Bécaye Diop sur le départ des bases militaires françaises: « je ne suis pas au courant »

Date:

Le ministre de l’Intérieur a effectué hier une visite de prise de contact à l’Etat-major du Groupement national des sapeurs-pompiers, à la Caserne Malick Sy de Dakar. Et Bécaye Diop s’est une nouvelle fois illustré avec une déclaration qui risque de surprendre. Interpellé sur l’impact du départ des forces françaises qui appuyaient les soldats du feu, en cas d’incendie, Bécaye Diop assène : « à ce que je sache, il n’y a pas de bases françaises à Kolda ni à Tamba encore moins à Ziguinchor. Le feu n’est pas l’apanage de Dakar et nous arrivons à nous en sortir tant bien que mal. Notre survie dépend de nous et notre volonté d’aller de l’avant aussi dépend de nous ». Si nous devons refuser de persévérer dans cent ans encore, libre à chaque citoyen de faire son choix », tranche-t-il, avant de confier : « pour le moment, c’est vous qui m’apprenez le départ des Français, je ne suis pas au courant et je ne suis pas dans le secret de Dieu ».
Seulement 20 bouches d’incendie à Dakar… une catastrophe

Même s’il refuse de savoir que les forces françaises vont quitter leur base militaire, le ministre de l’Intérieur s’est rendu compte néanmoins des difficultés des sapeurs-pompiers qui ont soulevé le manque criant de bouches d’incendie. Le colonel Mamadou Cissé d’expliquer : « notre problème, c’est les bouches d’incendie. Normalement, il doit y avoir une bouche d’incendie, tous les 25 mètres, mais il y en a seulement une vingtaine. Nos engins ne peuvent pas combler l’absence des bouches d’incendie, car il nous faut 120 m3 pour un incendie moyen. Nous faisons des navettes pour réalimenter nos engins ». Bécaye Diop prend acte et promet : « je vais rendre compte de ce problème au Premier ministre et au chef de l’Etat. Le problème des bouches d’incendie est un problème assez sérieux dans une ville comme Dakar ». Les Sapeurs, ajoute-t-il, « sont obligés de faire beaucoup de kilomètres pour aller se ravitailler en eau. Je pense qu’il y a des mesures urgentes à prendre. En fait, les bouches d’incendie devraient être mises en place par les municipalités et nous leur avons envoyé des correspondances. Il faut aussi des points de ravitaillement en eau ». Et de poursuivre : « ce qu’il faudrait dans les normes, c’est une bouche d’incendie, tous les 25 mètres. Mais, à défaut de les avoir tous les 25 m, nous pourrons les avoir tous les 50 ou 100 mètres. Au vu de ce qui s’est passé aux allées Pape Guèye Fall, il fallait que les véhicules reviennent jusqu’à la caserne Malick Sy, pour se ravitailler en eau, alors que le feu, lui n’attend pas. Il va falloir, en accord avec les maires, faire en sorte que l’on mette des bouches d’incendie pour protéger nos populations ».

Les premiers éléments féminins du Groupement national des Sapeurs-pompiers, dès le 1er Mai prochain

Le Groupement national des Sapeurs-pompiers va bientôt compter dans ses rangs la gent féminine. Selon Bécaye Diop, le président de la République tient à la féminisation des forces de sécurité. Et « les femmes qui sont dans l’armée, dans la police et la gendarmerie font bien leur travail. D’ici le 1er Mai prochain, on va voir des femmes sapeurs-pompiers », dit-il.

Samba THIAM
lasquotidien.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Ziguinchor : Des familles de victimes rejettent la loi d’amnistie générale

XALIMANEWS- A Ziguinchor, la nouvelle du vote de la...

Incident mortel à Sacré-Cœur : Un entrepreneur chute du 5e étage d’un immeuble et meurt

XALIMANEWS-Un tragique incident s'est déroulé samedi dernier sur un...

COUR DES MIRACLES (Par Kaccor Bi)

On ne s’ennuie vraiment pas dans ce pays des...