Sénégal: Réactions politiques et civiles sur l’arrestation de Gbagbo

Date:

ABDOULAYE WILANE, (PORTE-PAROLE DU PS)
«L’intégrité physique de Gbagbo doit être préservée»

L’intégrité physique de Laurent Gbagbo doit être protégée ainsi que
celle de sa famille. Il n’est pas question de chercher les coupables
ou de les pourchasser. Nous sommes préoccupés par la paix et la
stabilité en Cote d’Ivoire. Ce qui s’est passé hier ne doit pas
entraîner une nouvelle guerre. La situation qui a prévalu dans ce pays
est le résultat d’échecs de toute la classe politique, des leaders et
dirigeants africains qui ont failli à leur mission. Les chefs d’Etats
africains auraient dû jouer un rôle décisif dans ce conflit pour
éviter qu’on en arrive à cette situation. Les rares interventions ont
été faites tardivement. Il fallait s’y prendre avec plus de sagesse
et d’humanisme pour éviter les massacres qui se sont produits dans ce
pays. Il urge maintenant de reconstruire la Côte d’Ivoire. Et pour
ce faire, il faut que la communauté internationale accompagne ce pays
pour relancer l’économie, la santé et l’éducation. Sinon, c’est
l’avenir de la sous région qui sera en jeu. La leçon qu’on peut tirer
c’est après ce qui s’est passé en Tunisie et en Egypte, et
présentement en Côte d’Ivoire, la confiscation, les tripatouillages
des règles et des lois ne peuvent plus prospérer. Désormais, ce sera
le républicanisme et l’Etat de droit qui vont triompher dans ce
continent.

THIAAT, MOUVEMENT Y’EN A MARRE
«Gbagbo et Ouattara, c’est pareil»

«Que cela soit Gbagbo ou Ouattara nous pensons que ce n’est pas ce
qu’il faut à la Côte d’Ivoire. Gbagbo est parti, c’est une bonne chose
parce que tout le monde qu’il mit à genoux ce pays. Mais, tout le
monde sait aussi d’où vient Ouattara et tout ce qu’il a eu à faire
dans ce pays. Ce qui serait bien pour la Côte d’Ivoire c’est une
alternance générationnelle tout comme au Sénégal. Ce sont les mêmes
têtes que nous voyons depuis 20 ans. Maintenant, il est vraiment
regrettable que les choses se soient produites de la sorte, avec
l’ingérence de la France, et que Gbagbo ait été pris de force et
malmené. Il faudrait aujourd’hui que les Ivoiriens se retrouvent
autour de l’essentiel et reconstruise leur pays. La Côte d’Ivoire qui
était un beau pays est ainsi détruit. Tout ce que Boigny avait réussi
a construire autour du Cacao et du café sont parties en branle. Il est
temps que cesse en Afrique les guerres internes.

ALIOUNE TINE, PRESIDENT DE LA RHADHO
«Je salue cette ingérence-là»

Je salue d’abord l’ingérence extérieure qui, même si elle a tardé a
permis a arrêté Laurent Gbagbo. Les chefs d’Etats africains doivent
s’avoir qu’on ne peut plus s’agripper au pouvoir par le truchement
d’une fraude électorale. Maintenant, je pense que le président élu de
la Côte d’Ivoire en l’occurrence, Alassane Dramane Ouattara, doit
tendre la main aux partisans de Gbagbo. Parce qu’ils représentent 47%
de la population. On ne peut pas gouverner ce pays en les ignorant.
Ensuite, il faut aller vers un gouvernement d’union nationale. Celui
aura entre autres objectifs, d’instaurer une commission vérité, paix
et réconciliation qui débouchera sur une conférence internationale
pour la paix et la reconstruction.
Cette étape est importante pour la reconstruction économique, et
sociale de la Côte d’Ivoire. Puisque sur le plan économique, ce pays a
subi des dégâts énormes sur le plan social également. Il faudrait donc
reconstruire les hommes qui ont subi des traumatismes par des actes de
tortures, d’exactions et autres injustices. Alassane Ouattara fera
face à un chantier immense pour tourner définitivement cette page
douloureuse qui a été marquée par le chaos.

IBRAHIMA SENE, PIT
«La France a opéré un coup d’Etat»

La France a décidé de faire un coup d’Etat militaire pour transmettre
le pouvoir à Alassane Dramane Ouattara, le rival du président sortant,
Laurent Gbagbo. C’est une insulte portée à la dignité de l’Afrique, de
tous les chefs d’Etats africains et des intellectuels. La France, en
s’ingérant dans les affaires de la Côte d’Ivoire soutient vouloir
instaurer la démocratie. Mais à mon avis, c’est un prétexte pour
re-coloniser militairement ce pays. D’ailleurs, elle l’a tentée en
Guinée Conakry en agitant le spectre de la guerre inter ethnique et ça
n’a pas marché. Malheureusement, les chefs d’Etats africains et les
intellectuels ont capitulé et laissé faire. C’est la raison pour
laquelle, j’appelle au retrait immédiat et sans condition de l’armée
d’occupation française, l’Onuci et en particulier l’armée sénégalaise
en Côte d’Ivoire. Mais aussi, la libération du président Gbagbo
Laurent. Ceci dans le but d’ouvrir des négociations, pour rendre à
cette nation sa souveraineté.

PENDA MBOW, PROFESSEUR D’HISTOIRE
Gbagbo a commis une erreur grave
Je suis soulagée que l’Etat de droit soit restauré. Quand j’ai vu les
images de Laurent Gbagbo à la télé cela m’a fait penser à Sadam
Hussein au moment de sa capture. Je pense que Gbagbo a fait une erreur
grave en s’accrochant au pouvoir. Il a été aveuglé par son égo. Et
c’est pourquoi, il n’a pas su négocié son départ. Le pays a énormément
souffert. Il y a eu beaucoup de morts que l’on pouvait éviter c’est
regrettable. Les leaders africains doivent savoir maintenant que la
transparence et la démocratie sont devenues irréversibles. Ils ne
peuvent plus se permettre de prendre certaines décisions dans ce
contexte puisque le monde a changé. Maintenant, il faut créer les
conditions d’une réconciliation nationale et tourner la page Gbagbo.

El Hadj Mamadou Moussa Dia: président de la fédération sénégalaise de Judo
«On sent encore la main du colonisateur»

C’est une situation que je déplore. Elle n’est pas bonne pour les
Africains. Nous sommes indépendants depuis 50 ans, mais quand on voit
des grandes puissances agir comme l’a fait la France ont sent encore
la colonisation. Cette ingérence de la puissance coloniale dans les
affaires intérieures des colonies en réalité. Même si je ne cautionne
pas les exactions de Laurent Gbagbo, je pense que c’était aux
africains de trouver des solutions à ce problème. Maintenant, l’Union
Africaine doit tirer les enseignements de ce conflit et se donner les
moyens de se présenter comme le seul interlocuteur des belligérants
dans un conflit africain.

Mouhamadou Mbodji
«La souveraineté
du peuple est sacrée»

Le peuple s’est exprimé et j’en appelle au respect de sa volonté. Je
suis républicain et démocrate, je considère que la souveraineté du
peuple est sacrée. C’est heureux qu’un tel dénouement arrive, qui
respecte cette volonté du peuple exprimée, il y 4 mois. Il ferme une
parenthèse ouverte par les mauvaises expériences du Kenya et du
Zimbabwe que Gbagbo avait suivies. Il faut maintenant qu’une enquête
soit ouverte et que les responsables soient punis. C’est le lieu
également de s’interroger sur l’utilité d’institutions telle que la
Cedeao. Il faut qu’elle se ressaisisse et s’emploie à aider la Cote
d’Ivoire à reconstruire son armée et son économie.

ASSANE DIOMA NDIAYE
«Faire agir la Cpi rapidement»

J’ai des regrets, parce que nous avions préconisé cela, il y a trois
mois. Une ingérence humanitaire doit être dictée par un souci
préventif. Il ne faut pas attendre qu’il y ait des milliers de morts,
des actes de génocide, des extorsions et des expéditions sommaires
pour agir au nom du principe d’ingérence humanitaire. Il faut à
l’avenir que ce principe soit encadré dans des conditions claires.
Afin qu’à chaque fois qu’il y a des risques de violations massives des
droits humains, comme, on le savait en Cote d’Ivoire, avec le refus de
Gbagbo de céder le pouvoir, malgré l’intangibilité du suffrage
ivoirien, et les appels à la haine et à la xénophobie des jeunes
patriotes, que le principe d’ingérence soit immédiatement mis en
oeuvre et non attendre.

El Hadji Diouf, directeur du commerce intérieur
«Ce dénouement va relancer l’économie régionale»

Le Sénégal est presque enclavé, il est loin du centre de l’Afrique de
l’ouest. Il ne peut bénéficier de la demande qui provient de l’Afrique
du centre que s’il y a la paix en Cote d’Ivoire. Il faut rappeler que
50% de nos exportations vont vers l’Afrique contre 27% vers l’Europe.
Ce dénouement va faire revenir la paix et la concorde et permettre de
construire l’unité, de rebâtir un véritable espace de coopération et
de voisinage économique dynamique avec tous les pays qui entourent la
Cote d’Ivoire.
Kotch

1 COMMENTAIRE

  1. Lettre ouverte au President Elu de la Cote d’Ivoire, Alassane Dramane Ouattara.

    Nous avons tous constate et accepte votre rescente victoire eclatante aux dernieres Presidentielles.
    Je vous salue a mon nom propre et au nom de tous les Panafricains et Inconditionnels Democrates et Republicains.
    De par ma voix, nous les Fils et Filles de Thomas Sankara, Patrice Lumumba, Kuame Kuruma, Diomo Kenyata, Cheikh Anta Diop, pour ne citer que ceux-la, vous demandons respectueusement et sans delai de proteger le President sortant, Laurent Bagbo contre la volonte des Puissances malifiques qui visent a le liquider. Vous avez l’obligation, en tant que President Elu de la Republique Souveraine de Cote d’Ivoire de proteger tous les citoyens Ivoiriens (Africains) contre toute tentative de destruction ou de liquidation, meme venant d’eux-memes.
    La declaration du fameux Sarkozy, qui s’autoproclame « maitre » de l’Afrique Noire de par la tentative de mise en demeure visant l’ancien President Bagbo, est une preuve tangible du manque de respect toujours prone par certains Occidentaux envers l’Homme Noir, Africain.
    N’optez jamais pour une solition militaire qui viserait a deloger le President Sortant et a le laisser a la merci des Demons d’Obedience etrangere, une telle pauvre decision resulterait en un bain de sang et sur la meme lancee, rendrait impossible la reconciliation du Peuple souverain de Cote d’Ivoire. Laurent Bagbo ne merite pas d’etre abattu comme un chien, surtout sous ordonnancesde Puissances etrangeres, ce serait une insulte a l’endroit de tous les Panafricains. Souvenez-vous toujours de la Sagesse Africaine qui dit: « Mieux vaut convaincre que de vaincre, parce que celui qui est convaincu est vaincu, alors que celui qui est vaincu n’est pas convaincu », en un mot, la Victoire reside dans le Pardon et la Force dans la Reconciliation. Nous sommes tous freres et soeurs Africains et pour reprendre Wole Sohinka: « When two brothers fight, a stranger reaps the harvest » qui traduit la theorie du « Troisieme larron ».
    Une fois de plus, tous les dignes fils et filles de l’Afrique Noire vous demandent de proteger tous les Citoyens Ivoiriens, et au dela de la personne de Laurent Bagbo, le statut d’Ancien President de la Republique Soeur de Cote d’Ivoire.
    Sincerement,
    Papa Latyr Faye
    http://www.youtube.com/thebaayfaal

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

32e finale Coupe du Sénégal : Keur Madior crée la surprise et élimine Guédiawaye FC

XALIMANEWS-L'équipe de Keur Madior (L2) de Mbour a créé...

Visite en Mauritanie : Nouakchott réserve un bel accueil à Bassirou Diomaye Faye

XALIMANEWS- Pour sa première sortie dans la sous région,...

Afrique-RDC : l’ancien Président Joseph Kabila accusé de soutenir les rebelles du M23 dans le Nord-Kivu

XQLIMANEWS-En république démocratique du Congo, des cadres du pouvoir...