« Il est triste quand notre administration électorale joue au dilatoire dans l’espoir d’une décision de la Cour suprême qui justifierait son acte illégal»

Date:

XALIMANEWS: « La Commission Électorale Nationale Autonome (CENA) a usé de son pouvoir d’injonction, avec courtoisie, à la suite de la saisine par les conseils du candidat Ousmane Sonko. L’on ne pouvait douter d’une telle décision au vu des dispositions pertinentes des articles L.6 et L.13 du Code électoral relativement à la mission et aux compétences de la Cena, l’organe de contrôle et de supervision des opérations électorales et référendaires.

Mais, il est regrettable que la DGE persiste dans son refus d’exécuter l’ordonnance du juge et l’injonction de la CENA. Plus triste quand notre administration électorale joue au dilatoire dans l’espoir d’une décision de la Cour suprême qui justifierait son acte illégal. Il suffisait que le Ministre de l’Intérieur, chargé des Élections, commande pour que les services centraux (DGE et DAF), qui ont précédé à la radiation d’office, intègrent automatiquement l’électeur concerné. Non ! On ne sait plus qui fait quoi !

Le Président de la République aurait-il la compétence d’intégrer ou non un électeur radié des listes électorales ? Cette situation, née du contentieux de l’inscription sur les listes électorales qui du reste est pourtant bien encadré par la loi électorale, révèle les limites de notre modèle de gestion électorale. Alors que le Sénégal a connu avec son modèle mixte deux alternances politiques pacifiques, il ne serait pas insensé de prédire un recul démocratique de 30 ans. En tout état de cause, cela présage un mauvais signe quant à la neutralité de l’administration électorale tant vantée».

 Avec Sud Quotiden 

1 COMMENTAIRE

  1. Nous ne voyons pas comment la cour supreme avec tout ce qui c’es passe recemment et tous les indices de forfaiture sans commune mesure va se ranger dans le camps de l’illegalite et de la machination politicienne.

    La volonte cynique, inqualifiable et antidemocratique d’un chef de parti d’ecarter un autre chef de parti candidat a la presidentielle a ete mise a nue. Il ne porte d’ailleurs meme plus de gants et avance demasque a ce jeu dans un je m’en foutisme total.
    Les seuls raisons que ce chef de parti et son clan essaient de nous demontrer pour justifier un tel acte relevent purement d’une haine personnelle envers lui, d’une peur de l’affronter politiquement et d’un abus de pouvoir sans precedent.
    Dans tous les cas ce clan s’accroche et s’arqueboute a ce verdict de la cour supreme qui semble etre leur derniere carte qu’il faut jouer a tous prix.

    A cette cour supreme de s’en sortir grandie devant l’histoire pour l’interet et la stabilite de toute une nation ou de choisir de contribuer a l’ecriture des pages les plus sombres de l’histoire politique du Senegal depuis les independances en legalisant l’illegalite et un etat de non-droit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Ministère de la santé : Ibrahima Sy annonce un nouveau modèle de la politique sanitaire

XALIMANEWS-La cérémonie de passation de service avec son prédécesseur,...

Lettre du président de la République : Ousmane Sonko instruit une diffusion auprès de chaque fonctionnaire

XALIMANEWS-La lettre du Président de la République, Bassirou Diomaye...

Ministère de la communication : Bien installé, Aliou Sall annonce des réformes

XALIMANEWS- Le nouveau ministre de la Communication, Aliou Sall,...