LA FOLIE DES GRANDEURS ( Par Maam Cheikh )

Date:

Lors d’un séminaire sur les techniques de recherche d’emploi, un coach ivoirien, chargé d’animer la séance à mes côtés, me souffle à l’oreille :  » Maam, demandons à chaque participant de poser son téléphone devant lui, sur la table.  » Ce qui fit fait. Il passa ensuite à travers les rangées, histoire de compter le nombre de téléphones mobiles de grandes marques et chères. Il put enfin dire devant tout le monde :  » Je comprends maintenant pourquoi ça ne va pas au Sénégal ! 50 personnes qui cherchent du travail désespérément, mais les 40 possèdent des téléphones mobiles si chères…  » Un paradoxe bien de chez nous !

Avoir un porte-monnaie qui coûte chère avec peu d’argent dedans par jour, tel est le lot quotidien de certains. Ce qui est sûr, c’est que vouloir tout le temps « surprendre les autres » est l’un des chemins qui mène vers la pauvreté. A quoi bon vouloir vivre comme un riche si l’on est sûr d’avoir du mal à joindre les deux bouts ? Oui, il y’a la galère, mais il y’a aussi la survie financière, c’est à dire l’affaire de gens qui ont un revenu qui ne les suffit pas, et qui ne cessent de multiplier prêts et endettements. L’ erreur à commettre est de ne surtout pas vouloir vivre au dessus de ses moyens des qu’on sort de cette situation.

En vérité, la majorité des gens qui atteignent la stabilité financière veulent tout de suite vivre comme les gens aisés. Au contraire, il devrait s’agir là du moment idéal pour commencer à epargner, multiplier ses sources de revenus et minimiser ses charges. La finalité ? Atteindre la sécurité financière, afin d’être sûr que même le fait de perdre son boulot pendant un moment ou de voir son business être confronté à une situation de crise le temps du Covid 19 ne devrait pas nous affecter, avec tout ce qu’on a comme epargne.

 » Votre richesse dépend du nombre de temps durant lequel vous pouvez rester sans travailler « , nous confie un auteur et entrepreneur. Chez nous, certains se sont hissés à un niveau de vie des plus élevés alors qu’ils sont à un pas de la pauvreté…rester un mois sans revenu pourrait les ruiner à jamais.

Et il y’a que les médias et les réseaux sociaux nous offrent quelques spécimens. Des influenceurs et autres stars en herbe avec comme toile de fond l’art de se faire photographier dans des lieux où le luxe règne en maître. Chacun donne l’impression que tout le monde le regarde, et change de style de vie dès que quelques milliers de followers s’abonnent volontiers à sa plateforme. Le problème, c’est que nos médias « fabriquent des stars » sans pour autant leur donner assez de moyens pour qu’ils puissent en même temps améliorer leurs conditions de vie. Et que dire de Facebook et Instagram qui multiplient les « j’aime » sur une publication-là où vous en avez une cinquantaine, ils peuvent le faire passer à 200- histoire de vous pousser à publier encore et encore…

Perte de temps, dépenses inutiles, admirateurs bouffons parce que virtuels, générosité médiatisée, gaspillage traditionnellement organisé, société moralement polluée…Revenons un peu dans la vraie vie, loin des clichés du showbiz et des cérémonies durant lesquels le gâchis règne en maître. Vivre, c’est s’épanouir à travers un métier qui nous passionne et avec du profit. C’est aussi identifier ses besoins. Survivre, c’est vouloir à tout prix ne point se limiter à l’essentiel, mais plutôt chercher à satisfaire des envies et paraître riche aux yeux des autres. Faites votre choix !

Maam Cheikh
Coach en Développement Personnel

+221 77 459 42 83

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Non à la dictature, oui au rétablissement de l’Etat de droit (Par Delta Piso)

L'indifférence d'un peuple est la première force d'un régime...

Nos universités ne sont pas des stands de tir ! (Par Babacar Ndiaye)

« UGEBISTES » Abdourahmane Diouf, Cheikh Tidiane Dieye, Ousmane Sonko….., Collègues...