Vivement la République (Par Tidiane Sow)

Date:

  • Les petits fauves sortent du bois, déjà irrités de l’exil, loin du pouvoir. Le clan des ex-noceurs, ceux qui s’étaient installés dans le confort « mackysard », las de se tourner les pouces, s’est trouvé une nouvelle activité

Les petits fauves sortent du bois, déjà irrités de l’exil, loin du pouvoir et de ses bénéfices. Ils flairent aussi les hésitations du nouveau pouvoir à frapper vite et fort contre eux. Ils sont surpris par le calme de l’exécutif, qui semble prendre son temps pour mettre à plat tous les défis qui se posent. Alors les carnassiers s’enhardissent et prennent la parole publiquement. Ils ont la mémoire courte, ils oublient que c’est juste le mépris des citoyens qui les mettait encore à l’abri de leur courroux. Comment un Moustapha Diakhaté peut-il critiquer un Diomaye ou un Sonko quand on sait les méfaits commis par son camp dans le pays ? Comment un Yoro Dia peut-il reprocher à un Sonko de recevoir Jean-Luc Mélenchon, quand son mentor avait reçu le président putschiste gabonais dont la lame était encore sanglante ?

Mais pourquoi Mélenchon, homme politique français, ayant combattu aux côtés des Patriotes contre la dictature rampante de Macky Sall et défenseur des droits des immigrés en France, ne serait-il pas reçu par le président du Pastef ?

Est-ce à eux de battre la mesure et d’indiquer la voie ? Assurément non !

Il faudra qu’ils apprennent à se taire. Pas pour écouter, car cela ils en sont incapables, mais se taire, pour laisser le temps à leurs funestes pensées, de s’auto-détruire, de se recréer, pour renaitre sous forme de critiques positives qui profiteront à tous.

Avec ces rapports maintenus sous son coude, Macky Sall a appliqué la politique des GAFAM consistant à racheter toute start-up qui pourrait devenir son concurrent. Il a usé de la menace, pire que la sanction, sur toute tête citée dans des affaires. Pour d’autres, il a commandité mille rapports pour leur trouver une faiblesse par laquelle les tenir à sa merci. Ses hommes sont habitués à sa menace ; jusque-là, lui seul savait. En décidant de rendre publics les rapports, c’est tout le peuple qui sait et qui devient une menace pour ces brigands.

Aucun secteur n’aura échappé à leurs pratiques scandaleuses de pomper dans des finances publiques. Les rapports des corps de contrôle sont terrifiants : tel politicien se retrouve détenteur de plusieurs maisons, en quelques mois à peine de fonction, tel autre Directeur Général n’hésitait pas à s’octroyer, avec l’ensemble de son comité de direction, des maisons à priori réservés aux classes moyennes, à des prix préférentiels, et tandis que d’autres accaparaient des hectares de terres. Que sais-je encore ?

Comment des directeurs généraux, des gestionnaires d’entreprises publiques peuvent-ils être pris autant à défaut de bonne gouvernance ? Comment surtout l’ex-président, au courant de ces dérives, a-t-il pu ainsi laisser faire ?

L’intérêt de quelques brigands – on ne peut pas les appeler autrement – ne doit pas l’emporter sur l’intérêt national. Il faudra sévir. « Battre le cadavre pour corriger le vivant », comme dit si bien le proverbe.

Cet acte salutaire est à poser et nul doute qu’il le sera, car c’est lui qui annoncera la rupture tant préconisée et signera l’aggiornamento des classes politiques que nous avons tant souhaité jusque-là. Il mettra définitivement au banc ceux qui, sous le couvert de servir, ne faisaient que se servir.

Ceux qui tancent Sonko d’avoir attaqué bille en tête, sans précautions oratoires, Emmanuel Macron, en présence de Mélenchon dans une salle d’UCAD bourrée comme un œuf, ont tort. Macron ne respecte pas les Sénégalais, on ne lui doit donc en retour aucune convenance. Les lignes sont claires. Après avoir perdu le Mali, le Niger et le Burkina, il perdra le Sénégal.

Jamais un officiel sénégalais, de surcroit Premier ministre, ne s’était adressé en ces termes peu amènes à un président français et ce devant un officiel français, fût- il un leader de l’opposition française. Macron a dû trembler d’entendre Sonko lui reprocher ses postures ambiguës et peu amicales au demeurant, vis-à-vis des Sénégalais. Il avait pris l’habitude de les humilier sans en payer le moindre prix. Visiblement, Il n’aura pas retenu la leçon malienne lorsque le ministre des Affaires étrangères de ce pays, du haut de la tribune des Nations Unies, avait fustigé l’arrogance française. À l’époque, il avait déjà très mal pris, ce qu’il considérait en définitive, comme une incartade de mauvais aloi. Cette fois, c’est Ousmane Sonko qui lui reproche, par médias interposés, en pleine figure et sans gants, son silence coupable devant les agissements scélérats d’un Macky Sall, qu’il louait en public et soutenait sans retenue. Comme le prédisait Fanon, Macron paiera le prix fort de ne toujours pas comprendre la nouvelle dynamique politique qui se joue en Afrique. Sonko l’a dit sans ambages, les bases militaires françaises, du moins ce qu’il en reste, seront démantelées et le Sénégal, à terme, sortira du franc CFA. Après la « révolution citoyenne » qui a eu lieu en mars 2024, ces symboles du néocolonialisme ne peuvent plus perdurer quelque soixante ans après les indépendances. L’empire africain de la France s’effondre petit à petit. La faute à Macron de n’avoir pas vu venir les changements et de réinventer un modèle de coopération plus inclusif, plutôt que se reposer sur de vieux schémas de la françafrique, animés par des présidents pions honnis par leur peuple.

Proposer un poste d’envoyé spécial – autant dire de garçon de course – à notre ex-chef d’État délaissé par les Sénégalais, fut perçu comme un profond signe de mépris vis-à-vis de notre peuple. Que l’ex-chef d’État l’eut accepté fut encore plus avilissant pour nous autres, même si on sait qu’il excelle dans l’infiniment rien. Aucune éthique, aucun sens de l’honneur ne jalonnent son parcours politique. On n’est pas surpris de ses postures plus indignes les unes plus que les autres. Contrairement aux règles de bonne élégance et de convenance, le voilà, à peine chassé du palais et hors du Sénégal, qui essaye de réactiver ses réseaux locaux, distillant sa voix et ses ordres dans des réunions publiques organisées par ses hommes de main. Aucune trace de classe dans ses actes. Il faudra rendre son retour impossible comme il a rendu l’élection d’Ousmane Sonko impossible en l’emprisonnant lui et tout ce qui gravitait autour du Pastef, allant jusqu’à la perfidie ultime de dissoudre le parti.

Pour le vaincre définitivement, il faudra élever la dureté de la réaction. Que les alter noceurs de son camp sachent qu’une fin infame sera réservée à ceux qui ont abusé des biens sociaux.

Que tous ceux épinglés dans les différents rapports se défendent devant une Cour de justice et que justice soit rendue au nom du peuple sénégalais !

Comme ces footballeurs qui refuseraient carrément de faire la passe parce qu’une passe à l’adversaire serait soumise à l’amende financière par le club, on risquerait de tomber dans ces travers dignes des « stratégies absurdes » de Maya Bacache en voulant criminaliser l’homosexualité. Des juges pourraient refuser de condamner à de lourdes peines de prison pour des faits pas toujours faciles à établir. Certes Sonko a prononcé le mot qui lui aurait arraché la bouche : « l’homosexualité est tolérée », dira-t-il mais la politique consiste à être dans les nuances. Être homosexuel n’est pas puni, mais les actes contre nature le sont ; Telle est la nuance. « Seul l’homme absurde ne change pas », disait Clémenceau. Les accusations de trahison relèvent toujours de la mauvaise querelle. « Trahir » dans l’intérêt général, pour un mieux vivre-ensemble peut s’avérer nécessaire. La politique ne consiste pas à appliquer les programmes dans les détails, à la virgule près. Bien naïfs ceux qui croient le contraire.

Bien naïfs ceux qui croient le contraire.

« Sonko avait promis de criminaliser l’homosexualité, il n’a qu’à tenir parole », entend-on çà et là. Macky avait promis qu’il vivrait au Sénégal après son magistère. Après sa passation de pouvoir, il n’aura pas passé une nuit de plus dans sa résidence de Mermoz.

Les Sénégalais aiment s’occuper de l’accessoire, et cela les détourne des vrais problèmes. En réalité, c’est leur peur de faire face aux véritables challenges qui les pousserait vers la parlote, vers les choses de seconde portée qui ne nécessitent aucune action. Sinon comment expliquer que, parmi tous les sujets d’importance abordés par les leaders des partis LFI et Pastef, seul celui de l’homosexualité ait fait les choux gras de la presse locale et entretenu les débats du café de commerce le lendemain ? De la conférence sur « l’avenir dans les relations entre l’Afrique et la France », l’opposition sénégalaise, partisane de l’ancien régime, n’aura voulu retenir en définitive, qu’une vulgaire histoire de …fesses ! Quand Mélenchon convoquait le déterminisme imparfait de Bergson et évoquait « l’espoir qui se mesurait au degré de combativité » de Fatou Diome, leurs esprits étaient déjà ailleurs, se délectant à l’avance de la brèche sur les mœurs, ainsi ouverte.

Entre une possibilité de volte-face et une certitude de détournements de fonds publics, on préfère jacasser sur la possibilité !

Ces temps-ci, le clan des ex-noceurs, ceux qui s’étaient installés dans le confort « mackysard », du jouir sans être inquiétés, las de se tourner les pouces, s’est donc trouvé une nouvelle activité : occuper les pavés de la DIC pour manifester contre des auditions de leurs anciens sous-fifres, accusateurs et insulteurs toujours actifs.

Il leur faudra s’armer de courage pour tenir, car ils en auront sûrement pour la prochaine décennie. Les temps changent.

Dr Tidiane Sow est Coach en communication politique.

1 COMMENTAIRE

  1. Article très intéressant, malheureusement au Sénégal on aime toujours s’attarder sur l’accessoire et ignorer le principal ou l’important. Je me rappelle de l’affaire des 94 milliards. À la place de demander des comptes à l’état pour éclairer les citoyens Sénégalais sur comment l’état peut être incapable de dedommager trois milliards de CFA à une famille pendant plus de 30 ans puis arriver en une seule journée payer 94 milliards à un autre qui achète le même produit au propriétaire originel. Pendant des mois la presse des Apr noceurs nous a cantonné dans un débat stérile sur une supposée volonté de sonko de s’immiscer dans le dossier et ne s’est jamais occupé de nos 94 milliards volés devant nos yeux. Heureusement l’histoire a encore une fois donné raison à Ousmane sonko. Il y a juste un mois lors d’une discussion avec ma grande soeur qui vit au Gabon depuis plus de vingt ans elle me disait que des collègues au travail lui disent souvent si vous Sénégalais vous ne voulez pas de sonko vous avez juste à nous le passer pour dix ans après on vous le retournera.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Baisse des prix des denrées : L’annonce sera faite ce jeudi à 11h

XALIMANEWS- En conseil des ministres, le Président de la...

Économie : le Sénégal devrait atteindre une croissance économique moyenne de 7,4 % en 2024-2026 (Banque mondiale)

XALIMANEWS-La Banque mondiale a relevé le caractère ‘’résilient’’ de...

UNE CERTAINE PRESSE FAIT HORS SUJET (Par Bacary NDIAYE)

Tous ces patrons de presse avaient pris position contre...