Iba Der Thiam réplique à Mandiaye Gaye. NON ! Je n’ai ni terrain ni maison aux Almadies

Date:

NON ! Je n’ai ni terrain ni maison aux Almadies

Par le Professeur Iba THIAM

Des observateurs  avertis du paysage économique et politique sénégalais m’avaient averti, qu’en me faisant porte-parole des préoccupations de l’écrasante majorité  du peuple sénégalais à travers ma proposition de Commission d’Enquête parlementaire sur les loyers, à Dakar et dans le reste du pays, aux fins d’obtenir la baisse des tarifs appliqués, je m’exposé à une violente campagne de presse organisée contre moi, sous les prétextes les plus fallacieux, dans le dessein évident de me discréditer ou de chercher à m’intimider, pour déconsidérer, à l’avance, les conclusions des investigations de la structure que je préside.

Un ami m’avait, même, dit : « les mercenaires de la plume et  du micro stipendiés par des intérêts sordides, vont s’acharner sur votre personnes, car le lobby, auquel vous vous attaquez est puissant et impitoyable »

J’avais ri de tout cela, car depuis que j’ai 13 ans, je n’ai cessé de me battre, pour la justice, quel qu’en soit le prix. Cela m’a valu un  cursus secondaire chaotique, marqué par plusieurs exclusions, du Collège Blanchot au collège de Thiès, en passant par le collège Maurice de Lafosse, plus de quatre arrestations, ma présence passée en prison, une révocation, des tortures physiques et morales.

Vous qui me jugez, M. GAYE, avec autant de légèreté et d’inconscience, pouvez-vous présenter, devant le pays, un tel cursus, dans la lutte pour la justice ? Vous en êtes  incapable.

Grâce à Dieu, je suis, encore devant. Depuis quelques semaines, un plan méthodique d’acharnement contre ma personne a été déclenché, inspiré par des mensonges savamment distillés qui cherchent à me nuire, en servant de certains organes de presse.

Je n’en ai cure, car l’histoire, qui sait distinguer la bonne graine de l’ivraie me fera, tôt ou tard, justice, d’autant que tous ceux qui connaissent les auteurs de ces attaques savent, pertinemment, qu’elles sont téléguidées.

L’article de M. Mandiaye GAYE s’inscrit dans cette trajectoire.

Procès d’intention en règle, prétentieux et faussement technique, il cherche à faire l’effet, en pensant provoquer, chez moi, la peur et, à tout le moins, une blessure morale.

Que cela plaise ou pas à M. GAYE, le titre de Député du peuple ne se décrète pas. Il se conquiert.

Le Sénégal des  profondeurs, qui  ne se réduit pas à un carré de lascars frustrés, grincheux et revanchards, ou à un réduit de politiciens en mal d’inspiration, l’a déjà, attribué, que cela plaise ou non à M. GAYE. Cela m’honore et ce ne sont pas les jérémiades belliqueuses d’un personnage obscur qui y feront quelque chose.

Il me le confirme, chaque jour, dans des lettres, que j’ai, toutes collectionnées.

Mandiaye GAYE, que mes succès ulcèrent, ferait mieux d’aller voir un Médecin, car il est malade sans le savoir.

Si je m’étais contenté des témoignages d’indignation, que le texte de Mandiaye GAYE à suscités, je n’aurais pas besoin de réagir, mais je ne peux pas m’empêcher de dire à M. GAYE :

  1. Que je ne possède, ni terrain, ni maison aux Almadies ;
  2. Que personne ne m’y a offert un logement, ni le Président Abdoulaye Wade, ni un autre et que je n’ai aucun bien conventionné dans cette zone.

Je vis dans une modeste SICAP, en plein quartier populaire,  dans une maison acquise à la sueur de mon front, bien avant l’Alternance.

Bien avant l’Alternance, je roulais en CX et portais des costumes distingués.

J’appartenais à la catégorie de fonctionnaires, les mieux payés de la République. Cela ne désarmera, évidement, pas l’acharnement et les préjugés de M. GAYE, parce que ce personnage et ses semblables, qui n’hésitent pas, souvent, à inventer des mensonges et des calomnies, pour faire mal, sont habités la haine.

Quant aux autres idées relatives à  l’Habitat, que développe, avec prétention et une arrogance intellectuelle insupportable, M. GAYE, je voudrais lui dire, qu’elles ne sont pas nouvelles, ni pour moi, ni pour ma commission.

En somme, Il ne nous apprend rien. Depuis le 11 Février, nous avons délimité le cadrage de notre mission, cadrage dans lequel, figurent, non seulement les questions qu’il soulève, mais  bien d’autres, plus importants, encore, dont il ne soupçonne, même, pas l’existence, car dans  notre Commission existent  des Polytechniciens, des inspecteurs des Domaines, des Universitaires et Hommes de Droit, de haut lignage, auxquels, M. GAYE ne peut pas donner de leçon sur la thématique, qui nous occupe.

Enfin, si M. GAYE considère que demander la baisse des loyers, c’est faire preuve « d’activisme »,  qu’il aille le dire au marché de Médina, ou dans un bus.

Je suis sûr, qu’on le lyncherait, séance tenante.

Si les propriétaires immobiliers cherchent des personnes, pour défendre leur cause, ils feraient mieux de recourir à d’autres plumitifs, moins légers, moins sulfureux, plus humbles, plus intelligents et plus compétents, des plumitifs qui connaissent bien notre pays et ses aspirations et non pas à de faux « intellectuels », qui prennent leurs désirs, pour des réalités.

Iba Der Thiam

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Drame à Colobane : Un camion en course poursuite fait 3 morts

XALIMANEWS- Un accident est survenu ce samedi matin, à...

Marche silencieuse Aar Sunu élection : Retour sur les temps forts ce samedi

XALIMANEWS- Initiée par la société civile, la marche silencieuse...