Affaire Sweet Beauty : Adji Sarr sort encore de son mutisme et lance un cri de détresse 

Date:

XALIMANEWS-L’ex masseuse la plus célèbre du Sénégal a décidé de sortir de son mutisme. Adji Sarr s’est de nouveau prononcé sur l’affaire dite « Sweet Beauty » dans laquelle elle accuse Ousmane Sonko de viols et de menaces de mort. Sur cette nouvelle sortie, Adji Sarr a tenu à lancer un cri de détresse. Selon elle, elle « n’en peut plus » et qu’elle « veut tourner la page ».

« J’ai la vie dure. Je suis dans un dossier où tout le monde refuse de prendre ses responsabilités. L’Etat refuse de prendre ses responsabilités. Parce que l’Etat ne veut pas que les gens pensent que c’est un complot contre Ousmane Sonko. Je suis obligée de prendre des appartements. Je vis en cachette. Je déménage tout le temps parce que j’ai peur des représailles », a-t-elle confié dans un entretien accordé au quotidien L’Observateur. 

Par ailleurs, Adji Sarr informe n’avoir aucune nouvelle de l’affaire « depuis que le juge d’instruction a envoyé notre dossier devant la Chambre criminelle. »

« Je suis là comme tous les Sénégalais. J’attends le jour du procès qui n’est même pas encore fixé. J’en ai marre de cette situation. J’ai peur d’avoir une déception, vu le comportement d’Ousmane Sonko envers la justice », déclare-t-elle. 

Au cours de l’entretien, Adji Sarr a aussi pointé du doigt l’Etat du Sénégal qu’elle accuse d’être incapable « de gérer un dossier de diffamation dans lequel un ministre de la République est impliqué ». Alors pour elle, « ce n’est pas un dossier qui a causé 14 morts qui sera alors jugé. »

« Je ne suis plus sûr de rien. Franchement, j’ai peur que l’Etat négocie avec Sonko pour mettre de côté notre dossier. Si le dossier en diffamation n’est pas jugé, je prendrai une décision. Je suis jeune, j’ai besoin de vivre comme tous les jeunes de mon âge. Je ne peux pas m’enfermer tout le temps entre quatre murs, comme une prisonnière », peste-t-elle. 

Le leader du parti les Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) est sous le coup d’une plainte pour diffamation. 

Ousmane Sonko est poursuivi par le ministère public pour « diffamation, injures publiques contre Mame Mbaye Niang et faux et usage de faux dans un document administratif » dans l’affaire des 29 milliards du Prodac.

Après deux renvois, la nouvelle date retenue pour le procès de cette affaire est le jeudi 30 mars 2023. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Urgent : L’ Iran vient d’attaquer Israël avec des drones

XALIMANEWS- L'Iran annonce avoir attaqué Israël, ce samedi soir....