Brigandage foncier dans le departement de Rufisque : Wade, saigneur des terres à Sangalkam

Date:

L’acharnement de spéculateurs fonciers est en train de transformer le grenier agricole de la région de Dakar en cités rurales. Aujourd’hui, la spéculation foncière qui se fait sur le dos de la jeunesse et des maraîchers de Sangalkam devrait plus mobiliser Aliou Sow, ministre des Collectivités locales, à la place «du découpage forcé». Ce dernier veut en découdre avec le président du Conseil rural (Pcr), Oumar Guèye, proche de Idrissa Seck, en divisant une communauté qui n’en a jamais exprimé le besoin. Conscient des enjeux fonciers dans la zone, le Président Wade s’invite dans le jeu. Il contrôle désormais des milliers d’hectares dans ce dernier bastion des réserves foncières de la région de Dakar. La tension politico-foncière entretenue par les Libéraux et l’administration territoriale dans la communauté rurale de Sangalkam vient de connaître un tournant décisif. Agissant depuis longtemps, par préfet interposé, le chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, vient d’acheter les terres du Général Chevanche Bertin d’une superficie de 2 514 ha, situées à Bambylor (voire document officiel). Le coût de la transaction conclue avec les héritiers du Général s’élève à 7 milliards de francs Cfa. Les promoteurs immobiliers qui ont toujours gardé un œil sur cette réserve foncière devront maintenant traiter avec Me Abdoulaye Wade. Selon une source bien informée, l’Etat va céder ce domaine à des sociétés immobilières pour la construction de milliers de «logements sociaux» au détriment des agriculteurs locaux. Par conséquent, les villageois qui ont récemment félicité le chef de l’Etat pour cette décision risquent de déchanter, car le patrimoine foncier sera vendu à des privés. Au regard de l’occupation en cours, des conflits profonds s’annoncent à l’horizon.

Des dizaines de hauts fonctionnaires, exploitants agricoles dans cette partie du bassin versant du Lac rose, devront renégocier leur présence avec le nouveau seigneur des terres, Abdoulaye Wade. Sans quoi, ils risqueront de recevoir à moyen terme des sommations de déguerpissement. D’ailleurs, les entreprises choisies par la Caisse de consignation et de dépôts ont un programme immobilier de 5 000 logements à Bambylor. Ceux-ci devront être bâtis sur une superficie de 150 ha. Le chef de l’Etat, nouveau maître du jeu dans cette localité où les scandales fonciers se multiplient, va probablement servir les travailleurs de la présidence de la République et de l’Assemblée nationale contre lesquels les populations de la localité avaient battu le macadam au mois d’août dernier. Créancière du Général Bertin, une banque de la place leur avait vendu de grands périmètres pour des investissements immobiliers. Cette réserve, suspecte-t-on, connaîtra le même sort que celle du stade Léopold Sédar Senghor et du Cices, ou les terres de l’aéroport. En réalité, les sociétés immobilières n’ont jamais cessé de manifester leur volonté de morceler ce vaste domaine du Général Bertin.

LE DOMAINE DE L’ISRA EST BLEU
Pour dire que le combat du Pr Issa Lô et Cie, des fermiers établis dans le domaine de l’officier français, vient de démarrer. Dans la mesure où le régime actuel privilégie l’habitat au détriment de l’agriculture qui est la vocation première des Niayes. De l’instrumentalisation politique, il y en a eu. Le Président Wade a statué sur ces terres suite à une audience accordée au guide religieux de Bambylor, Thierno Amadou Bâ accompagné du ministre Alassane Daly Ndiaye dont la mission principale est d’anéantir l’actuel président du Conseil rural de Sangalkam, Oumar Guèye, le pro-Idrissa Seck affirmé. L’occasion est saisie par le Pape du Sopi pour ferrer davantage l’ancien ministre socialiste qui, en visite répétée, depuis sa nomination, dans les villages de Bambylor, Gorom II, Wayembam, Mbèye, Deni Gueth, Niougouye, Deni Biram Ndaw nord, s’approprie ce rachat du domaine de Bertin. Si Abdou Diouf parvenait à gagner la région de Dakar, c’était grâce à ces deux communautés rurales de Sangalkam et de Sébikotane foncièrement vertes avant l’Alternance en 2000.

Par ailleurs, Me Wade n’a fait qu’élargir son assiette foncière. La Grande offensive pour l’agriculture et l’abondance (Goana) était un prétexte d’infiltrer 965 ha de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (Isra), sis à Sangalkam. Depuis plus de trois ans, l’administrateur du Pds Abdoulaye Faye y exploite sans arrêt 40ha, Farba Senghor 10ha. Au premier hivernage de la Goana, le président de l’Assemblée nationale, Mamadou Seck, le député Ndiawar Touré, l’administrateur de la Liaison maritime Dakar-Gorée et tant d’autres caciques du régime libéral y cultivaient des dizaines d’hectares. Si les populations doutent encore de la présence de ces «paysans du dimanche», la preuve par Abdoulaye Faye qui continu d’investir dans sa ferme agricole.

Les membres du gouvernement sont fortement favorisés dans le domaine de l’Isra, au détriment des jeunes villageois. A la fin de chaque hivernage, le sous-préfet les somme de quitter les périmètres, au moment où les pontes du régime continuent de mettre la main sur ce domaine de l’Etat. Les jeunes sont actuellement sans terre. Ils sont victimes de la situation foncière très tendue et exacerbée par des appétits politiciens. 80ha sont encore réservés à la construction de l’hôtel de l’Oci sur les berges du Lac rose. Les Zones d’aménagement concertées (Zac) de Kounoune et de Tivaoune Peulh, le Plan Jaxaay et la cité des Nations unies se partagent 100ha. Un Village de la paix de 100ha est également prévu dans le Lac rose-Déni Biram Ndao. Que reste-t-il maintenant aux autochtones et aux paysans locaux, les laissés-pour-compte d’une dramatique spéculation foncière, au moment où le Président Wade est devenu incontournable dans l’attribution du patrimoine foncier.

lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE