Bathily indique la voie à suivre pour bouter Wade et son régime dehors : « Il faut qu’on en arrive au bâton pour les forcer à quitter le pouvoir »

Date:

Constant et toujours égal à lui-même, le professeur Abdoulaye Bathily a encore ouvert le feu sur Wade et son régime. Certain que ce régime essaiera de se maintenir par n’importe quel moyen au pouvoir, Bathily donne la solution : « utiliser le bâton ».

Comme à son habitude, Abdoulaye Bathily a encore tiré à boulets rouges sur Wade et son régime. Pour lui, en effet, les Sénégalais ont assez souffert de la gouvernance du régime libéral. Et l’exemple le plus patent, à ses yeux, ce sont les 35 % exigés par WAde dans le cadre de la construction du monument. Ce sont des milliards et des milliards, dit-il, qui y sont engloutis. « Est-ce que c’est une priorité pour le Sénégal, les femmes, les enfants, les étudiants… ? Pire, il dit que, sur chaque 100 F, il va prendre 35 % pour la fondation. C’est une escroquerie de grande envergure qui mérite la traduction devant le tribunal et qui, dans d’autres pays serait suivie d’une condamnation sans appel ». Ce qu’il reste à faire, maintenant, poursuit-il, « c’est qu’on se mobilise, qu’on s’organise. Parce que ces gens-là ne partiront pas tant que nous ne prendrons pas le bâton. Il faut qu’on en arrive au bâton pour les forcer à quitter le pouvoir. Ne pensez pas qu’il y aura des élections démocratiques comme en 2000. Non ! il ne compte pas sur les élections, il veut créer les conditions d’un hold-up électoral ».

Très virulent, Abdoulaye Bathily poursuit : « nous sommes en train de nous préparer à la guerre. Ce n’est pas une réunion de mobilisation, mais une revue générale des troupes pour faire face à ce régime ». Qui, estime-t-il, pêche dans presque tous les domaines. « Vous avez entendu ce qu’il a dit à l’endroit des Chrétiens. Vous avez entendu ce ministre dont je me garderai de citer le nom. Vous pensez que ce qu’il a dit c’est normal ? Il n’est pas le seul, d’ailleurs. Abdoulaye Wade nous parle d’infrastructures mais faites le tour à l’intérieur du pays, vous verrez qu’aucune route n’est en bon état. Il se propose de jouer au médiateur entre l’opposition et le gouvernement au Niger mais avant de penser aux autres, il faut régler les problèmes de son pays. Il nous parle également d’héberger les Haïtiens je viens de Guédiawaye, il y a là-bas des gens qui sont toujours sous les eaux ».

Madou MBODJ

Lasquotidien.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE