Contribution au débat des professeurs Ismaïla Madior Fall et Mary Teuw Niane.(Par Aliou Corop Baldé)

Date:

Professeur Ismaïla Madior Fall ! Qui se sent morveux…
En guise de réponse « courtoise et de respect mutuel », au Professeur Mary Teuw Niane à propos de son post intitulé « Le temps des laudateurs », vous avez, à travers un article « Savoir raison garder », écrit un long plaidoyer pour assez subtilement (et/ou maladroitement) le ridiculiser.
En effet, en parcourant votre réponse « courtoise et intellectuelle « , j’ai plutôt vu un verbiage intellectuel et des insinuations qui frisent le « khouloo » pour une production venant d’un universitaire de votre dimension.
Je ne m’attarderai pas sur vos propos peu convaincants qui justifient la « troisième candidature » du Président Macky Sall, nouvelle expression utilisée par les apologistes du « troisième mandat  » que lui interdit la constitution. Ils sont bien sûr libres, comme vous le dites, de donner leur point de vue là-dessus. Non plus je ne m’attarderai sur les expressions « terrorisme intellectuel », « labellisation du tabou »… ou sur les détails inutiles qui ont bien étoffé votre article et qui ont plutôt versé dans la polémique. Ce point d’ailleurs a été soulevé par un certain Tidiane Kandé dans son article « Ismaïla Madior Fall aux confins du flou… »
Je m’arrêterai cependant sur trois (3) points de votre post.

Vous avez écrit ceci : « Ce post de mon collègue à l’université et naguère au gouvernement… » Je me demande pourquoi vous avez ajouté « naguère dans le gouvernement » au lieu de vous en limiter à « mon collègue à l’université ». Que voulez-vous insinuer par ce bout de phrase, pas du tout fortuit, que vous avez malicieusement glissé dans votre propos ? Vous avez voulu sans doute lui signifier qu’il s’était toujours abstenu d’évoquer le sujet du troisième mandat lorsqu’il était au gouvernement et que maintenant qu’il en est éjecté, il en parle.
Le fait-il par frustration ? par hypocrisie ? Ou encore de bonne foi ? Seul ALLAH SWT et lui le savent. Votre objectif était de lui rappeler son passage dans l’attelage gouvernemental ; passage au cours duquel il n’avait jamais parlé du troisième mandat.
Le Professeur Mary Teuw Niane a bien décrypté le message et vous a répondu dans son post intitulé « L’histoire témoigne » en ces termes : « Mon collègue le professeur Ismaïla Madior Fall, Ministre d’Etat… » Quelle élégance mais aussi quelle subtilité ! « Ministre d’Etat » expression ajoutée exprès pour répondre à votre « naguère ministre au gouvernement » comme pour vous dire : « Vous y êtes encore et avez gagné du galon parce que vous avez ravalé votre parole en théorisant maintenant la possibilité d’un troisième mandat pour le Président Macky Sall. Il vous rappelle là vos propos et opinions très nets sur l’impossibilité de celui-ci de briguer un troisième mandat parce que l’article 27 de la constitution le lui interdit.
Et toujours dans ce post court et précis (digne d’un scientifique qui dit l’essentiel et ne s’attarde pas sur des blablas « intellectuels »), le professeur Mary Teuw Niane de rappeler à son collègue de l’université que vous êtes, que « si la parole donnée n’a plus de valeur, que s’il n’y a plus d’éthique de la parole donnée… », alors il n’y a plus d’espoir. Il veut simplement dire que c’est très grave pour l’éminent universitaire que vous êtes, de dire et de se dédire, surtout en matière de droit car les étudiants qui vous suivent seraient profondément désorientés. Il l’est lui-même puisqu’il affirme qu’il aimerait bien comprendre.

Vous avez également dit ceci dans votre réponse au Professeur Mary Teuw Niane : « En attendant que le Président Macky Sall se prononce lui-même sur la question… »
Le Président Macky Sall a déjà donné sa position urbi et orbi sur cette question. A plusieurs occasions, il s’était résolument engagé à ne pas briguer un troisième mandat et vous l’aviez ardemment soutenu à l’époque. Non Professeur ! Il n’y a pas de place à l’amnésie en si peu de temps.

Vous avez ensuite écrit ceci à la fin de votre post : « Aussi les mises en garde à l’endroit du Président Macky Sall sont dénuées de fondement et de sens. Ceux qui connaissent bien le Président et/ou le pratiquent au quotidien savent bien qu’il n’est pas impressionnable ou intimidable par des alertes ou des mises en garde et que le Bon Dieu l’a assurément doté de la capacité et de la clairvoyance à prendre, le moment venu, la décision que lui dictera son sens élevé de l’histoire ; laquelle correspondra, à coup sûr, avec la volonté générale des Sénégalais qu’il a toujours su décrypter avec justesse » (sic). Waou ! ! ! Tonton Hadj Mansour Mbaye n’aurait pas fait mieux (lui au moins assume son statut et dit sincèrement ce qu’il pense) !
Je comprends pourquoi vous avez été si dur envers le Professeur Mary Teuw Niane dans votre post « Savoir raison garder ». C’est parce que simplement il a remué le couteau dans la plaie ; il touché là où çà fait mal. N’avait-il pas intitulé son post « Le temps des laudateurs » ? Vous vous êtes senti visé et vous avez réagi épidermiquement « l’écume au bout du stylo » ! !
Moi j’aurais titré son post « Le temps des flagorneurs ».
Et les morveux, à force de retenir l’éternuement, ont fini par se moucher…
Enfin, je dois avouer que je suis déçu, désespérément déçu comme des millers de sénégalais par le Professeur Ismaïla Madior Fall.
En effet, je ne reconnais plus ce jeune étudiant qui venait discuter passionnément « DROIT » au 102 pavillon D et dont le titre de PROFESSEUR à la Faculté des Sciences Juridiques de l’université Cheikh Anta Diop ne m’a point surpris plus tard.
Ah j’oubliais de vous rappeler que Senghor et Wade méritent également le titre de « Président » tout comme Macky Sall, même s’ils ne sont plus aux commandes.

Aliou Corop Baldé. Professeur de SVT à la retraite
[email protected]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Sénégal : Menaces sur la République et germes de la division (Par François Mendy)

Une école en crise. Des loyers hors de prix....

De la nécessité de privatiser le secteur privé (Pr Abou Kane)

Le président de la République doit rencontrer le secteur...

La symbolique de la rupture (Par ADA POUYE)

Laisser la présidence régenter la foi, les corps de...