Niasse dresse un bilan sombre de l’économie nationale

Date:

C’est un bilan sombre que Moustapha Niasse, Secrétaire général de l’Alliance des forces de progrès (Afp) et ses camarades Progressistes ont dressé en faisant la rétrospective de l’année 2010. Examinant la situation nationale à la lumière des évènements qui ont jalonné l’année qui en train de s’achever dans un communiqué rendu public hier, lundi 27 décembre, ils parlent de blocage de notre économie.

L’Alliance des forces de progrès (Afp) examine, dans un communiqué daté d’hier, lundi 27 décembre, la situation nationale à la lumière  des événements qui ont jalonné l’année 2010 qui est en train de s’achever. Selon Moustapha Niasse, Secrétaire général de l’Afp, « un bref regard sur notre pays et ses populations permet de constater aisément le blocage de l’économie du pays, du fait de l’effondrement des principaux secteurs qui ont constitué pendant longtemps le moteur de la croissance ». A en croire les Progressistes, « l’appauvrissement des Sénégalais est visible partout. Le chômage, notamment celui des jeunes, est devenu endémique et les investissements directs étrangers se font toujours désirer, à cause  d’un environnement des affaires peu reluisant ».

Moustapha Niasse et ses camardes estiment, en effet, que « le monde rural est la première victime des politiques meurtrières des pseudos-libéraux qui entretiennent la nébulosité dans toutes les décisions relatives aux étapes du cycle des activités agricoles, depuis la période des intrants et des semences, jusqu’à la commercialisation, en passant par la protection des végétaux ».

Dans la même foulée, le leader Progressiste et ses camarades soulignent que « le secteur secondaire est, lourdement pénalisé par le coût des facteurs de production, notamment celui de l’énergie, dont la crise continue de s’aggraver, malgré les effets d’annonce et les qualités déclarées et célébrées du nouveau responsable du département de tutelle ». « Excédés, les ménages s’organisent dans les quartiers et provoquent régulièrement des émeutes, comme à Guédiawaye, il y a deux jours,  pour crier leur ras-le-bol face aux mensonges d’Etat et à l’incompétence unanimement constatée », déclarent-ils.  Pour les Progressistes, « parler de pays émergent dans ces conditions où les délestages reviennent de plus belle,  relève de la  mauvaise foi,  de l’escroquerie et de la manipulation ».

Les Progressistes renchérissent que « les secteurs sociaux comme l’Education, la Santé et la Culture continuent de pâtir d’une telle situation ».  Selon eux, « la corruption et le gaspillage ambiants sont sans aucun doute les causes des difficultés que le ministère des Finances éprouve pour payer les services faits des enseignants et des personnels de la Santé publique ». Moustapha Niasse et ses camarades Progressistes ajoutent parmi les échecs du régime libéral, « la vitrine craquelée que présente le troisième Festival Mondial des Arts Nègres ». Pour eux, « le contribuable est en droit d’exiger des comptes clairs après cet immense gâchis, dont le principal responsable est Monsieur Wade lui-même ».

En ce qui concerne le processus électoral, les Progressistes « dénoncent les manœuvres  des fraudeurs zélés du ministère de l’Intérieur, qui ont repris du service, à quelques mois de la Présidentielle de 2012, pour tenter de neutraliser le Comité de Veille, en le confinant dans les limites  restreintes du fichier électoral en excluant de ses compétences la revue du Code électoral et la surveillance de tout le processus électoral ».

Moustapha Niasse et ses camarades ont, en dernier lieu, tenu « à mettre en garde solennellement les fraudeurs impénitents et leurs commanditaires car la mascarade de 2007 ne se renouvellera plus jamais, tant il est vrai que l’on ne saurait accepter l’inacceptable ».

SUDONLINE.SN

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE