Capitulation bienvenue ! (Par Momar Dieng)

Date:

Le bon sens a fini par l’emporter. Dans un excellent message à la nation délivré ce 3 juillet 2023, Macky Sall a reculé dans son « projet » d’imposer à la démocratie sénégalaise l’aventure d’une 3e candidature consécutive à l’élection présidentielle de février 2024. Aujourd’hui, il peut dire à la face du monde qu’il a tenu sa promesse et flatté son « code d’honneur » aux termes d’un suspens insoutenable. Cependant, il arrive que nécessité fasse loi, surtout en politique.

L’intransigeante détermination du peuple sénégalais à assurer la survie du modèle politique représentatif qui nous prémunit depuis des décennies contre toute sorte d’autocratie ne peut être exclue des facteurs de renoncement qui ont guidé Macky Sall. Les pressions constantes des mouvements de la société civile (mises à part celles qui se sont compromises publiquement ou en cachette avec le projet du pouvoir), des organisations politiques et, pour une fois, d’un consortium informel de journalistes sénégalais libres et conscients des enjeux de la question, ont substantiellement affaibli l’intention illégale et anticonstitutionnelle du déjà futur président sortant de briguer un nouveau mandat. Les avertissements, même diplomatiques, lancés par certaines chancelleries occidentales ou, plus ouvertement, les mises en gardes répétées du Département d’Etat des Etats-Unis ont participé à décourager une autre violation de la Constitution du Sénégal.

Quand nécessité fait loi !

Il y a douze ans, le Sénégal avait vécu la même affaire avec Abdoulaye Wade comme président désireux de compléter un tiercé victorieux. L’opposant Macky Sall était l’un des leaders de cette contestation qui fit alors une quinzaine de personnes tuées à Dakar et à l’intérieur du pays. Fallait-il que Sall soit en 2023 le successeur de Wade par qui le scandale d’une deuxième vague de morts arriverait ?

Si Macky Sall a renoncé, ce n’est évidemment point de gaieté de cœur. Il a peut-être été en conflit avec son for intérieur après avoir solennellement pris des engagements multiples (dont un écrit) de faire deux mandats et de partir. Il reste un humain après tout. Il a tenté de rendre évidente sa 3e candidature en suscitant un gigantesque remue-ménage interne à la galaxie politique qui l’a porté au pouvoir. Mais il a tellement bien mesuré l’épaisseur et la lourdeur des écueils qui se seraient dressés sur son chemin qu’il ne s’est pas senti en capacité de pouvoir en payer le prix.

Son impopularité manifeste auprès des Sénégalais, une succession de gros revers électoraux (janvier 2022 et juillet 2022) aux locales et législatives, les proportions gigantesques d’une corruption qui mine profondément son pouvoir, l’accumulation de scandales économiques et financiers jamais élucidés et à mettre en parallèle avec l’impunité totale des auteurs de délinquance gestionnaire, ont parachevé le processus de renoncement à une 3e candidature. La logique de la capitulation présidentielle relève donc d’une logique implacable.

Mais la goutte d’eau qui a probablement annihilé les ambitions secrètes d’une 3e candidature, c’est la répression sanglante des manifestations de juin 2023 et leur cohorte de morts dont la plupart ont été documentés par les organisations de droits humains et attribués aux forces de défense et de sécurité (FDS). Amplifiés par les plus médias du monde, ces événements inédits braquent désormais les projecteurs de la planète sur le Sénégal dont des autorités politiques, judiciaires et des cadres des forces de défense et de sécurité, sont traînées pour la première fois devant le bureau du procureur de la Cour pénale internationale (CPI).

Ligne rouge

L’enchevêtrement pernicieux de telles actualités réduisent d’autant, au plan politique, la marge de manœuvre du président de la République. Sous cet angle, le projet de 3e mandat rejeté amicalement par la France et plus franchement par les Etats-Unis devenait une ligne rouge que Macky Sall n’a pas osé franchir. Il fallait arrêter les casseroles.

Aujourd’hui, il doit être clair pour toute la classe politique sénégalaise – du pouvoir, de l’opposition et de ce qu’il peut y avoir entre les deux – qu’il n’est plus possible de trahir les idéaux démocratiques qui organisent le déroulement de la vie politique ou de subvertir les textes et principes portés par la Constitution sans en payer le prix. La maturité du peuple sénégalais a atteint un tel niveau que la voie de la transgression est devenue un abonnement au suicide politique. Mais il restera toujours une étape à franchir. Aujourd’hui, la plus urgente semble être de trouver les moyens de faire émanciper une Autorité judiciaire au service du peuple souverain.

Momar Dieng journaliste

2 Commentaires

  1. Tous ces apprentis chroniqueurs et politiciens endimanchés cherchent maladroitement à maquiller leur position d’hier qui consistait à affirmer de façon péremptoire la candidature de Macky Sall pour un troisième mandat ou deuxième quinquennat, c’est selon. Aujourd’hui, faute d’arguments depuis que le président à annoncé sa non participation aux présidentielles de 2024, ils nous parlent de capitulation ou de je sais quoi encore comme si ils avaient entendu une seule fois le président annoncer sa candidature. C’est dire que dans ce pays ni le ridicule moins encore le déshonneur ne tuent plus. Vous êtes tout simplement pathétiques !

  2. EUSKEUY Machallah Macky n’a pas seulement montré qu’il est un grand homme d’État, il a montré qu’il est un homme de parole, un visionnaire lucide, un bâtisseur déterminé ! Tous les faux société-civileurs, les doulnalistes vendus, les opposants opportunistes, les terroristes séparatistes ethnicistes qui ont défroqué, cacaoué, manipulé et menti sur ses nobles intentions rasent aujourd’hui les murs ! Tous comme de minables vauriens de boubougolos menteurs et nafèkhes !! Macky a réussi au Sénégal et en Afrique ce qu’AUCUN autre président ne réussira plus jamais ! La réussite dans tous les secteurs, des infrastructures de dernière générations partout dans le pays, des recrutements de jeunes dans tous les secteurs, des salaires augmentés dans tous les secteurs, une diplomatie et une sécurité renforcées partout, un sport et des arts gagnants partout, des finances au vert partout et… un pays réellement stable et émergeant ! Une incroyable baraka pour le Sénégal ! Les messages d’admiration pleuvent de partout en Afrique et dans le monde ! « On peut succéder à Macky sall, mais on ne remplace pas Macky Sall » dit même un président africain. Qui dit mieux ? Macky a construit patiemment le Sénégal, mais un Yolom Guénio sodomiseur national, violeur d’une jeune orpheline (et de jeunes filles) qui a l’âge de son fils Mohamed Sonko, un séparatiste ethniciste, un terroriste insurrectionnel, un polygame immoral a voulu détruire le Sénégal. Mais il a déjà lamentablement échoué en attendant son dogali… car en 2024 les Sénégalais ne confieront jamais notre pays à un tel énergumène menteur et immoral…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Khalifa Sall égratigne la Commission d’enquête parlementaire :« Elle n’ira nulle part »

XALIMANEWS- « On savait tous que la commission d’enquête...

Barthelemy Dias :« Notre coalition ne participera pas à un dialogue pour violer la constitution »

XALIMANEWS- Qui répondra à l’appel au dialogue lancé par...

Bavures policières : Des nouvelles de la jeune femme maltraitée lors des manifestations

Appréhendée par un policier et maltraitée lors de la...

Le Président de la République peut-il et/ou doit-il porter des modifications au calendrier de la présidentielle en cours ?

ET….Quid du parlement, c’est-à-dire de l’Assemblée nationale sénégalaise ?Ce...