Dr Nafissatou Diouf, Directrice Générale de TDS-SA : « Les raisons de notre problème avec Origines SA »

Date:

XALIMANEWS-Des problèmes entre TDS Sa et Origines Sa en passant par la supposée baisse de la redevance, le climat social…Dr Nafissatou Diouf, Directrice générale de TDS-Sa (Société de Télédiffusion du Sénégal) aborde toutes les questions avec Xalima.

Depuis la semaine dernière des informations font état d’une décision de justice qui serait favorable à l’ancien Directeur Général Adjoint de TDS-SA. Qu’en est-il et quel est la nature du différend ?

Lorsque vous dirigez une société publique il n’est pas indiqué de parler par presse interposée sur des questions de gestion. L’administration a ses règles auxquelles il faut se soumettre. Parmi celles-ci la loyauté et l’engagement à servir la Nation, la probité morale et l’éthique. Ce triptyque, je l’ai érigé en viatique avec tout le personnel engagé et dévoué de la Société de Télédiffusion du Sénégal. A ce stade de l’interview vous me permettrez de saluer le dévouement de cette belle équipe que j’ai rejoint depuis 2021 ; d’abord en tant que Directrice du Partenariat, du Commercial et de la Prospective, avant d’en être la Directrice Générale. Le différend opposant l’ancien DGA à TDS-SA n’est rien d’autre qu’un manquement à ce triptyque. Des mesures ont été prises en conformité avec ce que nous permettait la loi. J’ai effectivement lu dans un journal que le Tribunal du Commerce aurait tranché en faveur de Monsieur Gning. L’avocat de TDS-SA m’a informé que la décision de justice n’est pas encore sortie. Je me suis donc posée la question de savoir comment des journalistes assermentés pouvaient prendre la responsabilité de révéler une telle information sans pour autant vérifier, au préalable, cette information. Pour le reste, mon devoir de réserve ne me permet pas de révéler les manquements qui ont conduit à me séparer de mon adjoint.

Le climat social était très agité dernièrement chez vous?

Je vous remercie pour votre question qui me permet de dédramatiser lorsque vous parlez des syndicats. Il faut d’abord savoir qu’il existe aujourd’hui deux syndicats à TDS-SA. Je salue la maturité de ces deux entités sociales qui ont pour principale mission de veiller aux intérêts des travailleurs. Pour ne pas les nommer il s’agit du SYNPICS et du SYNPAP. Ensuite l’exploitation est inhérente au mouvement social, aux humeurs et aux contestations. Cela dit, je relèverai que le syndicalisme de contestation a largement évolué, au fil de l’histoire des travailleurs dans le monde pour devenir un syndicalisme de contribution et de proposition. Je dois dire qu’une vieille revendication à TDS-SA vient d’être satisfaite à travers l’harmonisation des rubriques du bulletin de salaire. Cet acquis social est le fruit de concertations sereines entre la Direction Générale et le SYNPICS. Lorsque j’ai pris fonction le 25 janvier 2023, j’ai trouvé une situation financière très difficile car TDS-SA était sous le coup d’un ATD (Avis à Tiers Détenteur) car ne s’étant jamais acquitté de ses impôts ; du coup nos comptes ont été bloqués. Il fallait donc trouver les ressorts nécessaires pour faire face aux coûts de l’exploitation et aux charges quotidiennes. A l’issue de plusieurs séances de travail avec les équipes financières, il a été pris comme décision de surseoir aux dépenses de prestiges comme le café qui nous coûtait quatre cent mille francs par mois et la dotation en carburant sauf pour les chefs de centres émetteurs, l’alimentation des groupes électrogènes et la rotation des brigades. Il faut relever que je n’ai touché à aucun avantage du personnel, c’est-à-dire les salaires, indemnités et primes. J’ai pris ces mesures pour assurer la continuité de la qualité du service qui est un principe fondamental dans le cadre du service public. Effectivement, l’un des syndicats a violemment réagi mais, Dieu merci, plusieurs incompréhensions ont été levées depuis. A ce jour toutes les questions soulevées pendant les réunions statutaires ont été stabilisées.

Pouvez-vous vous revenir sur votre différend avec Origines Sa?

Pour assurer l’équité territoriale, la Société de Télédiffusion du Sénégal (TDS-SA) diffuse le bouquet national sur satellite depuis le 1er mai 2022, conformément à l’article 2 des statuts de la Société de Télédiffusion du Sénégal.
En effet, cette diffusion DTH faisait d’abord office de distribution primaire au niveau des seize sites de diffusion TNT où la fibre optique n’était pas opérationnelle, mais permet également de couvrir les zones blanches.

Ainsi, entre le 1er mai 2022 et le 25 mars 2023, le bouquet national était diffusé sur le satellite EUTELSAT 16A, puis nous avons basculé sur le satellite AMOS 17 depuis le 25 mars 2023.
Le footprint satellitaire dépassant l’échelle d’un pays, le signal DTH est naturellement reçu hors du Sénégal. Cependant, à l’occasion des galas de lutte diffusés sur 2STV, nous arrêtons la diffusion DTH de ladite chaîne pendant l’évènement sur demande de l’éditeur, conformément à leurs accords avec les organisateurs.
Au mois de février 2023, contre toute attente, EUTELSAT avait commencé à détériorer la qualité de la diffusion. A ce moment, il était de notre responsabilité d’opérer un choix plus viable en changeant d’opérateur satellitaire.

A l’issue d’une audience accordée aux éditeurs l’ancien Président de la République a décidé de baisser le coût de la redevance. Est-elle entrée en vigueur ?

Je n’étais pas présente à cette audience, je n’ai non plus reçu, à ce jour, aucun document attestant de l’entrée en vigueur de cette mesure, par conséquent, je ne pourrais pas m’avancer sur la question. Je vous donne rendez-vous dès que j’aurais plus d’informations sur la question pour une analyse plus franche. Depuis août 2023 la Société de Télédiffusion du Sénégal a signé avec les éditeurs un contrat de diffusion sous l’autorité du Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel. La grille tarifaire de TDS-SA comprend trois services qui sont la diffusion sur la plateforme TNT (la collecte, le multiplexage, le transport et la diffusion), la reprise de signal, l’utilisation des services de colocalisation (cette offre consiste pour TDS-SA à partager ses pylônes, ses bâtiments, ses terrains, son énergie et sa climatisation).

Faudrait-il le rappeler la mission de collecte, de transport, de multiplexage et de diffusion implique des coûts de production incompressibles que TDS-SA supporte seule à plus de 90% en ce moment. Ceci retarde sérieusement les investissement inhérents à la qualité de la diffusion TNT, notamment le renouvellement intégral de l’infrastructure qui devient, à ce jour, un impératif.

Nous diffusons sur notre plateforme TNT Trente-cinq chaînes de télévision dont une en mode HD. C’est pour moi l’occasion de lancer un appel à nos clients pour qu’ils se tournent résolument vers la diffusion Haute définition pour une qualité plus optimale et un meilleur confort du téléspectateur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Saint-Louis : présentation de deux ouvrages consacrés à Omar Blondin Diop

XALIMANEWS: L’Institut français de Saint-Louis a abrité, samedi, la...

Emigration clandestine : Sept migrants Sénégalais périssent aux larges des côtes tunisiennes

XALIMANEWS- L’information est de Boubacar Seye (Horizon sans frontières)....