Me Abdoulaye Tall explique pourquoi certains détenus politiques n’ont toujours pas été libérés

Date:

La loi d’amnistie votée sous le régime de Macky Sall a permis la libération de nombreux individus arrêtés lors des manifestations politiques survenues entre 2021 et 2024 au Sénégal. Cependant, la situation de certains détenus politiques reste préoccupante, suscitant des appels à l’action de la part de la nouvelle administration de Bassirou Diomaye Faye. Maître Abdoulaye Tall, avocat des détenus encore incarcérés, a partagé son analyse sur Walftv, éclairant les raisons derrière le retard de leur libération. Maître Tall explique la division en deux catégories des détenus non libérés, chacune se trouvant dans une situation juridique distincte. Il déclare : “Le jour de la prestation de serment du Président Diomaye Faye à Diamniadio, une fois la cérémonie terminée, je me suis directement rendu voir les concernés. J’ai immédiatement repris mon travail, me consacrant exclusivement à leur cas. Pour certains, leur dossier se trouve en chambre d’accusation. En effet, le juge a émis ce que l’on appelle une ordonnance de rejet d’une demande de liberté provisoire. Mécontente, la partie adverse a alors interjeté appel, faisant ainsi échapper le dossier des mains du juge pour qu’il aboutisse directement en chambre d’accusation.” Concernant l’application de la loi d’amnistie, il précise : “C’est ensuite que la loi d’amnistie a été promulguée. Il est important de noter que pour qu’une personne bénéficie d’une libération grâce à cette loi, c’est au juge de prendre cette décision. Toutefois, le juge ne possédant plus les dossiers, si la libération ne peut être ordonnée par lui, c’est la chambre d’accusation qui s’en chargera. C’est pourquoi je peux affirmer que la majorité d’entre eux seront libérés d’ici le 18 avril, date prévue pour leur audience devant la chambre d’accusation.” Sur les délais de libération, Maître Tall ajoute : « Il est à noter qu’il y a des délais à respecter. Nous avons même demandé à ce que ces délais soient raccourcis afin qu’il puisse être libéré le plus rapidement possible. » Il aborde ensuite la situation de la seconde catégorie de détenus : « Cette autre catégorie reste incarcérée principalement parce qu’ils ont reçu ce que l’on nomme une ordonnance de renvoi avant l’adoption de la loi d’amnistie. Cela signifie simplement que le procureur a demandé au juge de les juger. Ce n’est pas du ressort du procureur de décider de leur libération. La décision revient soit au juge d’instruction, soit à la chambre d’instruction, soit enfin à la juridiction de jugement. Ainsi, ces dossiers doivent nécessairement être examinés par la juridiction compétente pour le jugement, le tout survenant dans le contexte des élections présidentielles récentes. » Abdoulaye Tall répond aux polémiques soulevées, notamment par l’activiste et rappeur Abdou Karim Gueye, dit Karim Xrum Xax. Ce dernier avait exprimé son intention de manifester sa colère en appelant à un rassemblement devant la prison de Rebeuss. Il avait finalement renoncé à cette manifestation, arguant que certaines personnes, comme des avocats, lui avaient conseillé de patienter le temps que le dossier soit résolu de manière plus adéquate.

setal

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Ziguinchor / Présumée tentative de viol : 10 ans de réclusion criminelle requis contre un médecin

XALIMANEWS-Le Dr Djibril Ka, neurologue à l'hôpital régional de...

Justice : le dossier du Fonds Covid agité en conseil des ministres

XALIMANEWS-Des développements significatifs se profilent dans le domaine de...

Escroquerie : Lac De Guiers 2 était le chef présumé d’un réseau mafieux de migrants depuis 2022

XALIMANEWS-Les accusations d'escroquerie au visa se multiplient contre le...

Accident de l’avion de Transair : Le Parquet de Mbour ouvre une procédure pour mise en danger de la vie d’autrui

XALIMANEWS-Une nouvelle évolution se produit dans l'affaire concernant la...