La soif des Dakarois et les misères de Karim Wade en vitrine

Date:

La pénurie d’eau à Dakar et dans d’autres localités de l’intérieur du pays fait couler beaucoup d’encre dans les quotidiens du week-end, tandis que les derniers ennuis judiciaires de l’ex-ministre d’Etat Karim Wade continuent d’alimenter la chronique.

La Sénégalaise des eaux (SDE) a engagé une course contre la montre pour boucler les travaux de réparation sur la conduite principale de l’usine de Keur Momar Sarr du Lac de Guiers. La société est l’objet de critiques en raison des désagréments qu’elle fait supporter à ses usagers, depuis jeudi.

‘’La SDE assoiffe les Dakarois’’, constate La Tribune, tandis que Direct-Infos élargit le spectre au-delà des habitants de la capitale : ‘’La SDE assoiffe les Sénégalais’’. A l’occasion, ce dernier quotidien scrute aussi les tenants et aboutissants du contrat du concessionnaire de la distribution de l’eau.

‘’Dakar sans eau depuis 72 heures’’, rappelle Le Populaire qui annonce que ‘’le supplice de la soif va durer jusqu’à dimanche’’. ‘’La SDE explique que la panne de la station de Keur Momar Sarr (est) plus compliquée que prévue’’ alors que les populations étaient ‘’déjà survoltées’’, ajoute le journal.

‘’La distribution de l’eau devrait retrouver son cours normal ce week-end’’, rapporte Le Soleil citant Cheikh Tidiane Fall, responsable de la communication de la SDE. ‘’Il fallait arrêter le fonctionnement de l’usine qui produit 40% du volume d’eau distribuée à Dakar. C’est cela qui a créé des incidents.’’

De son côté, L’Observateur étale les misères d’autres populations mécontentes des émanations d’industries de production de farine de poisson dans la communauté rurale de Yenn (département de Rufisque).

‘’Deux usines implantées à Ndoukhoura Peulh créent la panique’’, constate le journal qui reprend les mots d’ordre des victimes de pollutions olfactives : ‘’Si l’Etat ne prend pas ses responsabilités, nous allons brûler l’usine.’’

Pour sa part, Enquête réserve ses pages ventrales au sujet de l’abattage clandestin pour en sortir ces premières conclusions : ‘’Séras, le temple de l’insalubrité’’ ; ‘’Le casse-tête des normes de sécurité et d’hygiène’’ ; ‘’A qui profite l’anarchie ?’’ et ‘’Les clandestins accusent la Société de gestion des abattoirs du Sénégal (SOGAS)’’. Séras désigne le marché de la viande à Dalifort (banlieue de Dakar).

Sur le même sujet, Walfadjri annonce un dénouement au foirail de Diamagueune Sicap-Mbao, dans le département de Pikine (banlieue). Les vendeurs sont revenus à de meilleurs sentiment en acceptant de continuer à payer la taxe municipale qu’ils avaient boycottée pour notamment protester contre l’insalubrité des lieux.

‘’La décision a été prise après une rencontre avec la ministre de l’Elevage, Aminata Mbengue Ndiaye, et Mahmouth Saleh, directeur de cabinet politique du chef de l’Etat’’, indique le journal soulignant les nouveaux engagements des autorités à moderniser ce centre d’approvisionnement en bétail de Dakar.

En justice, les avocats du fils et ancien ministre d’Abdoulaye Wade s’attendent à des engagements fermes de libération de leur client pour mi-octobre, tout en mettant en cause la bonne foi du parquet spécial de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI).

‘’Nouvelle mise en demeure contre Karim Wade : ses avocats parlent de manœuvres criminelles’’, signale L’As, rendant compte du point de presse du collectif des avocats de la défense.

Leur client fut président du conseil de surveillance de l’Agence nationale de la conférence islamique (ANOCI) et ministre d’Etat en charge de la Coopération internationale, des Infrastructures, du Transport aérien et de l’Energie.

‘’Un mois pour justifier 99 milliards (de francs CFA)’’, relève Le Quotidien qui redoute que Karim Wade ne reste en demeure à la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss, autant de temps qu’il y a déjà passé depuis mi-avril dernier.

‘’C’est une acrobatie juridique triste et puérile’’, dénonce Me Ciré Clédor Ly, avocat de la défense. Les raisons de sa colère sont également reproduites dans Grand-place : ‘’Nouvelle mise en demeure : Karim (va) vers un second mandat de dépôt’’.

Quant à lui, l’avocat Doudou Ndoye plaide sa propre cause, en raison de son sentiment gêné sur la prise en charge par l’Etat de la Commission nationale de la réforme foncière, dont il était le président. Le « plaignant » a démissionné de ses fonctions-là, invoquant, dans Sud Quotidien, l’inconfort d’une ‘’coquille vide’’.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Vers une loi d’amnistie pour les émeutes de 2021 et 2023 : le Projet soumis au Conseil des ministres

XALIMANEWS-Des discussions sont en cours en vue de l'adoption...

Crise politique : Le président de la CEDEAO Bola Tinubu à Dakar pour discuter avec Macky Sall

XALIMANEWS-Le président Bola Tinubu doit entreprendre lundi un voyage...