Le Sénégal à l’aube d’une nouvelle ère ! (Par Ousmane DIOP)

Date:

Les grandes nations se créent et se recréent au goût et noblesse des peuples qui les composent. Quand s’échappe à l’unisson, depuis le cœur des enfants, des jeunes et des femmes, le chant, alors le glas de l’aliénation a sonné. Les peuples se retrouvent, et la chair se raffermit ainsi que la foi. Dans les contrées les plus reculées naissent de nouvelles herbes, se réveille le cœur de purs bambins, apparaissant avec de nouvelles ambitions.

En ces heures, parait et luit la vraie identité collective, s’expriment les devoirs et droits telle une charte signée unanimement par les cœurs, et non un décret insensé d’intellectuels en col blanc. En ces heures, la femme regarde l’homme d’un regard neuf, le fils rend hommage au père, la nature se range et ne se rebelle plus, la terre est acquise honnêtement et n’est plus souillée par la vie d’un peuple sans âme.

Le Sénégal est-il à l’aube d’une nouvelle ère ? Sommes-nous réellement à quelques encablures de toucher ce qu’ont tant rêvé les multiples générations qui se sont battues, successivement, pour la libération de notre pays ? Sommes-nous à quelques jours de notre liberté, celle d’entreprendre, avec nos seuls neurones, les voies de la vraie existence, loin du paternalisme d’un ascendant qui nous a torturé plus de quatre siècles durant.

Le Sénégal est-il à l’aube d’une nouvelle ère? Sommes-nous à quelques encablures de vivre avec nos options, l’existence digne de l’homme libre, libre d’exceller, libre de se tromper, libre de rectifier à sa guise ses trajectoires. Sommes-nous à quelques heures d’être potentiellement en droit d’appliquer, sans ambages, les moult conseils de l’illustre Cheikh Anta Diop et de foutre aux oubliettes cette avilissante façon Senghorienne de suivre son propre oppresseur ? Sommes-nous à quelques heures de cultiver nos champs linguistiques, culturels et scientifiques en aiguisant notre créativité enfouie au fin fond de l’humain. Le bonheur suprême est-il enfin à portée de main ? Ce bonheur, moult fois confisqué au peuple, période après période, par d’infâmes créatures, ceux-là qui ont érigé comme boussole l’amassement individualiste des biens sur la misère des siens, ceux-là qui sans vergogne ont combattu leur propre frère au profit de l’autre.

La démocratie est-elle enfin là ? Ce camouflet que nous avons toujours connu est-il décédé ? Ce triste appel au vote, où depuis l’urne jusqu’au trône, seul le poids de la propagande, de la dissuasion, souvent du mensonge, rarement celui de la vérité mais celui d’une ridicule torture morale, prévalait. Le peuple n’a jamais acquis, dans un tel processus, le sentiment d’appartenance, il fut plus passif qu’actif car la malsaine émulsion et effervescence de luttes faites de compromissions véreuses ne pouvait être que le théâtre dont ne sera acteur que la frange partie indigne de patience et de rude labeur.

La démocratie est-elle enfin là ? Nos sept sages seront-t-il debout, tels les douze parlements de la démocratie Lèboue ? Qu’Allah les éloigne de cette fâcheuse façon plus ou moins fallacieuse de changer notre élite, de vivre sans rupture profonde comme si le sénégalais et son système hérité de la colonisation, frisaient la perfection. Comme si un homme, dépourvu de cœur et de vaillance, avec une éducation distante d’années lumières de sa propre culture, serait le prototype du nouveau chef sénégalais. Prions pour que nos sept sages s’élèvent au niveau de ceux qui, au moins, ont versé leurs forces, leur sang et leur honneur et se sont mis à la tâche de la rénovation.

La peur ne devrait pas nous submerger, nous forçant à nous résigner et a choisir de mourir lâches dans une pseudo-démocratie destructrice, de nous complaire dans les fausses aires de la dépendance, de refuser de nous battre comme des hommes et de livrer aux générations futures une date, une heure, un point de départ, où elles se diraient : je suis, nous sommes et notre devenir sera. Une rupture solide, où nous réconcilierons nos hommes et notre noble histoire.

Ousmane Diop

Poète-Ecrivain

2 Commentaires

  1. BRAVO OUSMANE POUR CE TRÈS BEAU TEXTE MACHAALLAH !

    AVEC DES RELENTS D UNE PRÉGNANTE CAMPAGNE ÉLECTORALE, À DES FINS DE RENOUVEAU DÉMOCRATIQUE.

    VIVEMENT QUE NOTRE CHER PEUPLE Y GAGNE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Radioscopie d’un fléau social le «Tokk mouy dokh»… (Par Mor Talla Gaye)

Au Sénégal de Diomaye Faye, c’est le temps des...

Parrainages maffieux (par Kaccoor Bi)

Les passations de services au niveau des départements ministériels...