Séminaire interne du Conseil constitutionnel

Date:

La classe politique est d’avis que le séminaire du Conseil constitutionnel sur son fonctionnement ainsi que le statut du juge constitutionnel, vient à son heure. Toutefois, l’opposition estime que l’institution en charge de se prononcer sur la recevabilité ou non des candidats déclarés pour la présidentielle de 2012, doit prendre toutes ses responsabilités et se prononcer sur celle du président Wade afin d’éviter au Sénégal des tensions.

Le Conseil Constitutionnel tient ce mardi à Dakar un séminaire interne sur le fonctionnement de l’institution. Quatre communications sont au menu de cette rencontre qui va porter sur « les compétences du Conseil constitutionnel», «l’exception d’inconstitutionnalité et la question prioritaire de constitutionnalité »; « les pouvoirs d’interprétation du juge constitutionnel » et « le statut du juge constitutionnel».

Les politiques interpellés sur le séminaire sont unanimes sur l’importance de sa tenue. Toutefois, quelques réserves ont été émises par l’opposition qui a estimé que le président du Conseil constitutionnel nommé par le président de la République ne peut pas être juge et partie sur la candidature controversée du chef de l’Etat. Pour Alioune Tine président de la Rencontre Africaine des Droits de l’Homme (Raddho) par ailleurs coordonnateur du Mouvement du 23 juin (M23), « le président de la République doit nommer un juge constitutionnel. L’actuel président est un juge judiciaire et cela joue sur l’étude du dossier des candidatures pour la présidentielle particulièrement du président Wade». Aujourd’hui, M. Tine estime que la rencontre peut tout clarifier le débat sur la candidature de président Wade. Cependant, il demande au Conseil Constitutionnel de prendre en compte les attentes et les aspirations du peuple.

La CAP 21 pour sa part a soutenu que ce séminaire vient à point nommé, au moment où, «la classe politique est agitée par la question de la candidature du secrétaire général national du Pds, Abdoulaye Wade. Ce séminaire va permettre d’éclairer la lanterne des Sénégalais et d’apaiser le climat social, car tout un chacun sera plus ou moins sensibilisé sur le rôle du Conseil» a indiqué Mame Mactar Guèye. Et de déplorer le fait que l’opposition se soit focalisée sur la candidature Wade et non sur celle des autres.

Ce séminaire va-t-il anticiper le débat sur la candidature du président Wade ? Moussa Sarr de la Ligue démocratique (Ld) répond par l’affirmative. « C’est un moment important, attendu par les Sénégalais qui veulent être édifiés sur la candidature de Wade. Le Conseil Constitutionnel est compétent pour ça. Et il ne doit pas attendre pour lire le droit. Il doit penser à apaiser la situation nationale au lieu de l’entretenir, en attendant le verdict 60 jours au plus et 30 au moins.» Et Alioune Tine de penser que ce n’est pas une anticipation car régler l’avenir du pays dépend du Conseil Constitutionnel. Une assertion renforcée par M. Guèye de la CAP 21 qui a déclaré : « il est nécessaire de redéfinir les règles du jeu et de clarifier l’opinion publique sur la mission de l’Institution pour lever les équivoques.» Mamadou Diop Decroix de l’Alliance sopi pour Toujours (Ast) a préféré réserver son avis jusqu’après la tenue du séminaire. « Je n’ai pas d’appréciation. J’attends les conclusions pour pouvoir me prononcer sur la question. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Le Pastef a décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre la vente de ses cartes de membres

XALIMANEWS: Des journaux dans leurs publications du samedi,...

Bon déroulement du pèlerinage à la Mecque : Le gouvernement prend les devants

XALIMANEWS- Ils seront 12860 pèlerins sénégalais à rallier les...

Parti Socialiste : Khalifa Sall revient à la « maison », les sages exultent

XALIMANEWS-Le bureau du Conseil consultatif des sages du Parti...