Élection présidentielle du 25 février 2024 : la guerre de Troie ou Trois aura bien lieu (Par Mbaye Diouf)

Date:

La guerre de Troie est un conflit légendaire de la mythologie grecque, dont l’historicité est controversée.Elle est parfois appelée deuxième guerre de Troie en référence à l’expédition menée contre la cité par Heracles après la quête de la toison d’or que certains nomment première guerre de Troie.

Le décor étant campé à travers ce rappel historique, le Sénégal à l’instar de la Grèce antique connaîtra une guerre de Troie dans le symbolisme et la prononciation mais *trois* dans l’écriture. Il s’agit dans le cas d’espèce de guerre entre trois grandes entités politiques qui inéluctablement vont s’affronter pour aller à la conquête du pouvoir.

1ère entité: Benno Bokk Yakaar contre Benno BokkYakaar c’est à dire deux blocs diamétralement opposés entre le candidat choisi Amadou Ba et le bloc des candidats bannis composé de Mouhammed BouneAbdallah Dionne ancien Premier ministre et directeur de campagne lors de l’élection Présidentielle de 2019, Aly Ngouille Ndiaye qui fut ministre de l’intérieur et Aminata Touré également ancienne Premier ministre.

Amadou Ba face à ce trio d’enfer doit surveiller ses arrières en mettant en place une bonne stratégie. Il lui faudra beaucoup de moyens pour arriver à ses fins. Le Premier ministre doit en priorité mettre sur orbite une équipe soudée, solidaire et conquérante capable de gagner l’élection Présidentielle de février 2024. L’actuel Premier ministre doit avoir une oreille attentive, un esprit ouvert et rassembleur mais aussi être  patient et toujours prêt à descendre sur le terrain pour être en contact direct avec les populations. Amadou Ba choisi à la place d’hommes et de femmes aussi méritants que lui doit s’entourer d’un directoire de campagne compétent et dynamique mais il doit surtout éviter de s’entourer de laudateurs aux propos dithyrambiques à son égard. Les laudateurs et autres thuriféraires qui ont enseveli les régimes passés et qui attendent la moindre occasion pour sauter le pas. C’est ce qu’on attend d’un bon leader appelé à occuper les fonctions de Président de la République. Avec le retour aux affaires de Mouhamadou Mactar CISSÉ, l’implication effective d’Abdoulaye DAOUDA DIALLO, de Racine Sy ou Cheikhou Oumar Hanne, Abdoulaye Saydou Sow dans le Ndoucoumane,Pape Mademba Biteye dans le Saloum, la mouvance présidentielle a de bons arguments à faire valoir.

Ces deux grandes entités sœurs mais divergentes auront en face d’elles deux autres grands pôles politiques composés de Yewwi Askan Wi qui s’est disloqué car étant en bisbille avec Taxawu Sénégal de Khalifa Sall qui dispose d’une base affective dans la capitale Dakar. Khalifa Sall un pur produit du régime socialiste malgré ses démêlés avec ses anciens camarades continue néanmoins de tisser sa toile dans d’autres régions du pays. Yewwi Askan Wi se retrouve également avec plusieurs candidats déclarés de la trempe de Ousmane SONKO chef de fil de l’ex Pastefqui n’a pas fini de jouer toutes ses cartes, MalickGackou, Aliou Mamadou Dia candidat du PUR, DethieFall ou encore Aida Mbodji. Il est à noter que dans ce bloc de l’opposition c’est le mélimélo qui peut être une pure stratégie pour éclater l’électorat. Il y a aussi la Coalition Wallou qui ancre sa base politique dans les eaux du Parti démocratique sénégalais du charismatique Abdoulaye Wade, une véritable bête politique faiseur de roi. Le PDS né en 1974 est présentement en inertie après 12 ans de pouvoir avec l’absence prolongée de Karim Wade pourtant candidat du parti à cette élection.

Dans ce tableau aux enjeux multiples n’oublions pas le Parti Rewmi de l’ancien PM sous Wade et ancien Président du CESE sous Macky Sall à savoir Idrissa SECK.

Ce parti existe malgré un silence assourdissant et un jeu de clair-obscur qui étonne plus d’un. 

Enfin, en face de ces mastodontes politiques, il y a d’autre part les derniers et pas les moindres qu’on pourrait appeler « le reste du monde politique » qui polarise plus de 100 candidatures des plus redoutables au plus farfelues. Parmi ce bloc, on retrouve le parti du Dr Abdourahmane Diouf ancien du Rewmi est en bonne voie pour briller.

C’est aussi le parti de l’ancien directeur général des douanes sénégalaises et ancien secrétaire général du ministère de la coopération internationale dirigée par Karim WADE, Monsieur Boubacar Camara.  Des personnalités politiques à surveiller comme ThiernoAlassane sall un électron libre dans le lanterneau politique, Me El Hadji DIOUF, Samba NDIAYE le désormais ex directeur général des « Grands Trains du Sénégal » Enfin, nous pouvons citer d’autres hommes politiques qui ont eu à occuper de hautes fonctions au Sénégal et qui sont également sortis du bois pour déclarer leur candidature à cette cruciale élection Présidentielle tels Souleymane Ndene NDIAYE ou Hadjibou Soumare deux anciens Premier ministre sous Abdoulaye WADE. Cette élection présidentielle enregistre aussi les déclarations de candidature de jeunes loups aux dents longues mieux connus dans le monde des affaires à savoir Bougane Guèye, SerigneMboup et Anta Babacar Ngom de ARC.Dans le lot des ténors qui cachent encore leur jeu, nous pouvons citer le chanteur planétaire Youssou Ndour. Par ailleurs, tous ces blocs devront survivre à l’étape sélective du parrainage; ce qui ne sera pas une mince affaire.

À tout égard, cette guerre entre prétendants au fauteuil présidentiel laissera ses marques indélébiles dans l’histoire politique du Sénégal mais surtout la coalition au pouvoir va connaître une confrontation fratricide qui peut la pousser à une implosion avant l’heure avec ses candidats déclarés qui ne manquent pas d’invectiver leur coalition génitrice.  A l’occasion de sa rentrée politique déjà, l’ancien Premier ministre Boune Abdallah n’a laissé aucune marge de manœuvre à l’actuel Premier ministre qui a tout intérêt à surveiller toute sortie de ce trio dévastateur prêt à en découdre avec le camp présidentiel. C’est également le cas d’Aly NgouilleNdiaye qui lors de sa déclaration de candidature s’est attaqué au Président de la République pour marquer sa rupture définitive avec son allié de 2011 à 2023. Quant à l’ex Premier ministre Aminata Touré qui vient de théoriser « voter Amadou Ba c’est valider le troisième mandat de Macky Sall », depuis sa mise à l’écart pour le poste de Président de l’Assemblee nationale, elle ne cesse de s’attaquer sans gants au Chef de l’Etat et à sa gestion des affaires publiques. Nous notons qu’elle a quand même quelques similitudes avec Madeleine Albright et navigue entre le marteau de l’opposition et l’enclume du pouvoir en place.

En définitive, il faut remarquer que la surprise de cette élection présidentielle peut véritablement venir de l’entité « reste du monde politique » ou celle de l’opposition car aucune ne démord et ne rate l’occasion de prouver sa place dans le jeu  de la Présidentielle de février 2024.

Nous allons vers des horizons politiques animés et passionnants dits Guerre de Troie ou Trois à la sénégalaise.

Mbaye DIOUF

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Urgent : L’ Iran vient d’attaquer Israël avec des drones

XALIMANEWS- L'Iran annonce avoir attaqué Israël, ce samedi soir....