Le commando Wattao raconte comment il a capturé Gbagbo

Date:

L’arrestation de l’ancien Président de la République lundi à Abidjan, a provoqué d’innombrables émeutes et embouteillages dans les rues d’Abidjan, toujours jonchées de cadavres d’êtres humains dont l’accès demeure difficile pour les agents du CICR du fait de l’insécurité grandissante qui règne en ce moment dans la capitale économique. Afin de servir à ses lecteurs si exigeants, l’information réelle, « Lebanco.net » a décidé d’être au coeur de l’actualité pour en savoir davantage sur les péripéties de la capture du couple Gbagbo et de leurs proches.

Entre 8h et 9h, une colonne impressionnante de blindés, propriétés de la force Licorne basée dans le quartier de Port-Bouët, est aperçue par des témoins en train de s’ébranler vers Cocody où elle s’engage sur la rue menant à la résidence d’Etat. Les instants qui suivent, l’équipage de ce cortège tout azimut est rejoint par des dizaines de véhicules tous terrains surmontés de pick-up et avec à leur bord des soldats des Forces républicaines lourdement armés et « visiblement excités », rapporte un fonctionnaire en poste dans une chancellerie locale, habitant non loin des locaux qui abritent la Cour Suprême du pays.

Watao dans la Résidence

« « Je n’ai pas été surpris parce que j’avais été informé par un ami la veille à travers mon adresse mail », explique-t-il.

Contrairement à ce que beaucoup de personnes pourraient imaginer, une fois aux portes présidentielles à Cocody, le commandant Ouattara Issiaka alias Wattao, accompagné de plusieurs de ses éléments dont le commandant Morou Ouattara, décident d’entrer dans la cour, sachant qu’ils peuvent être victimes d’une dangereuse embuscade. Apres avoir enjambé des dizaines de cadavres depuis la porte d’entrée principale, ils aperçoivent une silhouette qui se dresse au beau milieu de la cour du palais. Celle-ci n’est autre que Désiré Tagro, secrétaire général du gouvernement illégitime formé par Gbagbo. Celui-ci se présente avec un mouchoir blanc et supplie Wattao de ne pas les tuer car ils souhaitent se rendre. Pendant ce temps, plusieurs dizaines de combattants des Forces républicaines assurent la sentinelle. Désiré Tagro se charge alors de conduire le commandant Wattao et ses hommes dans une pièce d’à peine 30 mètres carré située au sous-sol. Là, attendaient le couple Gbagbo et leurs proches, en pleine séance de prière.

« Assez prié »

« Ça suffit ! Vous avez assez prié. Personne ne touche à rien », tranche Wattao. Celui-ci et ses hommes ne rencontrent, en effet, aucune résistance de la part des Gbagbo. C’est le plus facilement du monde que l’ancien maître des lieux est menotté et conduit manu militari avec sa famille et ses collaborateurs à l’hôtel du Golf.

Interrogé à leur arrivée triomphale en ce lieu où logent le Président élu Alassane Ouattara et son gouvernement depuis le 28 novembre 2010, le commandant Wattao répond que lui et ses éléments n’ont exercé aucune sévisse sur les personnes appréhendées. « Celui qui nous intéressait le plus se nomme Laurent Gbagbo. Ni lui, encore moins son épouse, n’ont été tabassés. Ils ont bénéficié de tous les bons soins du lieu de leur arrestation jusqu’à l’hôtel du Golf. Ce n’était pas évident compte tenu de ce que vous savez ». [xalimasn.com]

Touré Vakaba

lebanco.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

ONU : Abdoulaye Bathily démissionne

XALIMANEWS- Le diplomate sénégalais, Abdoulaye Bathily, a démissionné de...

Fonction publique : Le Ministre instaure le pointage obligatoire

XALIMANEWS - C'est à croire que l’ère du laisser-aller...

Lettre ouverte aux sorcières (Par Marvel Ndoye)

A vous qui vous reconnaitrez. Changer les mots «...