Une élection présidentielle le 24 mars 2024 (Par Tafsir Ndické Dièye)

Date:

« Enfin l’accomplissement !» Disent certains. D’autres, plus pessimistes croient dur comme fer que ce n’est qu’une « manière de défaire avec les dents un nœud politique qui ne veut pas céder avec la langue. »

Nous demandons aux uns et aux autres, une fois dans l’isoloir, de refuser d’être opportunistes car, quelque que soit leur beauté, les fleurs du printemps ne sont jamais faites pour durer longtemps: leur vote, s’il n’est pas guidé par l’intérêt général, les poursuivra demain.

Nous demandons aux juges électoraux d’être justes car c’est le siège de la paix et de la liberté, pour eux-mêmes et pour le peuple.

Nous demandons au vainqueur de refuser d’être vaniteux car, dans un cirque, le clown qui rend heureux son public n’est pas forcément en bon ménage avec le bonheur: c’est un sacerdoce qui l’attend et non une sinécure; la confiance du peuple n’est jamais un chèque à blanc définitif.

Nous serons toujours déçus tant qu’au banquet du bien être et du mieux être, seuls les parents, amis et alliés du vainqueur seront conviés et admis.

Tafsir Ndické DIEYE
Poète – Romancier – Chroniqueur
Parrain du Festival « Palabres poétiques de Lyon »
au Printemps des poètes en France.
Lauréat du Trophée d’honneur 2017 offert par le
Consortium des Organisations pour la Solidarité Issue des Migrations (COSIM) AUVERGNE RHÔNE ALPES.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Radioscopie d’un fléau social le «Tokk mouy dokh»… (Par Mor Talla Gaye)

Au Sénégal de Diomaye Faye, c’est le temps des...

Parrainages maffieux (par Kaccoor Bi)

Les passations de services au niveau des départements ministériels...