Dans les coulisses de la libération des détenus politiques: Révélations sur la position de certains magistrats qui s’opposent à la démarche

Date:

XALIMANEWS- Dans une période dite de décrispation, les détenus politiques peuvent pousser un ouf de soulagement. On espère encore des vagues de libération après celles du week-end dernier et de ce lundi. Mais sans compter avec la position des magistrats.

Le journal Les Echos révèle, dans sa livraison du jour, que certains juges conçoivent mal le fait de « Poursuivre des personnes pour des faits graves ou en tout cas qui méritent le mandat de dépôt pour ensuite les mettre en liberté sans quelles en fassent la demande on est plus sur le terrain de la justice ».

« C’est de leur faute », réplique un magistrat. Ils auraient dû transmettre ces dossiers aux juges des flagrants délits et ils n’en seraient pas là aujourd’hui », a t-il déploré, interrogé par nos confrères.  

Encore que l’opinion n’est pas informé sur le fait, s’il s’agit d’une liberté provisoire ou pas. Toujours est-il qu’on signale que « c’est le parquet qui libère « . Sur quel fondement juridique?

Selon la source qui cite un avocat, il s’agit d’une liberté provisoire. Ce dernier de préciser :  » tout a été joué entre le procureur et les juges d’instructions ».  « Ce procédé ne décrédibilise -t-il pas la justice ou les juges « ?

Des dossiers rejetés par le procureur

« Le magistrat instructeur, transmet au parquet un dossier avec une liste de détenus interpellés lors des manifestations, si le procureur donne un avis favorable, le tour est joué. C’est lui-même qui réclame à ce que des dossiers lui soient transférés. Seul le parquet peut dire exactement le nombre parce qu’il reçoit des dossiers de différents cabinets d’instruction », a détaillé le magistrat.

1 COMMENTAIRE

  1. En fait le procureur en envoyant les manifestants en instruction au lieu du flagrant délit a engorgé les cabinets d’instruction et ce que l’on ne dit pas tout ceci a un coût. Maintenant il cherche a se rattraper mais il montre au monde qu’il gérait un agenda politique d’autant que tous ceux qui ont été jugés ont été relaxés et le procureur ne savait même pas pourquoi ils les avaient envoyé en prison. Ces dossiers seront tous classés sans suite ou les prévenus bénéficieront d’un non lieu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Diffamation : Cheikh Bara Tall sert une citation à Cledor Séne

XALIMANEWS-L’homme d’affaires Cheikh Bara Tall a pris des mesures...

Contentieux financier : Jeu de trouble autour de 8,7 milliards F CFA entre Everest Finance, Générale d’entreprise (Ge) et Coris Bank

XALIMANEWS-Les litiges judiciaires suscitent toujours un vif intérêt. L'affaire...

Association de malfaiteurs et escroquerie : la notaire Me Aïssatou Guèye Diagne condamnée à deux ans de prison…

XALIMANEWS-La notaire Me Aïssatou Guèye Diagne a été condamnée...

Affaire de la pouponnière Keur Yeurmandé : Ndella Madior Diouf a introduit une demande de liberté provisoire 

XALIMANEWS-L'affaire de la pouponnière "Keur Yeurmandé" de Ndella Madior...