre la main dans le cambouis.

Papa Ismaila KEITA

lasquotidien.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Gestion du COUD : Abdou Ndéné Mbodj débusque des cafards

XALIMANEWS-Le nouveau directeur général du Centre des œuvres universitaires...

Nouvelle saisie de cocaïne à l’AIBD : La Douane intercepte une contrevaleur de 3,2 milliards de Fcfa

XALIMANEWS-La Brigade spéciale des Douanes de l’Aéroport international Blaise...

Détournement de 34 millions F CFA à La Poste : Deux agents arrêtés

XALIMANEWS-Suite à l'affaire du vol de 1,5 milliard FCFA...