JOUER AVEC LE FEU

Date:

Le président sénégalais Macky Sall a reporté de manière inattendue les élections présidentielles, entraînant déjà d’énormes conséquences

Après que le président sénégalais Macky Sall a étonnamment annulé les élections présidentielles par décret le 3 février, la résistance s’est accrue au sein de l’opposition et de la société civile. Entre-temps, une nouvelle date des élections a été fixée : au lieu du 25 février comme prévu initialement, les élections auront désormais lieu le 15 décembre. Le 5 février, en l’absence de l’opposition, escortée hors du Parlement par la gendarmerie après de vives disputes, 104 députés ont voté une loi reportant les élections. Mais sont-ils vraiment autorisés à faire cela ? Des députés de l’opposition ont depuis déposé un recours auprès du Conseil constitutionnel.

Non seulement l’opposition, mais aussi des juristes de renom qualifient ce qui s’est passé de coup d’État institutionnel et y voient une prolongation illégitime du mandat du président, au pouvoir depuis 2012 . Les évolutions sont également significatives au niveau régional. Fort de sa tradition démocratique, le Sénégal est considéré comme un partenaire fiable dans la région du Sahel déjà déstabilisée. À la suite des coups d’État militaires au Mali, au Burkina Faso et au Niger, on craint vivement que les mécanismes démocratiques ne soient compromis dans un autre pays.

Maintenir l’opposition à terre

En apparence, Sall a présenté un conflit institutionnel entre le Parlement et le Conseil constitutionnel comme la raison du report. Le candidat libéral Karim Wade ( Parti démocratique sénégalais , PDS), exclu du scrutin, accuse de corruption deux membres du Conseil constitutionnel, chargé d’examiner et d’approuver tous les candidats. Une commission d’enquête mise en place par le PDS au Parlement a donc reçu les voix nécessaires. Sall considérait ces événements comme mettant en péril la crédibilité des élections et, le jour où la campagne électorale était officiellement censée commencer, il a tiré le frein d’urgence.

Mais en coulisses, les événements sont largement interprétés comme une manœuvre visant à conquérir le pouvoir politique. Le camp gouvernemental est accusé de vouloir empêcher une victoire redoutée du candidat de l’opposition Bassirou Diomaye Faye. Bien que son parti PASTEF ait déjà été interdit en juillet de l’année dernière et que son leader Ousmane Sonko ait été emprisonné après diverses procédures judiciaires et finalement exclu de sa candidature à la présidentielle, le projet politique perdure. L’exigence d’une plus grande souveraineté économique et politique pour le pays, mêlée à une rhétorique populiste et anti-française, est particulièrement populaire auprès de la couche jeune et urbaine de la population.

Les manifestations dans les rues ont été jusqu’à présent plutôt modérées par rapport aux émeutes précédentes, mais elles ont déjà fait trois morts.

Les perspectives de succès du candidat du gouvernement et Premier ministre sortant Amadou Ba semblaient cependant de plus en plus mauvaises. Sa nomination avait déjà donné lieu à un certain nombre de candidatures parallèles et à des dissidences au sein de la coalition gouvernementale. Ba est désormais au centre des allégations de corruption formulées par Wade. Beaucoup s’attendaient à ce que Ba démissionne dans les prochains jours, mais Sall s’en tient (pour l’instant) à son successeur préféré. Cependant, le fait que le Parlement ait créé la commission d’enquête avec les voix de la coalition gouvernementale témoigne des divisions internes au sein du parti présidentiel.

Cette décision a laissé le président isolé. Après avoir longtemps laissé ouverte la possibilité de se présenter une troisième fois, Sall a annoncé sa décision de ne pas se présenter l’année dernière, agissant ainsi conformément à la constitution sénégalaise, qui n’autorise que deux mandats consécutifs. Bien qu’il ait souligné une fois de plus dans son discours qu’un troisième mandat pour lui était hors de question, le report des élections confirme la méfiance de nombreux Sénégalais et leur conviction qu’en réalité le régime ne veut pas abandonner le pouvoir.

Manifestations et répression

Entre-temps, non seulement l’opposition, mais aussi les organisations de la société civile, les syndicats, les chefs religieux et les associations professionnelles ont désormais pris position contre le report des élections. Les manifestations dans les rues ont été jusqu’à présent plutôt modérées par rapport aux émeutes précédentes, mais elles ont déjà fait trois morts. Le gouvernement Sall mène une action rigoureuse contre les manifestants et poursuit depuis des mois une voie répressive – comme l’interdiction des manifestations, la coupure répétée des données des téléphones portables, les arrestations, les restrictions à la liberté de réunion, à la liberté d’expression et à la liberté d’expression. presse – comme le montre un récent rapport de Human Rights Watch.

Le futur gouvernement doit restaurer la confiance en déclin dans l’État.

La mémoire des 23 personnes décédées lors d’ affrontements avec les forces de sécurité à la suite de la condamnation de Sonko est encore frais dans les esprits. Beaucoup de ceux qui ont participé aux manifestations à l’époque sont encore aujourd’hui en prison sans avoir été condamnés. Personne n’est donc intéressé par une nouvelle escalade ou une confrontation dans la rue. La société civile teste donc d’autres formes de protestation, comme appeler à s’habiller en blanc lors de la prière du vendredi ou à organiser une grève générale. Par ailleurs, la plus grande université d’État, Cheikh Antha Diop à Dakar, est toujours fermée après que certaines facultés aient été vandalisées lors des émeutes. Des milliers d’étudiants ont dû retourner dans leurs villages et n’ont depuis lors pas pu reprendre leurs études en personne. Le nombre record de personnes parties en pirogue vers les îles Canaries ces derniers mois peut également être lu dans ce contexte de manque de perspectives politiques et économiques. Il est clair que la démocratie et les droits civiques n’ont pas été soudainement mis sous pression lorsque les élections ont été reportées.

La tenue d’élections n’est pas la seule à être cruciale pour le retour à l’ordre démocratique fondamental. Le futur gouvernement doit également restaurer la confiance en déclin dans l’État. La question centrale est désormais de savoir si le Conseil constitutionnel suprême, sollicité par l’opposition (comme mentionné ci-dessus), parviendra à un verdict indépendant. S’il devait annuler le décret annulant les élections de février, Sall ne pourrait plus conserver une apparence de loyauté envers la Constitution et devrait revenir sur sa décision, au risque de perdre la face. Cela plaiderait en faveur du fonctionnement des institutions constitutionnelles et serait donc un bon signe pour la démocratie. Cependant, lors d’un récent entretien, lorsqu’on lui a demandé s’il accepterait une telle décision, Sall a simplement répondu que pour l’instant, il ne pouvait pas donner de réponse.

Le dialogue national convoqué par Sall est largement perçu comme une farce. Cependant, certains signes montrent que Sall semble vouloir sérieusement « pacifier » la situation.

Les partenaires internationaux tels que les États-Unis, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’UE ont durci leur ton à l’égard du gouvernement sénégalais, et non sans raison. Si Sall devait ignorer la décision, la pression de l’opposition, de la société civile, des chefs religieux et de la communauté internationale augmenterait encore. Cependant, le fait que les membres du Conseil constitutionnel soient nommés par le président lui-même met en évidence un problème structurel. Une décision tentant de légitimer le report des élections est donc également possible. Il n’y a cependant pas de date limite pour que le Conseil constitutionnel prenne position.

Le dialogue national convoqué par Sall est largement perçu comme une farce. Cependant, certains signes montrent que Sall semble vouloir sérieusement « pacifier » la situation. L’amnistie générale imminente récemment annoncée signifierait la libération de Sonko et de ses associés emprisonnés. La société civile et l’opposition en ont fait une condition essentielle de leur participation au dialogue national. Le fait que le gouvernement envisage une telle démarche montre la pression qu’il doit subir.

Le mandat de Soll devait prendre fin le 2 avril. La constitution sénégalaise stipule que le président du Parlement assume la fonction de président si un nouveau président n’est pas élu à la fin du mandat. Ainsi, la démission de Sall à cette date pourrait envoyer un autre petit signe de compréhension.

Quoi qu’il en soit, les coûts politiques, sociaux et économiques du report sont déjà énormes. D’autres changements de cap sont donc nécessaires, à savoir la tenue d’élections libres, équitables et inclusives dès que possible, ainsi que le rétablissement des droits fondamentaux, afin de mettre un terme au jeu avec le feu de Macky Sall.

Senegal’s President Macky Sall is playing with fire – Democracy and society | IPS Journal (ips-journal.eu)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

A quoi ressemble le CV de Macky Sall aujourd’hui ? (Par Marvel Ndoye)

Nous avons essayé de nous imaginer ce que nous...

« Le 24 mars 2024 : toujours des questions à se poser » (Par Mody Niang)

En conclusion de ma contribution du 18 avril dernier, j’avais...

Évaluation des politiques économiques : le FMI débarque à Dakar

XALIMANEWS-Des experts du Fonds monétaire international (FMI) prévoient de...

Sénégal : Menaces sur la République et germes de la division (Par François Mendy)

Une école en crise. Des loyers hors de prix....