Nouveau gouvernement : devoir de résultat et d’efficience par Mamadou NDIONE

Date:

Nouveau gouvernement : devoir de résultat et d’efficience
Mamadou NDIONE
[email protected]
Cadre APR Médina

En réaménageant son gouvernement le 29 octobre 2012, le Président Macky Sall semble lancer un signal fort d’un recentrage de l’action gouvernemental autour d’engagements avec obligation de résultat.

Le premier gouvernement a travaillé dans un contexte hostile (non encore fini) marqué par un déficit des comptes publics et une demande sociale pressante. Ce gouvernement a pu gérer les urgences avec le levier d’une maitrise de la dépense publique.

Aujourd’hui, avec ce tout nouveau gouvernement, il doit s’agir de mettre le programme Yoonu Yokkute sur les rampes de lancement solide.
En vérité avec cette nouvelle équipe, il y a beaucoup de ministres qui sont experts dans leur domaine. Nous pouvons au moins citer le General Pathé Seck, Mankeur Ndiaye, Marie Teuw Niane, Mbagnick Ndiaye entre autres.

En nommant le General Pathé Seck au ministère de l’intérieur, le Président restaure plus de neutralité et de professionnalisme dans un secteur névralgique. Le contexte national actuel a sans doute dicté la nomination d’un ex homme de tenue à ce ministère de souveraineté sans que cela ne remette en cause le mérite du ministre Mbaye Ndiaye appelé en toute confiance auprès du chef de l’État.

Mankeur Ndiaye aux affaires étrangères consacre la promotion de l’homme du sérail dans un contexte sous régional et international où le Sénégal doit faire entendre sa voix et sa stature véritable.

Marie Teuw Niane au ministère de l’enseignement supérieur est la consécration d’un homme humble mais qui fait autorité dans ce milieu.

Mbagnick Ndiaye est un cadre chevronné du ministère des sports qui a pu capitaliser une expérience certaine qu’il doit pouvoir mettre à profit pour recentrer les priorités en termes d’infrastructures loin des considérations simplement événementielles.

Nous aurons pu citer des cadres chevronnés comme Thierno Alassane Sall et Mamadou Talla qui sont restés dignes lors de la mise en place du premier gouvernement. Ce sont deux hommes qui ont une parfaite connaissance des ordres de priorité du programme Yoonu Yokkuté base contractuel entre le Président et le Sénégal.
En plus des experts, le recentrage de certains ministères devrait donner plus de cohérence et d’efficience.

L’articulation autour d’un ministère unique entre Commerce, d’Industrie et Secteur informel doit permettre de trouver la formule pour axer la consommation locale encore extravertie dans une production nationale. Cette désarticulation entre production locale et consommation est le premier défit sénégalais à relever (ou du moins à commencer à inverser) durant ce premier mandat.

De même, en liant Formation professionnelle, Apprentissage et l’Artisanat, une grande niche de création d’emplois trouve plus d’articulation. Ce ministère peut être une occasion d’un recentrage de la formation vers l’essentiel de ce que permet d’absorber le marché de l’emploi à base surtout d’auto entreprenariat. L’essentiel est de créer les bonnes passerelles entre ces secteurs d’activités et le financement via la garantie par l’État tel que défini dans le programme du candidat Président. Le tout nouveau ministre Mamadou Talla peut faire bouger les choses dans le bon sens dans ces secteurs pouvant permettre de donner corps à l’un des piliers du programme Yoonu Yokkute.

La Restructuration et de l’Aménagement des zones d’inondations est plus qu’un défit.
En faire un ministère permet de rompre progressivement en toute sérénité avec le schéma classique des plans Orsec qui ne sont que des mesures d’accompagnement. Ce ministère peut avoir toute la quiétude pour mener des actions énergiques et efficientes pouvant jeter les bases d’une résolution durable dans le quinquennat de la question des inondations.

Le reste du gouvernement est du classique avec des profils importants pouvant faire bouger les choses.
.
Au-delà du nombre de trente ministres, c’est sur les résultats que le gouvernement doit être jugé. Le contrat entre le Sénégal et son Président relève plus d’une obligation de résultats que de moyens. Le Président sera jugé sur sa capacité de changer en profondeur le Sénégal et non sur le chemin emprunté pour le faire. Il est sur la bonne ligne depuis six mois.

Cependant force est de comprendre que bâtir le Sénégal signifie d’abord aller vers un pacte social de stabilité basé sur un langage de vérité sur l’état réel de la nation.

Les acteurs sociaux doivent comprendre que le Sénégal est en redressement d’abord eet non en partage. Ce que nous devons aujourd’hui partager c’est plus le labeur que le beurre !

L’État doit continuer à donner l’exemple, mais les citoyens à titre individuel ou organisé doivent savoir garder patience et donner au nouveau gouvernement le temps de la conception et de l’action.

Le Président Macky Sall a le courage d’assumer ses décisions qui souvent mettent le parti loin derrière la primauté nationale.

Les deux poids lourds de l’APR que sont Mbaye Ndiaye et Alioune Badara Cissé ont leur rôle à jouer certainement à un niveau plus global. Ils en ont l’intelligence et les capacités politiques. C’est pourquoi leur départ du gouvernement ne doit pas être perçu comme une sanction mais un recentrage pour une position plus générale, plus transversale.

En vérité le Président Macky Sall est conscient qu’il a un devoir de résultat et il se donnera les, moyens politiques pour atteindre ses résultats.
Le casting des joueurs n’est jamais une œuvre finie pour un entraineur.
Ce nouveau gouvernement peut réussir si les ministres se disent que chaque seconde compte dans l’œuvre de construction nationale.
Un ministre ne doit pas être prisonnier de la routine. Il doit entreprendre. C’est le chef d’une entreprise publique ministérielle. Il doit rechercher l’efficience publique dans l’action et rendre compte. Un ministre, dans le contexte actuel, doit être plus qu’un simple gestionnaire des affaires courantes. Nous avons confiance en ce nouveau gouvernement qui a bien des profils pointus et des valeurs.
Mamadou NDIONE
[email protected]
Cadre APR Médina

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

La diligence à géométrie variable du Président Macky Sall (par Thierno Bocoum)

Le président Macky Sall a accompagné la proposition de...

Dialogue politique : La Coalition Karim 2024 compte répondre à la main tendu de Macky Sall

XALIMANEWS- La coalition Karim 2024 annonce sa participation au...

Le pendu (Par Moustapha Sané)

La situation de Macky Sall me rappelle le jeu,...

Crise politique : Le Pit situe les responsabilités

XALIMANEWS- Le Comité Central du Parti de l’Indépendance et...