Awa Ndiaye riposte : «Youssoupha Sakho a jeté des personnalités

Date:

Après avoir été accusée, dans le rapport de l’Armp, d’avoir acheté une cuisinière grand modèle à 2 115 000 FCfa, des cuillères à soupe à 37 500 francs la pièce, Mme Awa Ndiaye s’est fendue, hier, d’une déclaration pour accuser le président de l’Armp d’avoir «ciblé et jeté en pâture certaines personnalités avant même que les autorités destinataires dudit rapport ne se soient prononcées».

Awa Ndiaye rompt le silence. Après avoir été épinglée par le rapport d’audit de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) de 2008, l’ancien ministre de la Famille, de la Solidarité nationale, de l’Entreprenariat féminin et de la Microfinance, présentement ministre d’Etat auprès du Président Wade, s’est fendue d’une déclaration. Pour charger le président de l’Armp. Elle écrit que, «sur 72 autorités contractantes, M. Youssoupha Sakho, s’autorisant de sa qualité de président de l’Armp, a choisi de cibler certaines personnalités et de les jeter en pâture à l’opinion, avant même que les autorités destinataires dudit rapport ne se soient prononcées».
Elle rappelle, dans sa déclaration, que «l’audit requiert que l’autorité contractante soit destinataire du pré rapport, pour commentaire et avis. Dans le cas du ministère que j’ai l’honneur de diriger, je n’ai été saisie ni au cours de l’audit, ni après la rédaction du rapport provisoire. Par conséquent, je n’ai pas eu connaissance des documents qui étayent ces accusations injustifiées».  Mme la ministre soutient n’avoir pas réagi immédiatement après publication du rapport «parce que, étant membre du Cabinet du président (Wade)», elle se devait de le consulter alors qu’il était «absent du territoire national au moment des faits». Après en avoir parlé au Président Wade, elle déclare n’avoir «pas eu l’occasion de donner des clarifications à intégrer dans le rapport ou à y annexer. Et les constatations faites dans le cadre des audits doivent, en effet, être étayées par des éléments de preuves permettant d’établir les responsabilités et de donner les avis et conseils à même de corriger les dysfonctionnements constatés».
Mme Awa Ndiaye fait partie les autorités contractantes que l’audit de l’Armp de 2008 a épinglées. Et les faits incriminés dans le rapport d’audit entrent bien dans le passif du ministre d’Etat. Le Conseil de régulation des marchés publics a indiqué que les auditeurs ont constaté des écarts très élevés sur les prix appliqués dans les marchés. D’après Birahim Seck, l’un des représentants de la société civile au sein de ce conseil, cela a été le cas sur les prix unitaires hors Tva des articles commandés par Mme le ministère. Pour un tapis de prière, par exemple, les auditeurs ont trouvé que le prix a été fixé à 15 850  FCfa. Une cuisinière, grand modèle, revient à 2 115 000 FCfa, des cuillères à soupe à 37 500 FCfa la pièce. Pour l’acquisition de couteaux grand modèle, le ministère décaissait 42 000 FCfa la pièce, tandis qu’une carafe grand modèle, revenait à 47 100 F Cfa. L’audit a, par ailleurs, estimé que la quasi totalité des documents concernant les procédures de passation au sein du ministère de la Famille n’a pas été mis à sa disposition.

lobs.SN

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Verdict du Conseil Constitutionnelle : La France appelle Macky Sall à s’y conformer

XALIMANEWS- La vague de réactions continue quant au verdict...

Annulation du report de la présidentielle : La réaction des Etats Unis

XALIMANEWS- Après avoir exprimé son désaccord pour le report,...

[Urgent] : Annulation du report de la présidentielle : Macky Sall réagit à la décision du Conseil Constitutionnel

XALIMANEWS-La Présidence a réagi à la décision du Conseil...