Baisse des prix des denrées de base : L’Etat n’a pas osé
* Rien sur le pain, le gaz, l’eau, l’électricité et le transport

Date:

Les étiquettes des produits alimentaires de première nécessité ont connu une baisse.Ainsi, le riz, le savon, le lait, l’huile, la tomate, l’oignon et le sucre coûteront, désormais, moins cher. Le Conseil national de la consommation en a décidé ainsi hier à l’issue d’une réunion tenue en présence du ministre du Commerce.

Ouf de soulagement pour le consommateur ! Le riz, le savon, l’huile, la tomate, le sucre, l’oignon et le lait ont connu une baisse au niveau de leurs prix. Le Conseil national de la consommation met ainsi en musique une volonté récemment exprimée par Me Wade en conseil des ministres. Ainsi, le riz parfumé qui coûte actuellement 400 francs le kilogramme s’échangera désormais contre 310 francs. Quant au riz brisé importé ou ordinaire qui coûtait, jusqu’à hier, à 350 francs, il sera cédé à 280 francs le kilogramme. Le savon de 250g revient à 100 francs au consommateur ; et celui de 210g à 225 francs. Les prix du sucre cristallisé et en morceaux sont respectivement fixés à 620 et 670 francs le kilogramme. Les prix de l’oignon importé et local sont fixés à 400 francs le kilogramme pour le premier et à 250 francs pour le second. La boîte de tomate d’un kilogramme coûte désormais 1000 francs alors que celui de 2 kilogrammes sera cédé à 2400 francs. Le sachet de lait de 22g continuera de coûter 100 francs tandis que celui de 500g coûtera 1400 francs. Le litre d’huile se vendra dorénavant à 1000 francs et la dosette à 300 francs.

Pour le ministre du commerce, Amadou Niang, ces mesures seront suivies d’autres pour en assurer l’application. Ce qui revient à contrôler les prix des produits, du grossiste au détaillant, mais aussi maintenir le prix désigné, chez les vendeurs demi-grossistes, pour ainsi faciliter la répercussion des prix. Le ministre annonce également la création d’une équipe ‘qui va veiller sur le maintien des prix dans l’ensemble du territoire national’. Pour Amadou Niang, ces baisses de prix ne seraient que le début, parce que le souhait du gouvernement, c’est de pouvoir mettre tous les produits alimentaires sous régime de l’homologation.

Malgré cette baisse des prix des produits alimentaires, certains intervenants à la rencontre pensent que l’Etat a omis de mentionner certains produits tout aussi importants, tels que le gaz, l’électricité, et l’eau qui coûtent de plus en plus cher.

Diomma DRAME (Stagiaire)

walf.sn

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Khalifa Sall égratigne la Commission d’enquête parlementaire :« Elle n’ira nulle part »

XALIMANEWS- « On savait tous que la commission d’enquête...

Barthelemy Dias :« Notre coalition ne participera pas à un dialogue pour violer la constitution »

XALIMANEWS- Qui répondra à l’appel au dialogue lancé par...

Bavures policières : Des nouvelles de la jeune femme maltraitée lors des manifestations

Appréhendée par un policier et maltraitée lors de la...

Le Président de la République peut-il et/ou doit-il porter des modifications au calendrier de la présidentielle en cours ?

ET….Quid du parlement, c’est-à-dire de l’Assemblée nationale sénégalaise ?Ce...