Wade: « J’ai été triste de n’avoir pas été compris par les journalistes »

Date:

ME WADE LORS DE L’UNAUGURATION DU GROUPE WALF
« J’ai été triste de n’avoir pas été compris par les journalistes »

Présidant la cérémonie d’inauguration du nouveau siège du groupe de presse Wal Fadjri sis au Front de Terre, hier, le président de la République Me Abdoulaye Wade a fait part de sa décision de collaborer avec la presse sénégalaise, en leur restant ouvert et en ordonnant à son gouvernement d’être également ouvert aux médias. Saisissant l’occasion, il a exprimé ses vœux de d’élargir le paysage médiatique, en créant de nouveaux supports. Me Wade a aussi parlé de ses rapports tendus avec la presse, avant d’afficher sa tristesse. « J’ai été triste de n’avoir pas été compris par les journalistes qui pouvait faire du recul sur mon passé et savoir que je suis des leurs » a-t-il souligné.

Me Abdoulaye Wade a tenu promesse hier, 01 avril, au groupe de presse Walfadjri, en présidant l’inauguration de son nouveau siège. Dans son allocution, le chef de l’Etat a soutenu « je suis des vôtres et ce n’est pas pour vous faire plaisir que je vous dis que j’ai l’âme journaliste ». Poursuivant, il a rappelé brièvement son sursis journalistique avant de déclarer que « cela fait longtemps que je prends des initiatives matière de presse ». Il se désole cependant ; d’entretenir des rapports tendus avec cette dernière. Me Wade d’indiquer ainsi que « J’ai été triste de n’avoir pas été compris par les journalistes qui pouvait faire recul sur mon passé et savoir que je ne suis des leurs ».

Parlant toujours de ses rapports avec la presse nationale, le président de la République reconnaît que cette dernière a contribué « largement à l’avènement de l’alternance au pouvoir en 2000 » en diffusant textuellement et de façon conforme les résultats des élections.

Admettant que la presse étant une révélation et un facteur de développement et d’intégration sociale, Me Wade atteste que « la presse libre chasse la magouille en la dénonçant sous toutes ses formes ». La presse « peut être aussi facteur d’éducation et de formation » selon le président de la République.

Le Chef de l’Etat après avoir encensé Sidy Lamine Niasse, qu’il qualifie même de magicien, a demandé aux jeunes journalistes de prendre comme modèle le patron du groupe Walfadjri, en persévérant dans le courage et dans la détermination mais, aussi pour combler les lacunes. Dans cette même dynamique, il a fait part de son ouverture aux journalistes. « La présidence est ouverte aux journalistes. J’ai demandé également au gouvernement d’être ouvert aux journalistes pour donner les bonnes informations » laisse –t-il entendre.

Profitant de l’occasion, le président de la République a aussi révélé son vœu, de lancer très prochainement une presse bilingue pour l’Afrique de l’Ouest avant d’inviter les journalistes intéressés à s’engager dans ce chemin. Une radio télévision africaine (Rta) privée, sera diffusée d’ici la fin de l’année si l’on en croit le Chef de l’Etat. Pour monter sa bonne foi, Me Abdoulaye Wade indique qu’il n’est pas un président « qui achète des journalistes. C’est contraire à mon éthique » certifie t-il pour terminer.

Par rapport à ses ex. collaborateurs qui travaillent aujourd’hui avec Sidy lamine Niasse, Tidiane Kassé, Abdourahmane Camara et Jean Meïssa Diop en l’occurrence, le Président de la République lance « pour mes journalistes de Takhoussan, je t’en verrai une facture puisque leur formation a coûté de l’argent ».

africanglobalnews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Revue de la presse (Wolof) de Rfm du mardi 16 juillet 2024 avec El Hadj Assane Gueye

Revue de la presse (Wolof) de Rfm du mardi...

Revue de la presse (Français) de Zik Fm du mardi 16 juillet 2024 avec Fabrice Nguema 

Revue de la presse (Français) de Zik Fm du...

Résidence du Lac Rose : Des familles envahissent illégalement les logements

XALIMANEWS-Plusieurs familles ont envahi et occupé illégalement la Résidence...

Le degré zéro de l’opposition politique (Par Marvel Ndoye)

Si nous avions imaginé qu’après avoir porté le PASTEF...