De la renaissance africaine : Garder l’œil rivé au rétroviseur ou regarder au-delà du pare-brise ?

Date:

Le troisième Festival mondial des arts nègres a vécu. Nul observateur avisé ne trouve à redire quant à l’initiative de son organisation, à Dakar, du 10 au 31 décembre 2010. Il faut même admettre qu’après 1977, à Lagos, au Nigeria, trente-trois hivernages ont mouillé les attentes avant que les Africains du continent et de la diaspora se retrouvent. De telles retrouvailles sont pourtant souhaitables pour faire une sorte de bilan d’étape car, sortie de la longue nuit d’un cycle d’oppressions, l’Afrique marche vers son destin, mais l’horizon semble encore lointain qui annoncera le bout de son chemin de croix. Et une question obsédante taraude les esprits : L’Afrique a-t-elle avancé ? Elle tourne en rond, selon certains. Selon d’autres, elle a constamment l’œil rivé au rétroviseur où scintillent les repères de son passé si bien qu’elle donne l’impression de marcher à reculons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Déception et Espoirs de la Diaspora Sénégalaise : Une Voix en Quête de Reconnaissance (Par Momar Dieng Diop)

La profonde déception ressentie par la diaspora sénégalaise suite...

Radioscopie d’un fléau social le «Tokk mouy dokh»… (Par Mor Talla Gaye)

Au Sénégal de Diomaye Faye, c’est le temps des...

Parrainages maffieux (par Kaccoor Bi)

Les passations de services au niveau des départements ministériels...