Course à la presidentielle de 2012 : Gadio exclut Wade, Niasse, Tanor et Idrissa Seck

Date:

Le récépissé du Mouvement politique citoyen « Luy Jot Jotna » (MPCL) en poche, Cheikh T. Gadio a réservé sa première sortie à la ville de Guédiawaye. Harangué par une foule acquise à sa cause, le président dudit Mouvement a abordé la question de la présidentielle de 2012. Prônant une alternance générationnelle au sommet de l’Etat, Gadio a cité Macky Sall, Cheikh Bamba Dièye, Mamadou Lamine Diallo et Tall Sylla pour réaliser l’entreprise. Omission a été faite concernant Idrissa Seck.

Partager

S’il ne dépendait que de sa volonté, la course à la présidentielle se jouerait seulement entre les jeunes leaders du landernau politique Sénégalais. Le Dr Cheikh Tidiane Gadio qui a prôné une alternance générationnelle au pouvoir s’est référé sur les exemples Américain, Britannique ou encore Français pour asseoir sa thèse. Le président du MPCL cite ainsi ses « amis » de l’APR, du FSD/BJ, de l’Alliance Jëf/Jël et du mouvement TEKKI. Pour le Dr Cheikh Tidiane Gadio, l’atout majeur dont disposent Macky Sall, Cheikh Bamba Dièye, Talla Sylla, Mamadou Lamine Diallo et lui-même, c’est la jeunesse. Mais, dans son listing, Gadio n’a nullement cité l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck qui, tout comme les « préférés » de Gadio, est un jeune leader. Dans la course à la présidentielle, Gadio a ainsi exclu Wade, Niasse, Tanor, Dansokho et compagnie, mais surtout Idrissa Seck. Au président de la République, il a demandé l’organisation d’une « transition démocratique, transparente et sans heurts ». Pour ce faire, le patron du MPCL estime que Wade dont la candidature est « anticonstitutionnelle », ne doit pas « forcer la main » à l’Assemblée nationale pour prendre part à la présidentielle. Dans la même veine, il a averti le chef de l’Etat contre toute volonté de « dévolution dynastique » du pouvoir. Un renoncement d’autant plus pressant que « même les présidents Egyptien et Yéménite ont renoncé à ce genre de projet qui n’a plus cours dans le monde », renseigne-t-il. Dans la foulée, Gadio, occultant tout compagnonnage avec la jeune génération, a coupé court à la rumeur sur son alliance avec Macky Sall. « Des rumeurs ont récemment fait état de notre jonction avec notre ami Macky Sall. Mais, je voudrais dire qu’une telle alliance n’a jamais été nouée, même si j’ai beaucoup discuté avec le président de l’Apr qui est mon ami », a-t-il précisé. Et le Dr Cheikh Tidiane Gadio de livrer un discours qui laisse entrevoir sa prochaine candidature pour la présidentielle de 2012.

Une candidature avant la lettre

Pour lever l’équivoque sur sa candidature, le patron du MPCL a pris date avec les Sénégalais le 02 avril prochain. Ce rendez-vous qui consacre la réunion de la Convention nationale du MPCL, sera l’occasion de dire si Gadio est candidat ou non à la présidentielle de 2012. Néanmoins, tout porte à croire que la date du 02 avril ne sera que pour « officialiser » une candidature déjà retenue. En effet, même s’il ne l’a pas encore officiellement déclaré, le discours de Gadio mène tout droit à une telle éventualité. Déjà, il n’a pas manqué de donner des gages de bonne gouvernance si toutefois le fauteuil présidentiel lui revenait. « Confiez-nous les rênes du pays et vous ne le regretterez pas. Nous serons au service exclusif de la nation, gage de tout développement », a-t-il dit à ses nombreux militants massés dans la salle des fêtes de la cité Hamo 4 de Guédiawaye. Mieux, pour mieux renforcer cette probabilité, il dit : « Si Wade n’accède pas à cette demande (voir par ailleurs) jusqu’en 2012, avec notre accession à la magistrature suprême, la paix sera revenue en Casamance ».

Haro sur le mode de gouvernance de Wade

« Jusque-là, nous n’avons pas encore vu au Sénégal un Gouvernement au service exclusif de la nation ». Telle serait selon le Dr Cheikh T. Gadio, la cause de tous les maux dont souffrent les populations. « C’est une lapalissade de dire que le Sénégal a mal. En réalité, notre pays a mal partout ». Pour étayer cet argumentaire, l’ancien chef de la Diplomatie Sénégalaise cite l’électricité qu’il considère comme « une honte », les inondations ou encore la flambée des prix des denrées. Et, face à ces innombrables difficultés, le patron du MPCL ne manquerait pas de solutions. Ainsi, plaide-t-il pour la réduction du nombre de ministres qui passerait de « 70 à 20 », « la réduction des dépenses de l’Etat et le retrait de l’avion privé (mis à la disposition d’un seul Sénégalais), pour donner la priorité à la subvention des denrées ». C’est d’ailleurs dans ce cadre, et face à « l’incapacité du régime de venir à bout des difficultés auxquelles les populations sont confrontées » que le Dr Gadio a appelé le président Wade à plus de sagesse. Car, au regard de ce qui s’est passé en Tunisie, en Egypte et ce qui risque de se passer en Jordanie et au Yémen, Wade devrait, selon Gadio « comprendre que « Luy Jot Jotna (il est temps d’agir) en ne faisant pas comme Ben Ali… ».

Mansour NDIAYE

loffice.sn

1 COMMENTAIRE

  1. Un Peuple, Un But, Une Foi.
    La Devolution monarchique qui est sur toutes les levres aujourd’hui, est une vieille pratique socialiste. Nous ne sommes pas des amnesiques politiques, encore moins des nostalgiques du passe du feu regime socialiste. Abdou Diouf est devenu President de la Republique du Senegal, non pas par accident, ni que le Peuple souverain en avait decide ainsi, mais par simple coup-d’Etat constitutionnel.
    Nous avons l’inconditionnelle obligation en tant que Negres et dignes fils et filles du Continent Noir (Afrique) de nous enraciner dans nos valeurs positives avant de nous ouvrir au reste de la Famille de l’Humanite. Nous devons nous sortir de l’enfermement dans lequel les colonialistes, les Puissances de Babel nous ont mis en nous injectant une Instruction qui banalise notre propre Culture et Histoire et nous transforme en “Petits-Blancs”. Cette instruction n’a fait qu’aliener l’homme noir. Aujourd’hui sur le Continent, nos gouvernants pillent sans pudeur aucune, les deniers publiques et s’autoproclament meilleurs que ceux qu’ils gouvernent, parce que tout simplement, ils se pavanent a longueur de journee avec un morceau de tissu autour du coup (cravate) et qu’ils ressemblent plus a leurs Maitres Occidentaux. Acceptons freres et soeurs de vivre Africain, parce que, c’est la seule facon pour nous Negres de vivre libres et dignes. La voie du Salut qui garantit a la fois, la Dignite de l’homme Noir et une Afrique Unie et Indivisible, passe incontournablement par la mise en pratique de la Pensee de Thomas Sankara, Patrice Lumumba, Kouameh Kourouma, Cheikh Anta Diop…
    • Les Socialistes, avec le fameux Gaston De Fer a leur tete, n’ont reussi que la Balcanisation du Continent Noir et la dilapidation de son Immense Richesse politico-economique et culturelle.
    • Les Liberaux ont fini de mettre en agonie les Valeurs Positives Negro-Africaines et, marchandent a coup de Papier imprime (cfa…) nos Ames au Diable.
    Dans le cas précis du Senegal, les derives du Pouvoir liberal en place, sont dues en majorite a l’opposition fantome et non republicaine. Cette derniere, en boycottant les dernieres legislatives, a laisse le libre choix aux liberaux d’utiliser a leur guise l’Assemblee Nationale, la Cour Supreme et le Conseil constitutionnel pour finalement installer d’une maniere non-moins republicaine, leur Dauphin a la Majustrature Supreme.
    Si une telle chose se passait demain, la faute incomberait largement aux adeptes de la Politique de la chaise vide, notamment les partis politiques qui ont benevolement choisi de boycotter les dernieres legislatives, afin de punir le Peuple Senegalais de leur avoir refuse les portes du Palais de la Republique. L’Assemblee parlementaire est le maillon le plus incontournable dans une democratie, surtout directe… Arretons les marchandages et les mascarades politiques.Unissons-nous veridiquement autour de l’essentiel, parce que l’histoire juge toujours ses hommes.
    Prenons l’exemple du Senegal,tant qu’on aura pas regle le probleme de la candidature a la majistrature Supreme, la misere des peuples reste sans solution. Le Senegal a une population estimee a environ 13 millions. L’Assemblee Nationale doit voter une loi selon laquelle tout pretendant a la tete de l’Etat, doit pouvoir justifier devant la Commission Independante du Fichier Electoral (CIFE), l’adhesion du 1/5 des citoyens(2 millions) a son projet de societe. Cela permettrait de regrouper les micro-partis en partis representatifs et significatifs et ainsi l’on habillerait l’echiquier politique du Senegal d’environ 3 a 5 partis politiques legalement constitues.
    Ceci ferait place a beaucoup plus de transparence et sur la meme lancee, reduirait les depenses electorales. Cherchons ensemble le Candidat qui passerait en revue de facon transparente, les Grands-Dossiers du Senegal de 1960 a nos jours, afin de combattre de maniere effective et efficiente l’impunite et de restituer Justice aux ayant-droits.
    S’il y a un veritable Leader dans la presente Classe politique Senegalaise, il faut bien le chercher dans le cercle restraint de l’opposition republique qui n’ a jamais abandonne le Peuple a la merci, ni du Pouvoir actuel liberal, ni celui precedent socialiste.
    La conviction de la Ligue des bons esprits demeure que le Candidat qui reunirait autour de lui les qualities et les personalites requises, se demarquerait des Maniaques du Pouvoir qui ne pensent qu’au partage du Butin, “Bennoo Siggil Senegal” ou “Bennoo Seddoo Senegal”, “Alternance Sopi ou Alter-noce Soupee”.
    Les voleurs de la Republique doivent payer de leurs crimes politico-economiques.
    “La Patrie ou la Mort, nous vaicrons”. Thomas Sankara
    “La Politique est la gestion saine de la Cite”. Papa Latyr Faye
    PLF
    http://www.youtube.com/thebaayfaal

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE